Musiques en Pistes

Pour une écoute active de la musique. Analyse et exemples sur partitions et écoutes d’extraits.

Les Concertos du Concours : le n°25, K. 503 de Mozart - Guide d'écoute

par
Je ne sais plus qui disait que l’on appréciait toujours plus ce que l’on connaissait mieux… C’est dans cette optique que nous allons passer en revue les concertos que nous entendrons au cours de cette « session piano » du Concours Reine Elisabeth. Et nous commençons par les Concertos de Mozart que nous aurons l’occasion d’écouter à 24 reprises au cours des demi-finales, avec une nette préférence des candidats pour les Concertos K. 466 (choisi par 32 candidats sur 76) et K. 467 (choisi 20 fois) devant les K. 503 et 537. Ce sont les quatre concertos qui ont été sélectionnés par le Concours. Des problèmes de droit nous empêchent bien sûr de proposer l’écoute entière des enregistrements de ces concertos. Nous en avons donc extrait les éléments qui illustrent le propos. La rubrique a été testée par des personnes de différents niveaux de connaissances musicales pour s’assurer qu’elle est « accessible » pour le plus grand nombre.

Les Concertos du Concours : le n°20, K. 466 de Mozart - Guide d'écoute

par
Je ne sais plus qui disait que l'on appréciait toujours plus ce que l'on connaissait mieux... C'est dans cette optique que nous allons passer en revue les concertos que nous entendrons au cours de cette "session piano" du Concours Reine Elisabeth. Et nous commençons par les Concertos de Mozart que nous aurons l'occasion d'écouter à 24 reprises au cours des demi-finales, avec une nette préférence des candidats pour les Concertos K. 466 (choisi par 32 candidats sur 76) et K. 467 (choisi 20 fois) devant les K. 503 et 537. Ce sont les quatre concertos qui ont été sélectionnés par le Concours. Des problèmes de droit nous empêchent bien sûr de proposer l’écoute entière des enregistrements de ces concertos. Nous en avons donc extrait les éléments qui illustrent le propos. La rubrique a été testée par des personnes de différents niveaux de connaissances musicales pour s'assurer qu’elle est "accessible" pour le plus grand nombre. Petit mode d’emploi. Nous vous conseillons de commencer par lire l’article, écouter les extraits et lire éventuellement les extraits de partitions, mais ce n’est pas indispensable. Ensuite, vous posez un enregistrement du concerto sur votre lecteur (ou vous cliquez sur l'intitulé du mouvement qui vous conduira sur YouTube) et vous suivez l’écoute en re-lisant l’article. Pour que vous puissiez vous appuyer sur les repères courants, nous vous donnons les indications de minutage (écoute) et les n° des mesures (partitions), ainsi qu'une ligne du temps. Vous n'y arrivez pas tout de suite ? Pas de souci, vous n'êtes pas une exception ! Vous reprenez l'exercice une fois, deux fois,… et vous appréhenderez toujours mieux ce que les jeunes pianistes vont vous proposer la semaine prochaine. Bonne écoute !

MUSIQUES EN PISTES : Les Tableaux d'une Exposition de Moussorgski, orchestration Ravel

par
Ce fut sans doute Clément Janequin (v.1485-1558), avec ses chansons La Bataille de Marignan et Le Chant des Oiseaux, qui inaugura la musique imitative, suivi par les Clavecinistes français du Grand Siècle (La Poule de Rameau, Le Coucou de Daquin...). La Symphonie Pastorale de Beethoven (avec son très bref passage imitatif de chants d’oiseaux à la fin de la Scène au bord du Ruisseau) relève de l’évocation poétique propre au siècle romantique et il s’agit principalement de paysages, propos repris d’une autre manière par les Impressionnistes comme Debussy ou Ravel. Le Poème symphonique, chez Richard Strauss ou dans L’Apprenti Sorcier de Dukas, s’attache à une narration en musique. Le propos de Moussorgski dans ses Tableaux d’une Exposition est tout différent et sa tentative n’a été que rarement reprise, et jamais égalée. De la part d’un génial réaliste, il s’agit ni plus ni moins que de musique figurative, au sens pictural du terme.

NOUVELLE RUBRIQUE : Musiques en Pistes

par
Partir avec un guide à la découverte ou la redécouverte d'une oeuvre du répertoire, pister les thèmes et leurs agencements, les astuces de leur composition, retrouver le contexte de sa création, le génie du compositeur, pour une écoute enrichie, renouvelée. C'est toute la joie musicale que nous vous souhaitons. Première oeuvre à l'écoute : le Concerto pour piano en la mineur op.54 de Robert Schumann. 

B. Le Concerto pour piano de Schumann - 1er Mouvement Allegro affettuoso

par

COMPOSITION DE L’ORCHESTRE

2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes (en La et en Si bémol), 2 bassons, 2 cors (en Ut, Mi, Fa et La), 2 trompettes (en Ut et en Ré), Timbales, Violons I, Violons II, Altos, Violoncelles, Contrebasses. [NB. Pour les instruments transpositeurs, les extraits de partitions noteront ici les sons réels, c'est-à-dire les sons réellement entendus]

D. Le Concerto pour piano de Schumann - 3e mouvement Allegro Vivace

par

Troisième mouvement : Allegro vivace

Une fusée des cordes (a tempo stringendo - serré) nous plonge dans un impétueux 3e mouvement, parfait équilibre entre une construction serrée de Forme Sonate à deux thèmes A et B et une profusion d'éléments nouveaux, des Motifs qui donnent à cette forme une allure de Rondo, avec ses couplets et ses refrains, le MOTIF 1 agissant comme un refrain revenant à six reprises. Nous les avons représentés dans la "ligne du temps" ci-dessus par six languettes noires qui "rythment" les deux thèmes de la Forme Sonate.
Page 3 / 3123