Dans l’intimité des Maîtres : Paul Badura-Skoda

par
Badura Skoda

Paul Badura-Skoda
Dans l’intimité des Maîtres
Entretiens avec Antonin Scherrer
Né à Vienne en 1927, Paul Badura-Skoda avait 86 ans à l’heure de ces entretiens. Son père, Ludwig Badura était Morave, sa mère, née Winter, était juive hongroise. Skoda est le nom de son beau-père qu’il adorait, son père ayant été victime d’un accident de moto à 28 ans. Tel est le cadre dans lequel s’épanouit cet immense artiste loin des feux des medias. Son mentor fut Edwin Fischer, également son maître. En 1979, Badura-Skoda fut le premier occidental à être invité en Chine après la révolution culturelle. On se souvient de l’ouvrage écrit en compagnie de son épouse Eva  sur « L’art de jouer Mozart au piano », un des premiers ouvrages sur la redécouverte des répertoires anciens; d’autres ouvrages -dont Etre musicien- parurent ensuite; on se souvient aussi de ce passionné d’instruments de pianos d’époque dont il possède, ainsi que Jorg Demus, son comparse pour le jeu à quatre mains, une des plus riches collections au monde. C’est habité de ces richesses que nous parle Paul Badura-Skoda qui, avec la finesse qui caractérise ses interprétations -plus de 200 enregistrements!- évoque la vie musicale d’un siècle avec Furtwängler, Knapperbusch, George Szell, Frank Martin -qui lui dédie deux oeuvres-, von Sauer, Isolde Ahlgrimm, Cortot, Josef Krips, David Oistrakh,… évoque aussi les oeuvres qui l’interrogent toujours aujourd’hui. Des propos toujours vifs et empreints d’humilité face à l’art qu’il sert. Ecoutez le dernier enregistrement des concertos de Mozart (n° 24 et n°25) qu’il a réalisés il y a peu chez Transart… tout Badura-Skoda est là. Pour la petite anecdote, je ne peux m’empêcher de reprendre une partie de sa réponse à la question « D’autres héritiers? »: « la pianiste Plamena Mangova, deuxième prix au Concours Reine Elisabeth de Belgique en 2007, m’a de même procuré de belles émotions dans le 2e Concerto de Liszt« 
Bernadette Beyne

2014, La Bibliothèque des Arts, 165 pages 

Un commentaire

  1. Ping : [livre] Dans l’intimité des Ma&ici...