Non classé

Menahem Pressler, bouleversant à Liège

par

Schubert : Sonate pour piano n° 18 en sol majeur D. 894
Kurtag : Impromptu all'ongherese
Schubert : Sonate pour piano n° 21 en si bémol majeur D. 960
C'est un voyage dans le temps que nous a offert Menahem Pressler durant plus d'une heure et demie dans cette belle salle du Philharmonique de Liège. Ceux qui y étaient se souviendront longtemps du moment musical qu'ils ont passé en compagnie du doyen des pianistes internationaux.

Egarr ressuscite le jeune Haendel

par

Georg-Friderich HAENDEL (1685-1759)
Huit "Grandes Suites" pour clavecin HWV 426-433
Suites n°1 en La Majeur HWV 426 - n°2 en Fa Majeur HWV 427 - n°3 en ré mineur HWV 428 - n°4 en mi mineur HWV 429 - n°5 en Mi Majeur HWV 430 - n° 6 en fa dièse mineur HWV 431 - n°7 en sol mineur HWV 432 - n°8 en fa mineur HWV 433
Richard Egarr (clavecin)
2013 - 60'17'' + 57'55'' - Textes de présentation en anglais, français, allemand - Harmonia Mundi HMU 907581.82

L'Opéra-Comique au défi de la modernité 1850-1914

par

Colloque
Dans le cadre de la production de Lakmé, l'Opéra-Comique organisait un de ses colloques passionnants dont il a le secret. Cela faisait mon quatrième colloque salle Favart, et j'en suis ressorti toujours aussi ébloui par la qualité des intervenants, leur passion, et la pertinence de leurs exposés, certes souvent pointus, mais toujours instructifs. Le colloque était patronné par le Palazzetto Bru Zane, et dirigé de main de maître par Alexandre Dratwicki et Agnès Terrier.

Être moderne, en 1904 et en 2014

par

Andrea Dankova (Jenufa) et Niucky Spence (Steva) © Karl und Monika Forster

Jenufa à La Monnaie
Troisième tentative lyrique de Janacek, après Sarka et Le Début d'une romance, Jenufa lança définitivement le compositeur sur le devant de la scène de son temps. Après une longue trajectoire, dont une écriture en deux temps, l'opéra fut créé en 1904 à Brno, puis en 1916 à Prague. Ce fut le début, bien tardif (Janacek avait plus de soixante ans), d'une carrière fulgurante, et le premier d'une série d'oeuvres magistrales, de Katia Kabanova jusqu'à De la Maison des morts, qui établit la réputation de Maître morave.

Othmar Schoeck, LA biographie !

par

Othmar Schoeck par Beat Föllmi
Dans cette nouvelle parution, Beat Föllmi, professeur de musique sacrée à l’Université de Strasbourg, propose un parcours détaillé de la vie du compositeur suisse. Avec une thèse de doctorat sur Arnold Schönberg, il se spécialise ensuite sur Schoeck. Editeur, organisateur de colloques, auteur d’articles sur la musique suisse, Föllmi est sans conteste l’acteur principal de la redécouverte d’un compositeur tombé dans l’oubli.

Tristan Murail ou le voyage au centre du son

par

Tristan Murail © Elisabeth Schneider

Ce samedi 18 janvier 2014, l'espace Senghor à Etterbeek a accueilli l'ensemble OI\I pour un programme consacré à Tristan Murail, figure de proue de la musique spectrale. Ce concert s'inscrit dans une collaboration avec l'académie d'Etterbeek. Le concert a donc été introduit par Thierry Levaux, professeur d'histoire de la musique lors d'un cours-conférence ce jeudi 16 janvier ouvert à tous.

Point d'heureuse surprise !

par

Serge Prokofiev (1891 - 1953)
Concerto pour piano n°3 en ut majeur op. 26
Bela Bartok (1881 - 1945)
Concerto pour piano n°2 SZ 95, BB 101
Lang Lang (piano), Berliner Philharmoniker, dir.: Simon Rattle
2013-DDD-60'20''-Textes de présentation en anglais, allemand, français-Sony 3732252

La fureur d'aimer

par

Amore e morte dell'amore
Duos

Roberta INVERNIZZI, soprano, Sonia PRINA, contralto, Ensemble CLAUDIANA, Luca PIANCA,dir.
MONTEVERDI-MARCELLO-HAENDEL-LOTTI-SCARLATTI-DURANTE
2013-1h08-DDD- présentation en français et anglais -Textes en français, anglais et italien- Chanté en italien -Naïve OP 30549

Sauvés par la musique et les chanteurs

par

© Jean-Louis Fernandez

Dialogues des Carmélites à Lyon
« Il est préferable quelle n’en croie pas d’abord ses yeux ni ses oreilles ». Cette phrase de la Nouvelle Prieure des Carmélites pourrait être une recommandation au public qui assiste à la nouvelle production de « Dialogues des Carmélites » à l’Opéra de Lyon.
Ses yeux, confrontés à la mise en scène très discutable de Christophe Honoré dans le décor d’Alban Ho Van et les costumes de Thibault Vancraenenbroeck. Ses yeux et ses oreilles devant une action scénique constamment en contradiction avec le texte de Bernanos.

Page 38 / 39« Première page1020373839