Focus

La lumière sur un sujet musical particulier.

Johnny l'immortel est mort

par
Johnny

D.R.

Ne nous trompons pas de registre !  La mort du chanteur Johnny Hallyday n'est pas un événement musical, c'est un événement médiatique qui n'est en rien comparable avec la mort de Stravinsky (71) ou celle de Bernstein ('90) ou Menuhin ('99). Elle n'est pas non plus à relier avec celle de John Lennon ou celle de David Bowie, deux créateurs authentiques, ou celles de Jacques Brel ou de Barbara. Jean-Philippe Smet était une star au charisme indéniable, possesseur d'une voix hors du commun dans sa profession, et d'un sens du spectacle inégalé en France.  Mais...

Michel Chapuis : Roland Servais, son disciple, témoigne...

par
Chapuis

Accord de sol majeur « fourni » par Michel Chapuis à l’orgue de Souvigny : https://youtu.be/Jw5_dRVXRVw, à 6’48

Ses mains étaient comme des racines…
Des mains d’artiste ? Généralement, on les imagine longues, fines, soignées…
Michel Chapuis n’était pas de ces mains-là… Les siennes étaient robustes, noueuses,
tannées. Des mains d’artisan qu’il frottait volontiers l’une contre l’autre après avoir
joué, réjoui par le bel ouvrage accompli.

Colloque "Saint-Saëns à pleine voix"

par http://sukusukutatau.com/

Fidèle à sa tradition, l'Opéra-Comique a mis sur pied un colloque de trois jours, cette fois sur le thème des relations entre Saint-Saëns et la voix, dans le cadre de la production de l'opéra Le Timbre d'argent à la salle Favart. Mélodies, musique religieuse, cantates, oratorios, et, bien sûr, les treize opéras, tout a été abordé. Avant de détailler les différents exposés, il faut rappeler que ce colloque se déroulait dans le cadre du Festival Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française, tenu à Paris du 7 au 19 juin 2017, dans cette prestigieuse salle Favart, mais aussi au Théâtre des Champs-Elysées et au Théâtre des Bouffes du Nord.

Concours Reine Elisabeth : les 12 finalistes

par

C'est dans la nuit de samedi à dimanche, à 0h50 que Arie Van Lysebeth, Président du jury, annonçait la liste des 12 finalistes du Concours.

1er rang, de G à D : Seugmin Kang, Ivan Karizna, Yan Levionnois, Brannon Cho, Santiago Canon-Valencia, JeongHyoun (Christine) Lee 2e rang, de G à D : Yuya Okamoto, Victor Julien-Laferrière, Bruno Philippe, Aurélien Pascal, Maciej Kulakowski et Sihao He

Dvorak, le roi de l'instrument-roi au Reine Elisabeth

par

Il est toujours intéressant de voir quels sont les concertos élus par les candidats au Reine Elisabeth dans le cas où is atteignent les finales. Ils témoignent de choix musicaux, de modes, de la force de conviction de l'oeuvre auprès d'un jury et d'un public, ...
Au piano, on retrouve en tête le 3e Concerto de Rachmaninov, au violon le concerto de Tchaikovski. Lors de cette session de violoncelle, le concerto choisi par presque la moitié des concurrent est... le Concerto en si mineur de Dvorak (32). Il est suivi du 1er Concerto de Chostakovitch (32 - aucun 2e, par contre, plus tourné vers l'introversion), suivi du Concerto en la mineur de Schumann (11). En parents pauvres : le concerto d'Elgar (3), la Symphonie concertante de Prokofiev (2), les Variations sur un thème rococo de Tchaikovski (2), le concerto de Saint-Saëns (1), et celui de Walton (1).

Les 40 ans de MUSICA !

par

MUSICA, le magazine italien de musique classique le plus ancien et le plus lu, fête en ce mois de mai son 40e anniversaire. Fondé par Umberto Masini en 1977, il s'est rapidement révélé une référence dans le milieu du classique par ses articles de fond, ses interviews et ses critiques des parutions discographiques.

Page 1 / 4123Dernière page »