Ashkenazy nous revient au piano

par http://www.file7.com/

Sergei Rachmaninov (1873 - 1943)
Trio élégiaque n° 1 en sol mineur - Trio élégiaque n° 2 op. 9 en ré mineur - Vocalise op. 34 n° 14- Dream op. 38 n° 5
Vladimir Ashkenazy (piano), Zsolt - Tihamer Visontay (violon), Mats Lidstrom (violoncelle)
2013 - 69'20'' - Notice en anglais, français et allemand - Decca LC0171 

Vladimir Ashkenazy qui a quitté le piano pour la baguette nous revient avec un disque consacré à la musique de chambre de Rachmaninov. Dès les premières notes du premier trio -composé dans la prime jeunesse de Rachmaninov- on sent une version vivante, pleine de contrastes et d'énergie. L'entrée du piano nous rappelle que Vladimir Ashkenazy fait partie des grands pianistes du siècle. Lauréat des plus grands concours de piano dans sa jeunesse, il n'a eu de cesse, durant sa longue carrière, de toucher un grand nombre de compositeurs et de jouer avec énormément de partenaires pour étoffer son répertoire de musique de chambre. On se souvient notamment des belles Sonates pour violon et piano de Beethoven enregistrées avec Itzhak Perlman. C'est donc avec un réel plaisir que l'on retrouve la patte sonore du pianiste russe. Une force convaincante et un son unique couplé à un remarquable sens du phrasé. Tout au long de l'œuvre, on découvre un trio énergique, coloré et d'un grand lyrisme. Le Deuxième Trio, plus imposant, est de la même qualité. Les musiciens sont soudés. La profondeur et la chaleur du violoncelle de Mats Lidstrom sont remarquables et conviennent bien au jeu d'Ashkenazy. Le son est homogène et montre qu’un long passé commun n’est pas indispensable quand les musiciens sont de ce niveau et s’écoutent. Pour compléter le disque, deux "tubes" rachmaninoviens : Vocalise et Dream. Deux oeuvres dont on ne se lasse pas, Vocalise avec sa belle et interminable mélodie d'une nostalgie dont le compositeur a le secret et Dream transcrit par le violoncelliste lui-même, tiré d'un recueil de mélodies, démontrant toute l'aisance lyrique du violoncelliste. Pour les amoureux de Rachmaninov, pas d’hésitation.
François Mardirossian

Son 10 - Livret 8 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Les commentaires sont clos.