Brahms passionnément

par

Brigitte FRANÇOIS-SAPPEY. Johannes Brahms, chemins vers l’Absolu. Fayard, coll. « Les chemins de la musique », 407 p., 25 €.

Pour des raisons difficiles à cerner, les musicologues français n’ont jamais trop aimé Johannes Brahms. Ils lui préfèrent, et de loin, Robert Schumann et Richard Wagner, sur lesquels ils ont d’ailleurs beaucoup écrit.

https://darsanclinica.com/

par

En juin dernier, lors du Festival Les Etés de la Danse, deux compagnies prestigieuses, le New York City Ballet et le Joffrey Ballet de Chicago, avaient rendu hommage à Jerome Robbins à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance (11 octobre 1918) et du vingtième anniversaire de sa disparition (29 juillet 1998). Et c’est maintenant le Ballet de l’Opéra de Paris qui fait chorus  en présentant une tétralogie dont le premier volet, Fancy Free, entre ainsi au répertoire de la troupe.

Stéphane Ginsburgh, pianiste des défis

par

Stéphane Ginsburgh est un pianiste qui aime les défis. Il joue régulièrement Morton Feldman et Frederic Rzewski, enregistre l'intégrale des sonates de Prokofiev (Cyprès) et se prépare à affronter, avec son compère Wilhem Latchoumia, l'imposante "Mantra" de Stockhausen pour le festival Ars Musica. Crescendo-Magazine rencontre l'un des artistes les plus épatants et indispensables de la scène belge.

Vincent d’Indy remis à l’honneur

par

Vincent d’Indy (1851-1931) : Les Nuées, pour quatuor de saxophones et piano (réduction piano par Nicolas Prost).

Vincent d’Indy fait hélas partie de ces compositeurs tombés dans l’oubli. Rares sont en effet les opportunités d’entendre sa musique lors de concerts. Étudiant pourtant notamment auprès de César Franck et illustre compositeur à son époque, d’Indy fut également chef d’orchestre, professeur et auteur de nombreux ouvrages. A la mort de Franck, il devient président de la Société Nationale de Musique puis de la Schola Cantorum quatre ans plus tard. Il s’illustre aussi comme professeur de direction d’orchestre au Conservatoire de Paris où figurent parmi ses élèves, Satie, Honegger et bien d’autres.

Fin de siècle à Vienne

par

Arnold SCHOENBERG (1874 – 1951) : Vier lieder op.2 ; Anton WEBERN (1883 – 1945) : Fünf lieder ; Alban BERG (1885 – 1935) : Sieben Frühe lieder ; Alexander Von ZEMLINSKY (1871 – 1942) : aus lieder op2, 5, 7 ; Alma MAHLER (1879 – 1964) : Aus Fünf lieder; Aus Vier lieder ; Hugo WOLF (1860 – 1903) : Goethe lieder. Barbara Hannigan, soprano ; Reinbert De Leeuw, piano. 2018 -DDD -77’41-Livret anglais, français, allemand- CD Alpha 393

Double Gershwin

par

Gershwin est encore et toujours à la mode, avec deux parutions en provenance des USA et de Hongrie.  

George GERSHWIN (1898 – 1937) : Rhapsody in Blue (Jazz band version); Summertime; Concerto en Fa; Earl WIND (1915 – 2010) : 3 études d’après Gershwin; Oscar LEVANT (1906 – 1972) : Blame it to my youth.  Kiril Gerstein, piano; St Louis Symphony Orchestra, dir. David Robertson.  2018 DDD 73’45 Livret anglais, allemand, français CD Myrios classics MYR 022

Vue du droit (d'auteur) : un arrangement du Sacre du Printemps interdit d'exécution en Europe !

par

La pianiste Yuja Wang et le percussionniste Martin Grubinger ont été contraints d’annuler dernièrement deux concerts programmés à Dortmund et à Luxembourg, à l’affiche desquels figurait un arrangement du Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky, réalisé par leurs soins. En cause, une mise en demeure de l’ayant-droit de Stravinsky, la maison d’édition Boosey & Hawkes, qui n’avait pas approuvé cet arrangement. Les concerts fixés à Ann Arbor et au Carnegie Hall de New York, quant à eux, ont eu lieu comme prévu.