A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

Le miracle des Huguenots s'est-il renouvelé ?

par

Jennifer Larmore, Lenneke Ruiten et Stéphane Degout © Hermann et Clärchen Baus

Hamlet d'Ambroise Thomas
Sur un fond de cordes ascendantes de l'orchestre emmené par un chef en grande forme, un immense escalier voûté se découvre qui évoque immédiatement celui où se défient les factions rivales à l'acte III de ces Huguenots de 2011, conçu par le même tandem Py-Minkowski, l'un des plus grands succès de La Monnaie.

Au fil de l'épée

par

Maria Agresta (Elvira) au centre. © Opéra National de Paris Andrea Messana

Les Puritains, dernière œuvre de Vincenzo Bellini (1801-1835) paraît aujourd’hui sur la scène nationale française presque 200 ans après sa création légendaire sur la scène de l'Opéra Comique. Programmée en 2013 dans la même saison que sa contemporaine Lucia di Lamermoor (1835) et née, comme elle, de l'imagination de Walter Scott, elle offre une immersion radicale dans l'univers de l'opéra romantique encore tout imprégné du bel canto rossinien.

L'Ouverture de La Fenice

par

A la Fenice de Venise, ouverture de saison avec ‘L’Africaine’ de Meyerbeer 
Pour commémorer le 150ème anniversaire de la mort de Giacomo Meyerbeer, la Fenice ouvre sa saison avec son dernier ouvrage, ‘L’Africaine’, créé à l’Opéra de Paris le 28 avril 1865, près d’un an après la disparition du musicien. La Fenice en a donné quatre éditions à partir de mai 1868 ; mais la dernière date de janvier 1892.

A Liège, Annick Massis domine un Roméo et Juliette sobre

par

Aquiles Machado et Annick Massis

Roméo et Juliette, monté au Théâtre-Lyrique en 1867, est l'un des plus grands succès de Gounod. Mélange de Grand Opéra à la française (genre qui lui avait déjà réussi dans La Reine de Saba) et de cet opéra de demi-caractère inventé par Faust en 1859, il présente tous les aspects de ses inspirations lyrique et dramatique, liées à l'une des plus belles trames dramatiques qui soient.

Elektre côté Sophocle

par

Dès la première seconde, le sable de l'arène, les murs clos d'une citerne, les ombres prostrées qui tentent en vain de fuir l'annoncent: les instruments d'une cérémonie sacrificielle où le sang et la mort sont conviés sont ici réunies. Cérémonie d'où les dieux sont bannis. Sacrifice réclamé par l'aveugle destin. Car, c'est du côté de Sophocle plutôt que celui d’Eschyle que penchent la conception straussienne d'Elektra et celle du metteur en scène Robert Carsen.

Les exigences d'un "grand opéra"

par

© Production Image / Cooper

Les Vêpres siciliennes au Royal Opera House
Pour célébrer le 200e anniversaire de Verdi le Royal Opera de Londres a choisi de présenter, pour la toute première fois de son histoire « Les Vêpres siciliennes » un « grand opéra «  en cinq actes que Verdi composa pour l’Opéra de Paris. La première du 13 juin 1855 fut très bien accueillie. Les commentaires d' Hector Berlioz étaient très élogieux mais « Les Vêpres siciliennes » n’ont pas réussi à s’assurer une place dans le répertoire. Même les efforts de Verdi pour le relancer en 1863 en adaptant quelques rôles pour des chanteurs choisis n’ont pas abouti et c’est comme « I vespri siciliani » comme s’appelle la version italienne depuis 1861, que l’œuvre a été le plus représentée.

A Genève, une Brünnhilde inattendue, Petra Lang

par

© GTC/Carole Parody

En mars 2013, le Grand-Théâtre de Genève avait présenté le prologue de la Tétralogie, ‘Das Rheingold’, dans une mise en scène de Dieter Dorn, des décors et costumes de Jürgen Rose avec Ingo Metzmacher à la tête de l’Orchestre de la Suisse Romande. La même équipe s’attaque maintenant à la première journée, ‘Die Walküre’, avec le même propos, celui de respecter les lignes de force de la trame dans un dépouillement scénique pleinement assumé.

Wagner Geneva Festival : une occasion ratée

par

Der fliegende Holländer (version parisienne de 1841) 
Depuis le 26 septembre, Genève vit à l’heure du bicentenaire de Wagner grâce à un important festival qui, jusqu’au 6 novembre, accumule récitals, concerts, théâtre musical, cinéma, danse et expositions et, surtout, présente une première ébauche de ‘Der fliegende Holländer’ conçue pour Paris.

Le Sérail enlevé, que reste-t-il ?

par

Bassa Selim et Konstanze

Die Entführung aus dem Serail à l'ORW
Composé immédiatement après Idoménée, L'Enlèvement au Sérail (1782) est l'opéra le plus heureux de Mozart, un de ses plus grands succès aussi. Dans un équilibre unique, il conjugue la verve enjouée du Singspiel avec un message inattendu, incorporé fort heureusement dans ce genre nouveau : la tolérance, issue de la philosophie des Lumières.