Intemporels

Les dossiers.
Les graines de curieux : les découvertes un peu piquantes de la musique.
Musiques en pistes : pour une écoute active de la musique. Analyse et exemples sur partitions et écoutes d’extraits.
Focus : un événement particulier dans la vie musicale

CMIREB : à la veille des finales

par

« Le mal radical est apparu en lien avec un système
où tous les hommes sont, au même titre, devenus superflus »
Hanna Arendt, La banalité du mal

Cette idée m'est revenue à l'écoute du Concours Reine Elisabeth, son audience remplissant, dès les premières éliminatoires, les places du Studio 4 de Flagey.

Bon anniversaire Mr. Wagner !

par

Il est né il y a 200 ans. Il est mort il y a 130 ans. Des hectolitres d'encre ont coulé depuis. A l'occasion de son anniversaire, nous avons choisi de lui lancer un petit clin d'oeil témoin de sa perennité. Vous souvenez-vous du Trésor de Fiskary de Willy Vandersteen, une aventure de Bob et Bobette? Jean-Marie André y a rencontré un pastiche des deux derniers opéras de La Trétralogie.

Ouverture en grandes pompes du Mariinski II à Saint-Pétersbourg

par

C'est lors d'une soirée de gala débutant à 16h GTM (18h chez nous) que sera inaugurée ce jeudi la construction rêvée de Valéry Gergiev, le Mariinski II, le jour même de son 60e anniversaire, en présence de Vladimir Poutine et avec la participation de «stars» de la voix, de la danse et de l'instrument: Anna Netrebko, Placido Domingo, les danseuses étoiles Ouliana Lopatkina et Diana Vichneva, et le pianiste cher à Gergiev: Denis Matsuev.

DOSSIER : Serge de Diaghilev, l'ensorceleur à travers le monde

par

Pablo Picasso : "Les trois danseurs" (1925)

2013. Centenaire de la création du Sacre du Printemps à Paris. Quarantième anniversaire de la mort de Picasso. Un troisième génie unit le musicien et le peintre : Serge Diaghilev.
Serge Lifar disait : "Il avait le génie de découvrir celui d'autrui". Et Igor Markevitch : "Il était l'agent provocateur du génie. Le but fondamental de Diaghilev était de découvrir exactement l'homme qu'il fallait pour la tâche qu'il fallait et la tâche qu'il fallait pour l'homme qu'il fallait, de rassembler des artistes en une sorte d'union spirituelle, puis de les 'provoquer' à la créativité". En cette année de double anniversaire, revenons sur ce passeur d'exception.

FOCUS : Anton Bruckner, hier et aujourd’hui. La fin d’un mythe?

par

Peu de compositeurs ont bénéficié d’une histoire discographique aussi riche et aussi complexe qu’Anton Bruckner. En 1928 déjà, c’est-à-dire à un moment où la 9e Symphonie de Beethoven venait d’être enregistrée pour la deuxième fois, la firme Polydor consacrait huit disques 78 tours à la 7e Symphonie de Bruckner avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Jascha Horenstein. Elle recommençait, aryanisation aidant, dix ans plus tard, mais avec Carl Schuricht. A la même époque c’était le tour des 4e et 5e Symphonies et même deux fois chacune, par Karl Böhm et Eugen Jochum.

Page 10 / 10« Première page8910