Vivaldi séducteur

par

Antonio VIVALDI
(1678 – 1741)

Concerti pour cordes III RV 109, 117, 118, 126, 138, 142, 145, 152, 155, 161, 163, 165, 167; Concerti pour viole d’amour RV 393, 364, 395, 396, 397
Accademia Bizantina, dir. Ottavio Dantone, Alessandro Tampieri, viole d’amour
DDD 2018 66’42 + 48’05  Textes de présentation en français, anglais, allemand, italien Naïve op 30570, Edition Vivaldi vol.56

Allegro con spirito

par

Joseph HAYDN
(1732 – 1809)
Symphonies N°3, 26 “Lamentations”, 79 et 30 “Alleluia”
Orchestre de Chambre de Bâle, dir. Giovanni Antonini
2018 DDD 67’05 Textes de présentation en français anglais, allemand Alpha 678

‘Fierrabras’ à la Scala de Milan

par
Fierrabras

© Salzburger Festspiele - Monica Rittershaus

Un opéra de Schubert à l’affiche de la Scala de Milan, le fait est insolite puisqu’il faut remonter à mars 1958 pour voir la Piccola Scala présenter en traduction italienne sous la baguette de Nino Sanzogno, ‘Die Verschworenen’, le singspiel en un acte composé en mars 1823. Et c’est pour la première fois que la salle de Piermarini propose ce Fierrabras, la dernière tentative du musicien de se faire un nom au Kärntnertortheater de Vienne ;

Rencontre : Charles Adriaenssen, Président d'Outhere

par

Le 6 avril dernier, Charles Adriaenssen, Président de Outhere était à Katowice pour recevoir le prix ICMA "Label de l'Année" décerné à Alpha, un des labels du groupe Outhere qui compte Alpha, Ricercar, Fuga Libera, Ramée, ZigZag, Arcana, Phi, Linn…
Juan Lucas (Scherzo, Espagne), membre du jury des ICMA, s’est entretenu avec lui. .

Les richesses insoupçonnées de Szymanowski

par

Karol SZYMANOWSKI
(1882 - 1937)
Quatuor à cordes n°1 op. 37 - Quatuor à cordes n°2 op. 56
Maurice RAVEL
(1875 - 1937)
Quatuor en Fa
Quatuor Joachim (Zbigniew Kornowicz, Joanna Rezler (violons), Marie-Claire Méreaux (alto), Laurent Rannou (violoncelle)
2018-DDD-64'44''-Textes de présentation en anglais et en français-Calliope CAL 1747

Hommage tchèque à Jiří Bělohlávek

par

Recollection Jiří Bělohlávek.
Bedrich Smetana (1824-1884)
: Mà Vlast ; Antonín Dvorák (1841-1904) : Symphonie n° 9 en mi mineur, op. 95 "Du Nouveau Monde", Sérénade en mi majeur pour orchestre à cordes, op. 22, B 52 ; Josef Suk (1874-1935) : Scherzo fantastique pour orchestre, op. 25, Concert Suite "Fairy Tale" d'après la musique du conte "Raduz et Mahulena" de Zeyer, op. 16, Sérénade en mi bémol majeur pour orchestre à cordes, op. 6 ; Zdenek Fibich (1850-1900) : Symphonie n° 3 en mi mineur, op. 53 ; Leos Janácek (1854-1928) : Sinfonietta, "Taras Bulba" ; Bohuslav Martinu (1890-1959) : Ouverture pour orchestre, H 345, Rhapsodie pour grand orchestre, H 171, "The Parables", pour grand orchestre, H 367, Estampes pour orchestre, H 369, 3 Ricercares pour orchestre de chambre ; Maurice Ravel (1875-1937) :"Ma mère l'Oye", "Pavane pour une infante défunte" ; Béla Bartók (1881-1945) : Divertimento pour orchestre à cordes, Sz 113, Concerto pour orchestre, Sz 116 ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Symphonie n° 4 en la majeur, op. 90 "italian" ; Arnold Schoenberg (1874-1951) : "Verklärte Nacht", op. 4 ; Pavel Haas (1899-1944) : Etude pour orchestre à cordes ; Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 5 en do dièse mineur (adagietto), Symphonie n° 2 en do mineur "Resurrection" (Ulricht)
Czech Philharmonic, Prague Symphony Orchestra, Prague Philharmonia, Brno Philharmonic Orchestra, Jiří Bělohlávek - 1 coffret de 8 CD Supraphon. SU 4250-2.
Notice de présentation : anglais, allemand, français et tchèque. Enregistré en 1973 et 2002. DDD/ADD. 9h44

Parsifal par le duo Fischer/Audi : une merveille

par

Richard WAGNER
(1813 - 1883)
Parsifal
Royal Concertgebouw Orchestra, Ivan Fischer, direction – Pierre Audi, mise en scène – Chœur du Dutch National Opera, Martin Wright, direction – Anish Kapoor, décors – Christof Hetzer, costumes – Jean Kalman, éclairages
2017-DVD et Blu Ray-4h08’18-textes de présentation en anglais et allemand-Challenge Classics-CCC72619

Au cœur du réacteur

par
Boris

Ildar Abdrazakov (Beris Godounov) et Edvokia Mazevskaya (Fiodor) © Agathe Poupeney / Opéra National de Paris

Boris Godounov à Paris
Faut-il préférer Boris Godounov dans sa version de 1869 ou celle, plus étoffée, de 1872 ? La réussite du metteur en scène belge, Ivo van Hove et du chef russe, Vladimir Jurowski suffit à justifier, ici, le choix de la première.

Page 1 / 3001231020Dernière page »