A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

L'heure des opéras de Rimsky serait-elle venue ?

par

Le Coq d'Or. P. Hunka (Tzar Dodon), A. Dolgov (Tzarevich Guidon), K. Shushakov (Tzarevich Afron) © Baus:Munt-Monnaie

Le Coq d'or à La Monnaie
En 1981, la Belgique avait découvert le dernier opéra de Rimsky-Korsakov, à Liège, en version française, avec un éblouissant Jules Bastin en tsar Dodon. Revoici ce chef-d'oeuvre, en russe cette fois. Si la mise en scène de l'époque (Laco Adamik) soulignait l'imparable côté comique du livret, Laurent Pelly prend la chose beaucoup plus au sérieux.

A la Scala, la découverte de la version originale de Madame Butterfly

par

Pour son ouverture de saison, la Scala de Milan décide de présenter la toute première mouture d’une Butterfly en deux actes qui connut un fiasco total lors de sa création sur cette même scène le 17 février 1904 sous la direction de Cleofonte Campanini avec Rosina Storchio dans le rôle-titre. La seconde version (en trois actes) donnée à Brescia trois mois plus tard, le 28 mai 1904, obtint un triomphe ; et dès ce moment-là, Giacomo Puccini reprit son ouvrage

La malédiction des Atrides frappe à Garnier

par

Véronique Gens dans le rôle-titre d'Iphigénie en Tauride et Thomas Johannes Mayer (Thoas) © Guergana Damianova / OnP

Depuis 2006 le metteur en scène polonais Warlikowski aurait revu sa mise en scène située dans un hospice de vieilles femmes... en supprimant les déambulateurs. Peut-être - mais le propos reste identique : utiliser l’œuvre pour assouvir ses névroses personnelles (certainement dignes d'intérêt, au demeurant).

Le tout dernier Don Juan, ce héros

par

Veronica Cangemi et Mario Cassi © Lorraine Wauters

Après le très inconnu Stradella de César Franck qui inaugurait le retour de l'Opéra Royal de Wallonie en ses murs après travaux, Jaco Van Dormael, cinéaste de son état, a mis en scène Don Giovanni, dont Wagner affirmait que c'était "l'opéra des opéras". Les décors de Vincent Lemaire sont criants de vérité et les lumières de Nicolas Olivier les mettent bien en valeur.

Equilibre parfait entre la mise en scène, la musique et… le propos du livret

par

Dernier opéra de Richard Strauss, Capriccio a été créé en 1942. Même si Die Liebe der Danae ne fut représenté  qu'après la mort du compositeur, celui-ci l’avait composé avant, de sorte que Capriccio peut vraiment passer pour son testament lyrique. Avec ces opéras, Strauss disait adieu aux deux passions, qui l'ont poursuivi sa vie durant : l'Antiquité et le XVIIIème siècle.

Au Wexford Festival Opera : de jeunes talents et des oeuvres à découvrir

par

Pour sa 65ième édition le Wexford Festival Opera proposait de nouveau trois œuvres sinon inconnues quand même rarement représentées et éventuellement à redécouvrir. Et pour satisfaire la demande du public international toujours plus nombreux qui se retrouve dans la modeste ville côtière de l’Irlande du sud-est, il y avait cette année quatre cycles. (26 octobre – 6 novembre).