9e Concours International de Chant-Piano Nadia et Lili Boulanger 2017

par
Boulanger

Grand Prix de Duo Chant-Piano : Ambroisine Bré, mezzo-soprano et Qiaochu Li, pianiste

Voici de retour le délicieux rendez-vous des amoureux de la Mélodie et du Lied : Salle ravissante, organisation parfaite, répertoire rare... Sa plus grande originalité ? Comme la danse sur glace ou le tennis en double, la discipline du duo « Mélodie, Lied » présente la particularité de propulser le piano hors de l'ombre et d'en faire -non plus le faire valoir- mais l'alter-ego de la voix ; elle exige par ailleurs, une symbiose aussi instinctive qu'artistique entre deux partenaires qui ne font pas nécessairement carrière commune ; et enfin, elle plonge dans un vaste répertoire, parfois très peu fréquenté, qui va de Bach à Beethoven, Wolf ou Dutilleux, en passant par le si émouvant Gérald Finzi.

Cette année, parmi les 27 duos sur la ligne de départ, le Grand Prix a récompensé les prestations impeccables de la mezzo française, Ambroisine Bré (29 ans) et de la pianiste chinoise Qiaochu li (28 ans) confirmant les multiples lauriers déjà remportés par l'une et l'autre. Prestations rodées sous la houlette d'Anne Le Bozec succédant à Anne Grapotte (membre du Jury) à la tête de la classe d'accompagnement vocal du CNSM. On remarquait Chanson triste (Duparc), Flickan kom ifran (Sibelius), l'Abendempfindung (Mozart) et surtout Nos souvenirs qui chantent (Poulenc) - les airs de Bach et Kurt Weil convenant beaucoup moins bien au duo. Technicienne de haute voltige, Qiaochu Li, aussi élève de la classe d'accompagnement de Jean-Frederic Neuburger, s'avère comme ses condisciples, pianiste infaillible quoiqu'un peu réservée. La soprano américaine, Sophia Burgos (26 ans) et le sensationnel pianiste - poète - musicien allemand, Daniel Gerzenberg (26 ans) reçoivent le prix du Lied comme ils auraient pu recevoir tous les autres. Un programme intelligent mêlant George Crumb à Hugo Wolf (très présent cette année pour notre plus grande joie) mettait en valeur une présence rayonnante, une versatilité de style parfaite (de Ives à Falla) et surtout, parvenait à maîtriser la création française commandée au compositeur et organiste belge, Benoit Mernier sur un sonnet érotique de Catherine des Roches (1550-1587). A partir d'un matériau ingrat, peu vocal, ni pianistique, aussi décousu qu'ardu à mémoriser (de l'avis des valeureux candidats), ce duo fut bien le seul à en faire un véritable moment de musique. Pourquoi n'ont-ils pas reçu le prix spécial à ce titre ? Enigme des délibérations. Enfin, le Prix de la Mélodie est allé à la soprano française Marie-Laure Garnier (27 ans) et à la pianiste française Céline Oneto-Bensaïd (26 ans) également élèves d'Anne Le Bozec. En dépit d'une prestation en finale assez morne, oblitérée par des aigus serrés, c'est la belle ligne vocale nourrie et souple mises au service des mélodies françaises, en particulier Hôtel (Poulenc), Le Paon (Ravel) et surtout l'admirable Prison (Fauré) en demi-finale, de même que la diction française, qui ont ici été couronnées.
En conclusion, on remarquera une fois de plus, que Bach, Mozart et Schubert restent de redoutables pierres de touche. L'élimination des candidates suisses laisse le souvenir du timbre rare et pur de Sara Bigna Janett comme des aigus célestes de Sandrine Drouin (Lorelei de Liszt où chantent déjà les Wesendonck). On se souviendra également de la sympathique présence du finaliste britannique, Henry Neil. La tonalité générale des œuvres présentées en cette session 2017 offrait des coloris et des climats heureux et variés, en phase avec de jeunes candidats cosmopolites. Quant aux illustres musiciennes qui prêtent leur nom au Concours, avouons-le : nous préférons au noir Couteau de l’aînée (1922, texte de Camille Mauclair) entendu cette année, l'envoûtante mélodie de Lili, Le Retour (1912). Puisse-t-il revenir dans deux ans, cet éternel Ulysse qui « part la voile au vent/ Vers Ithaque aux ondes chéries » ?
Bénédicte Palaux Simonnet
Les 26, 27, 28 et 29 octobre 2017

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>