A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

A Genève : enfin une ouverture de saison réussie !

par
Guillaume Tell de Rossini Au cours de ces dernières années, le public genevois a dû se contenter de médiocres levers de rideau avec Le Nozze di Figaro et Rigoletto. Cette fois-ci, le Grand-Théâtre a eu la main plus heureuse en faisant appel à la direction musicale de Jesus Lopez-Cobos et à la mise en scène de David Pountney (en coproduction avec le Welsh National Opera et le Teatr Wielki de Varsovie et inaugurée à Cardiff en septembre 2014).

Saison de transition à Salzbourg

par

© Salzburgerfespiele / Monika Rittershaus

Puisque Alexander Pereira a quitté le festival de Salzbourg prématurément (pour devenir sovrintendente et directeur artistique de la Scala de Milan) et son successeur Markus Hinterhäuser ne prend la relève qu’en 2017 le festival de Salzbourg présente en 2015 et 2016 deux saisons de transition. Si Pereira ne voulait que de nouvelles productions d’opéra, le programme de cet été offrait deux reprises de spectacles de 2014 (Il trovatore et Der Rosenkavalier), deux réalisations du Festival de Pentecôte (Norma et Iphigénie en Tauride) et trois opéras en version concert (Werther, Dido and Aeneas et Ernani).

Bayreuth : un Ring sauvé par la musique !

par
Pour la troisième année le festival de Bayreuth présentait la production du „Ring des Nibelungen“ dans la mise en scène de Frank Castorf et dirigé par Kirill Petrenko. C’est la dernière année que Petrenko, le Generalmusikdirektor (directeur musical) du Bayerische Staatsoper de Munich (et récemment nommé au Berliner Philharmoniker) dirigeait cette production, une occasion à ne pas manquer. Car Petrenko est l’atout majeur de ce Ring qui depuis sa première en 2013 a enragé bien des mélomanes par l’interprétation que Frank Castorf a donné à la tétralogie.

Tristan et Isolde : triomphe de Thielemann et Gould à Bayreuth

par
Comme nouvelle production le festival de Bayreuth présentait cette année « Tristan und Isolde » dirigé par Christian Thielemann, récemment nommé directeur musical du festival, et mis en scène par Katharina Wagner, l’arrière-petit-fille du compositeur, qui avec sa demi-soeur Eva Wagner-Pasquier est responsable de la gestion du festival. C’est pour la seconde fois que Katharina Wagner présente son travail à Bayreuth après « Die Meistersinger von Nürnberg » en 2007.

Reprises et Nouveautés à Pesaro

par

La Gazzetta

Le festival Rossini de Pesaro a dédié sa 36ième édition à la mémoire du grand metteur en scène italien Luca Ronconi récemment décédé. De ses productions à Pesaro nous retenons surtout sa mise en scène de « Il viaggio a Reims », ce chef-d’œuvre redécouvert et reconstruit, et présenté pour la première fois le 18 août 1984 sous la direction musicale de Claudio Abbado.

A Aix-en-Provence, bonheur et amertume

par

Die Enführung aus dem Serail © Pascal Victor

C’est Alcina de Händel qui a ouvert la 67e édition du Festival d’Aix en Provence qui se déroulait jusqu’au 21 juillet. Patricia Petitbon dans le rôle-titre et Philippe Jarroussky en Ruggiero en étaient les stars, acclamés par un public réjouis de ce spectacle confondant imaginé par Katie Mitchell.

Rossini l'emporte sur Michieletto

par
Guillaume Tell de Rossini  Le nouvelle production de “Guillaume Tell » au Royal Opera de Londres où le « grand opéra » de Rossini n’avait plus été joué depuis 1992, a causé bien des remous. Une scène d’agression et de viol avait tellement choqué une part du public lors de la générale qu’il y avait eu des réactions violentes pendant le spectacle, ce qui ne s’était apparemment jamais passé au Covent Garden et plein de commentaires après. La direction a défendu la mise en scène mais a quand même accepté d’apporter quelques adaptations. Quand j’ai vu le spectacle la jeune femme violentée n’était plus nue mais enveloppée dans une grande nappe et le public est resté calme.

Intéressant, ravissant et respecteux

par

Brenden Gunnell (Pedrillo), Mari Eriksmoen (Blonde), Sally Matthews (Konstanze), Edgaras Montvidas (Belmonte) © Alastair Muir

Die Entführung aus dem Serail à Glyndebourne Mozart a toujours occupé une place de prédilection au Festival de Glyndebourne et Die Entführung aus dem Serail -déjà à l’affiche de la deuxième édition du festival en 1935- franchit cette année le cap des 200 représentations. Pour la nouvelle production de ce Singspiel (comédie musicale) de 1782, Glyndebourne a fait appel au metteur en scène écossais David McVicar qui propose un spectacle intelligent et ravissant, respectueux de la partition et du livret. Pas toujours évident, ces jours-ci…

Un ‘Barbiere di Siviglia’ bien sympathique à Avenches

par
Le Festival ‘Avenches Opéra ‘ présente le chef-d’œuvre de Rossini dans le plein air de ses arènes romaines. A la suite des pertes financières colossales subies par la ‘Carmen’ de l’an dernier dévastée par la pluie, une solution de repli a été trouvée : le spectacle peut être transporté à l’intérieur de l’Institut Equestre National qui contient quatre mille places. Mais le 11 juillet, c’est bien à l’extérieur, sous un ciel limpide, que nous avons pu applaudir la production ingénieuse de Marco Carniti :