20 ans à La Meije : la musique russe selon Messiaen

par

Pour fêter ses 20 ans, le Festival Messiaen au pays de la Meije, créé en 1998 à La Grave (Hautes-Alpes) par la foi inoxydable de Gaëtan Puaud, a choisi pour thème La musique russe selon Messiaen.
Du 27 juillet au 5 août, il propose 16 concerts pour illustrer ce précieux héritage reçu et cultivé par Messiaen : une fabuleuse partie de ping-pong où rivalisèrent compositeurs russes et français, avec deux moments fondateurs : Boris Godounov,  en 1908, à l’Opéra de Paris et le Sacre du Printemps, en 1903, au Théâtre des Champs-Elysées.
Moussorgski et Stravinski, au centre de l’enseignement de Messiaen au Conservatoire de Paris, sont bien présents dans la programmation.
La musique russe selon Messiaen, c’est aussi le refus du compositeur de séjourner en URSS. Quand il entend que les musiciens qui y ont interprétés ses œuvres subissent des persécutions, il est horrifié !
Mais il noue une relation  fraternelle avec le musicien exilé Yvan Wyshnegradsky, l’apôtre du quart de ton, puis reçoit très chaleureusement dans sa classe Edison Denisov qui, surmontant  tous les obstacles posés par le régime, renoue un lien fertile entre les avant-gardes musicales françaises et russes.
Un des sommets de cette édition du 20e anniversaire sera La Nuit magique de la musique russe portée par de grands artistes russes (le jeudi 2 août).
L'héritage russe de Messiaen est très sensible dans ses œuvres des années '40 : Visions de L’Amen, Trois Petites Liturgies et Vingt Regards sur l’Enfant Jésus et aussi le Quatuor pour la fin du Temps "autour" duquel le festival a pris l’initiative, conjointement avec le Meetingpoint Music Messiaen de Gorlitz -ville allemande où Messiaen, prisonnier de guerre, composa et créa l'œuvre- de commander à Tristan Murail Stalag VII A  dont le création mondiale aura lieu dans l’église de La Grave le samedi 28 juillet.
Et la résidence offerte à Bruno Mantovani permettra de découvrir la puissante inspiration d’un compositeur majeur d’aujourd’hui, servie par de brillants interprètes : le Trio Wanderer, le Quatuor Voce, L’Ensemble Orchestral Contemporain, Nicolas Angelich, Philippe Bianconi, Varduhi Yeritsyan, Pascal Contet ...  avec encore une création mondiale, celle de Cadenza N°2 pour accordéon et ensemble.
Cette édition proposera en tout 6 créations :
- le 28 juillet à La Grave, Stalag VIII A  de Tristan Murail (commande du festival et du Meetingpoint Music Messiaen à Gorlizt) par Hae-Sun Kang (violon), Marie Vermeulin (piano), Martin Adamek (clarinette), Marc Coppey (violoncelle) ;
- le 29 juillet à La Grave, Uchronies de Thomas Lacôte, une œuvre pour deux pianos (commande du festival) par Anne Le Bozec (piano) et Flore Merlin (piano) ;
- le 30 juillet à La Grave, Dancing Poems de Camille Pepin, pour soprano, violoncelle et piano (commande du festival) par Fionna McGown (soprano), Yan Levionnois (violoncelle) et Anne Le Bozec (piano) ;
- le mardi 31 juillet à Monêtier-les-Bains, Wander Steps de Pascale Criton  (commande du festival et du Duo Xamp) par Fanny Vicens et Jean-Etienne Sotty (accordéons) ;
- le mardi 31 juillet à Monêtier-les-Bains toujours, Ecstatic Science de Missy Mazzoli pour sextet (flûte, clarinette trompette, violon, alto, violoncelle) par les étudiants en DAI répertoire contemporain et création du CNSMDP de Paris.
= le 1er août à Briançon, Cadenza N°2 de Bruno Mantovani (commande du Ministère de la Culture et de la Communication) par Pascal Contet (accordéon) et l’Ensemble Orchestral Contemporain dirigé par Daniel Kawka.
Nous reviendrons évidemment sur la riche programmation de cette édition anniversaire mais vous pouvez la découvrir sur www.festival-messiaen.com

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>