A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

La Damnation du Voyeurisme

par

© Bertrand Guay / AFP

« Berlioz n'eut jamais de chance. Il souffrit de l'insuffisance des orchestres et des intelligences de son temps. » disait Debussy1. Et cela continue ! La mise en scène de la légende dramatique de Faust par le letton Alvis Hermanis ajoute cette fois à la « Damnation de Faust » une dimension schizophrénique.

Féerie des sens pour le conte d'Humperdinck

par

Talia Or (Gretel), Gaelle Arquez (Hansel), Lothar Koenigs & La Monnaie Symphonic Orchestra

La forêt d'Ilsenstein, les fraises, les ballets, les pains d'épice, le chant du coucou, la maison de sucre et chocolat, la fée, la sorcière, deux enfants qui dansent et s'amusent, la misère du quotidien, le marchand de sable, la magie du rêve,... tout est réuni pour un conte de Noël que le compositeur allemand mit en musique à la demande de sa soeur qui venait d'écrire un recueil de textes d'après le conte Hänsel et Gretel des frères Grimm.

Émouvante Norma

par

Vers l'an 50 avant Jésus-Christ, dans la forêt gauloise, la druidesse Norma célèbre le culte d'Irminsul. Inspiré d'une tragédie en 5 actes d'Alexandre Soumet -« Norma ou l'infanticide », le livret prend des libertés avec l'histoire : car ce sont, en réalité, des Saxons et non des Gaulois qui adorent le tronc sacré « Irminsul » (au surplus Clotilde, la nourrice des enfants est chrétienne avant l'heure !).

Quand Armide envoûte toujours...

par

Armida

Armida de Rossini
Pour n'être pas le plus connu des opéras de Rossini, Armida (1817) a bénéficié de l'interprétation de Maria Calllas et de deux enregistrements modernes. C'est peu dire que sa mise en scène à Gand a intéressé les fans du compositeur, d'autant plus que l'oeuvre était dirigée par Alberto Zedda, fondateur et âme du festival de Pesaro.

Tradition et efficacité s'allient dans un spectacle réussi

par

Annick Massis et Roberto Taglianini © Opéra Royal de Wallonie - Lorraine Wauters

Lucia di Lammermoor de Donizetti
La tradition a du bon, c'est ce que tout habitué de l'Opéra Royal de Wallonie se dit au sortir de chaque spectacle. Et celui-ci n'a pas fait exception. Après un luxueux Ernani et un amusant Barbier de Séville, la troisième production de la saison suit la même voie : une mise en scène classique, parfois conventionnelle mais toujours convaincante, un plateau équilibré, serti de quelques grandes voix, des choeurs et un orchestre maison en parfaite adéquation.

"A Midsummmer Night's Dream" à Genève : une exceptionnelle réussite

par

Pour six représentations, le Grand-Théâtre de Genève présente l’un des chefs-d’œuvre de Benjamin Britten, A Midsummer Night’s Dream, créé au Festival d’Aldeburgh le 11 juin 1960. Le triomphe remporté par le spectacle, lors de la première, émane, en premier lieu, de la mise en scène de Katharina Thalbach, la fille de Benno Besson, directeur pendant plusieurs années de la Comédie de Genève qu’il a marqué d’une empreinte indélébile.

L'Histoire de Manon à La Scala

par

Svetlana Zakharova et Roberto Bolle © Brescia e Amisano / Teatro alla Scala

Depuis avril 1994, le Corps de ballet de la Scala a inclus à son répertoire L’Histoire de Manon conçu, vingt ans auparavant, par le grand chorégraphe écossais Kenneth MacMillan pour Covent Garden. Pour la sixième fois, la scène milanaise reprend la production sous la supervision de Julie Lincoln. La musique en est due à la plume de Jules Massenet, sans utiliser aucun extrait de Manon ou de L’Histoire de Manon : elle recourt aux Scènes pour orchestre, aux mélodies et à des pages des derniers ouvrages tels que Cendrillon, Grisélidis, Ariane, Don Quichotte et Cléopâtre, selon un arrangement et une orchestration de Martin Yates.

A l'Opéra du Rhin, Anna Caterina Antonacci "est" Pénélope

par

« Pénélope », le « Poème lyrique » de Gabriel Fauré a été créé le 4 mars 1913 à l’Opéra de Monte Carlo, puis présenté avec grand succès au Théâtre des Champs Elysées à Paris deux mois plus tard. De grandes interprètes y ont brillées de Germaine Lubin à Régine Crespin mais les dernières décennies les représentations se sont fait rares. Soucieux de réhabiliter le répertoire français délaissé, Marc Clémeur a mis « Pénélope » à l’affiche de l’Opéra National du Rhin où l’œuvre avait été présentée pour la première fois en 1923.

Heureuses découvertes au Wexford Festival Opera

par

Koanga de Delius © Clive Barda

Pour les mélomanes à la recherche d’opéras rarement présentés ou injustement négligés il y a une adresse : le Wexford Festival Opera en Irlande qui cette année en est déjà à 64édition. Pendant douze jours , du 21 octobre au 1 novembre, la modeste ville au bord de la mer dans le sud-est de l’île offrait un programme varié avec trois productions d’opéras, trois « short works » (opéras en version réduite), des récitals, conférences, introductions et un concert gala.