Dossiers

Un sujet musical abordé selon différents points de vus et, souvent, différents auteurs.

Notre Dossier Prokofiev (2) : un symphoniste méconnu

par

Dernière photo de Prokofiev prise par Nikolina Gora, automne 1952

Tout le monde connaît la Symphonie classique, l’une des pages les plus aimées de tout le répertoire orchestral. Et la majestueuse Cinquième jouit elle aussi d’une véritable popularité. Mais on connaît peu les autres, et surtout l’ensemble des sept Symphonies n’a jamais fait l’objet d’aucune étude d’ensemble qui les considérerait comme un véritable cycle, l’un des plus importants de la première moitié du siècle passé.

Notre Dossier : Serge Sergueïevitch Prokofiev en perspective

par

Dernière photo de Prokofiev prise par Nikolina Gora, automne 1952

A l'occasion des 125 ans de sa naissance

Entre Stravinski, qui fit toute sa carrière en Occident et abandonna définitivement la Russie avant la Révolution d’Octobre, et Chostakovitch, enfant du nouveau régime, Prokofiev paraît véritablement coincé entre deux chaises, victime des vicissitudes de l’histoire. Celles-ci le frappèrent de plein fouet, et il ne connut pas la stabilité, même imposée, de son aîné ou de son cadet.

Notre dossier : Sibelius aujourd'hui

par
Le 8 décembre, il y aura 150 ans que Sibelius est né à Hämeenlinna dans le sud de la Finlande. En 1955, à l'occasion du 90e anniversaire du compositeur, René Leibowitz, fidèle disciple de Schönberg, avait fait paraître en France deux articles dont les titres seuls révèlent le caractère haineux: Sibelius, l'éternel vieillard et Sibelius, le plus mauvais compositeur du monde, témoignant, ainsi qu'il le reconnut par la suite, d'une quasi-ignorance de l'oeuvre du maître finlandais. Il s'inscrivait dans le droit sillage de la tristement célèbre glose rédigée en 1938 par un autre schönbergien de stricte obédience, Theodor W. Adorno.

Leipzig musicale, tradition et modernité

par

L'impressionnante statue du Cantor au pied de l'église St. Thomas © Crescendo Magazine

Pour tout mélomane ou musicien, Leipzig, c'est d'abord Jean-Sébastien Bach dont la statue au pied de l'Eglise Saint-Thomas ne cesse d'impressionner le visiteur : une statue de grand commandeur, maître des lieux de 1723 à sa mort en 1750, un lieu qui vit naître, notamment, les Passions, la Messe en si, L'Art de la Fugue,...

Aldo Ciccolini nous a quittés

par
Il aura mené son rêve jusqu'à la fin... Le 15 septembre dernier Ayrton Desimpelaere le rencontrait à l'occasion d'un récital qu'il donnait à Flagey à Bruxelles. Une salle debout remerciait le maestro du don à la musique qu'il avait fait de sa vie. Un tendre sourire accompagnait sa réponse à la question de savoir quel était son rêve. C'est un de ses derniers témoignages, sinon le dernier. Le 18 mars 2013, Stephen Hastings l'interviewait à Milan lorsqu'il reçut le "ICMA Lifetime achievement" pour l'ensemble de sa carrière. A cette occasion, il donnait le soir même le Liebestodt, une de ses pièces fétiches, lors de la soirée de gala de remise des prix. L'après-midi de ce même jour, avec son acceptation, nous avions glissé notre caméra dans la salle "La Verdi" de Milan pour l'écouter répéter sa prestation de la soirée. Trois moments forts qui marquent la vie. Nous vous invitons à les rejoindre sur les trois vidéos ci-dessous. Merci Maestro.

Dossier : Giacomo Meyerbeer, compositeur européen (1791-1864)

par

Robert le Diable. Décor du 2e tableau de l'acte III par Pierre-Luc-Charles Ciceri / DR

Il est loin, le temps du dénigrement féroce, puis de l'oubli complet : Meyerbeer rejoint la place qu'il n'aurait pas dû quitter, celle d'un grand maître de la scène lyrique. Il a régné sur l'opéra européen durant plusieurs décennies et a exercé une influence inestimable sur son développement. Pourtant, on ne le connaissait plus. Petit à petit, les enregistrements sont venus, puis les représentations. En 2014, année jubilaire, nous voici enfin à même d’approcher son œuvre avec lucidité, d'en assigner la place, et d'en admirer les beautés.

DOSSIER : Paul Hindemith (16 novembre 1895 - 28 décembre 1963)

par
Il y a les compositeurs qui font l'histoire, et ceux qui sont faits par elle. Qu'en est-il de Paul Hindemith qui nous a quittés il y a cinquante ans ce 28 décembre? Il est peu de destinées plus fluctuantes que la sienne.  Il y a une quarantaine d'années, sa réputation posthume était au plus bas et on n'eût pas donné cher de sa survie. Le terrorisme sériel adorno-boulézien le frappa de plein fouet comme il frappa son ami Arthur Honegger et tant d'autres compositeurs éminents du premier demi-siècle. A présent, avec le recul du temps, les choses se présentent tout autrement.

L’insertion des jeunes musiciens dans le monde professionnel, un sujet difficile ?

par
Meeting européen pour les jeunes ensembles de musique ancienne C’est au Palais des Beaux-Arts que se tenait le 27 novembre le meeting pour le soutien aux jeunes ensembles de musique ancienne. Le Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay organisait cette rencontre autour d’une problématique intéressante et alarmante: que faire de ces jeunes musiciens aux talents exceptionnels ?

Notre Dossier : Le Groupe des Six

par

Le groupe des Six vu par Jean Cocteau

Ce 11 octobre, nous rappelons le souvenir de Jean Cocteau décédé il y a 50 ans, le lendemain du décès d'Edith Piaf et 150 ans après la naissance de Giuseppe Verdi bien célébré aujourd'hui. A l'occasion de l'année anniversaire de Jean Cocteau, nous avons choisi de publier notre dossier consacré au Groupe des Six auquel le nom du poète est indissociablement lié.

Dossier : Verdi, Hugo, rencontres au sommet

par
Verdivictor-hugo_212       En Europe, le XIXe siècle est, par excellence, l’ère des grands créateurs nationaux, tous devenus des monstres sacrés, d’imposantes et inamovibles figures mythiques : Victor Hugo en France, Charles Dickens en Angleterre, Richard Wagner en Allemagne, Léon Tolstoï en Russie, Giuseppe Verdi en Italie. Impossible, sans eux, de comprendre en profondeur l’histoire et le destin de chacun de ces pays. Inconcevable.
Page 2 / 3123