Rencontre : Adrien Boisseau, ICMA 2014 « Young Artist of the Year »

par
Adrien Boisseau reçoit son "Young Artist of the Year" Award des mains de Andrea Meuli, rédacteur en chef de la revue suisse Musique und Theater, sous l'oeil vigilant du Président du Jury, Remy Franck © Björn Woll

Adrien Boisseau reçoit son "Young Artist of the Year" Award des mains de Andrea Meuli, rédacteur en chef de la revue suisse Musique und Theater, sous l'oeil vigilant du Président du Jury, Remy Franck © Björn Woll

C’est à Varsovie, le 12 avril dernier, lors de la remise des ICMA AWARDS dans le cadre du Festival Beethoven, que nous avons rencontré l’altiste Adrien Boisseau, « Jeune Artiste de l’Année ». Interviewé par Remy Franck et Guy Engels, il nous parle de son instrument encore trop négligé par les artistes, de son parcours, de ses projets (voir notre rubrique video).

Concilier Messiaen et Richard Strauss ?

par

Tel était le défi impossible auquel étaient confrontés Ludovic Morlot et son Orchestre symphonique de la Monnaie. Qu’y a-t-il en effet de commun entre l’extase religieuse des Trois Petites Liturgies de la présence divine du compositeur français et Burleske, et la suite du Chevalier à la rose du Maître munichois ? Rien.

Les Festtage de Berlin

par
Staatsoper Berlin
TANNHÄUSER
Musikalische Leitung: Daniel Barenboim
Inszenierung: Sasha Waltz
Bühnenbild: Pia Maier Schriever, Sasha Waltz
Kostüme: Bernd Skodzig
Licht: David Finn © Bernd Uhlig

Staatsoper Berlin
TANNHÄUSER
Musikalische Leitung: Daniel Barenboim
Inszenierung: Sasha Waltz
Bühnenbild: Pia Maier Schriever, Sasha Waltz
Kostüme: Bernd Skodzig
Licht: David Finn © Bernd Uhlig

Un Tannhäuser dansant.
En 1996, le Staatsoper Unter den Linden de Berlin organisait son premier festival de Pâques autour des opéras de Wagner. Daniel Barenboim en était l’inspirateur et il a, depuis, apposé sa griffe sur les « Festtage » comme chef d’orchestre (opéras et concerts) et comme pianiste et il est considéré comme le « Spiritus rector » du festival. L’édition 2014 (du 11 au 20 avril) présentait au Schiller Theater (lieu alternatif pendant la renovation du théâtre Unter den Linden) une nouvelle production de Tannhäuser (Wagner) et une représentation de Simon Boccanegra, célébrant le 200e anniversaire de Verdi. Daniel Barenboim y dirigeait aussi des concerts avec le Wiener Philharmoniker et la Staatskapelle Berlin et jouait en duo avec Martha Argerich .

Gluck et magnifique soirée polonaise à Varsovie

par
Lukasz Borowicz dirigeant l’Orchestre Symphonique de la Radio Polonaise © Bruno Fidrych

Lukasz Borowicz dirigeant l’Orchestre Symphonique de la Radio Polonaise © Bruno Fidrych

Le deuxième opéra donné en version concert lors de ce 18e Festival Beethoven placé cette année sous l’ »Idéal de liberté » que symbolise le compositeur, fut Iphigénie en Tauride de Christoph Willibald Gluck dont on fête cette année le tricentenaire de la naissance. La soirée était donnée en collaboration avec le département Voix et Opéra de l’Université de Yale sous la direction artistique du Professeur Doris Yarick-Cross.

Festin délicieux

par

Gioachino Rossini (1792 – 1868)
Le Comte Ory
Rossini opéra festival
Yijie SHI (Comte Ory), Maria José MORENO (Comtesse Adèle), Laura POLVERELLI (Isolier), Roberto DE CANDIA (Raimbaud), Lorenzzo REGAZZO (le Gouverneur), dir.: Paolo CARGNANI, mise en scène: Lluis PASQUAL, Orchestre Teatro Comunale di Bologna, Prague Chamber Choir.
2009-PCM Stereo, DD 5.1- 16:9 sous titres français, anglais, allemand, espagnol, italien, coréen-chanté en français-134 ‘ + 26′ bonus-DVD 9 NTSC ARTHAUS Musik 101649

Le Bach d’Olivier Beaumont

par

Johann Sebastian BACH (1685-1750)
Oeuvres pour clavecin-luth
Prélude en do m BVW 999 – Suite en do m BVW 997 – Suite ‘auf Lautenwerck’ en mi m BVW 996 – Prélude, Fugue et Allegro en mi bémol BVW 998 – Fantaisie chromatique et Fugue en ré m BWV 903 – Polonaise en ré m d’après BVW 1067 transcrite par JC Bach

Olivier BEAUMONT, clavecin-luth Willard Martin (1991, Pennsylvanie USA)
Loreley LY 054- Distribution Harmonia Mundi 

Florilège de musique au concert de gala des ICMA

par
Les artistes et leurs représentants sur scène © Bruno Fidrych

Les artistes et leurs représentants sur scène © Bruno Fidrych

Trophy-ICMAC’est dans le cadre du Festival Beethoven de Varsovie qu’eut lieu la cérémonie de remise de prix des ICMA (International Classical Music Awards) suivie du concert de gala avec la participation des artistes lauréats. Le monde musical était réuni ce samedi 12 avril en la salle de la Philharmonie de Varsovie : vice-ministre de la culture, producteurs de disques, directeurs de grandes maisons de concerts et d’opéras, intendants d’orchestres, éditeurs de partitions, artistes, membres du jury, journalistes, public du festival,… les réservations étaient « sold out » depuis plusieurs semaines pour la grande fête annuelle des ICMA.
Le concert de gala suivait la cérémonie de remise des prix dont vous retrouverez ici le palmarès. 

A Varsovie, Dutoit séduit, Nézet-Séguin déçoit..

par
© Bruno Fridrych

© Bruno Fridrych

En prélude à la soirée dédiée à la foi, l’amour et la justice avec le Fidelio de Beethoven, Radoslaw Sikorski, ministre des affaires étrangères de la république de Pologne, a tenu à rendre hommage à Jan Karski, résistant polonais qui dévoila aux Alliés -dont Roosevelt- la réalité du génocide des Juifs dès 1943 et à qui la Pologne dédie cette année 2014, année de la naissance du héros de la seconde guerre mondiale. Il n’est pas évident de donner Fidelio en version de concert. Outre la difficulté de la partition, les vêtements de soirée traditionnelle qui habillent les protagonistes invitent peu à pénétrer le monde d’une geôle humide et poussiéreuse. Il reste à la partie musicale d’assurer, ce qui n’eut malheureusement pas lieu. 

Page 1 / 561231020Dernière page »