Bienfaisante beauté

par

LUTHERS LIEDER
Ecrits de LUTHER mis en musique par J.S.BACH, PRAETORIUS, BUXTEHUDE, MENDELSSOHN, ECCARD, SCHEIDT, SCHEIN, DRESHER, SCHWEMMER…
Kammerchor Stuttgart, dir.: Frieder BERNIUS, Athesinus Consort Berlin, dir.: Klaus-Martin BRESGOTT, Detlef BRATSCHKE, orgue
2016-DDD I GEMMA- 2 CD- CD1 76 04′- CD2 72 18′- présentation en allemand et anglais- textes et commentaire en allemand (104 pages en édition de luxe) – chanté en allemand- CARUS 83.469

Lorsque le moine Luther, le 31octobre 1517, affiche à Wittemberg ses 95 thèses, points principaux du « luthérianisme » naissant qui devait bouleverser une grande partie de l’Europe religieuse, pouvait-il concevoir la révolution intellectuelle, littéraire, musicale, spirituelle qu’ il venait de déclencher ? C’est un fait pourtant, étonnamment « porteur » de vie, et qui va changer la face de l’Europe occidentale sur tous les plans, après son excommunication (1521) par le pape Léon X et son retour à Wittemberg (1622), domaine de l’Electeur de Saxe, Frédéric III. Dès lors Luther ne cesse d’approfondir sa pensée, de fortifier ses écrits et sa production musicale qui devient le vecteur de ses idées : la Bible comme seule et unique source de foi. Proposition qui va susciter une littérature associée à une musique également religieuse où le réformateur innove grandement et peut-être sans en être vraiment conscient : en faisant respirer ensemble une foule de croyants, conduits par une ample diction et une large déclamation du Verbe porté par le flux et le reflux musical. Les effets neuroplastiques du précurseur grégorien trouvent alors leur plein épanouissement. Cérébralement et physiologiquement bienfaisantes, les ondes de cette grande métamorphose circulent en abondance dans le présent enregistrement. Ces deux disque Carus dispensent en effet, d’admirable façon, les extraordinaires leçons de vie et d’art générées par la Réforme en présentant, tout à trac, des versets de Luther mis en musique par des compositeurs déjà bien connus et d’autres -en d’exemplaires visions- par des artistes de notre siècle. Une première donnée s’en dégage : autant aux XVI-XVIIe siècles, les compositeurs se livrent directement à des descriptions, des analyses marquées par la litote, autant les modernes se laissent aller sans brider leur respiration. Autre surprise, ici fortement soulignée, la beauté, l’élégance, la sobre densité des pages (ici multipliées à bon droit) qu’écrivit Mendelssohn, avec une remarquable liberté de pensée puisque de religion juive, il compose des pages d’une confondante splendeur pour le Luthérianisme (comme d’ailleurs pour le Catholicisme). Toute aussi admirable en sa perfection fluide, colorée, tour à tour transparente et dense, se révèle l’interprétation du Kammerchor de Stuttgart dirigé par Frieder Bernius et de l’Athesinus Consort de Berlin dirigé par Kaus-Martin Bresgott. Avec ce coffret, un nouveau terrain de recherche et d’observation s’ouvre. Impression de totale et bienfaisante beauté. La célébration du 500e anniversaire de la Réforme s’annonce passionnante.
Bénédicte Palaux Simonnet

Son 10 – Livret 10 – Répertoire 10 – Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>