Au Concert

Les concerts un peu partout en Europe. De grands solistes et d’autres moins connus, des découvertes.

Des personnalités plus que des écoles

par

La première session violoncelle du Concours Reine Elisabeth ne cesse de nous révéler des surprises de taille : haute qualité des concurrents, succès public inattendu, haute qualité des "imposés" tant celui de Annelies Van Parys (Chacun sa chaconne) en deuxième épreuve que Sublimation, oeuvre concertante de cette semaine des finales.

La création mondiale de "Sublimation" de Toshio Hosokawa

par

Pour ce premier soir des finales de la première édition du Concours Reine Elisabeth consacrée au violoncelle (et il faut dire que le choix de cet instrument paraît à ce point aller de soi qu’on en vient à se demander comment il se fait qu’on n’y ait pas pensé plus tôt), les organisateurs avaient eu l’excellente idée de convier au préalable les représentants de la presse à une présentation de l’oeuvre inédite, dont l’apprentissage imposé en huit jours de temps aux finalistes à toujours constitué l’une des originalités -et des difficultés- du Concours.

Une altiste pour Michael Jarrell   

par

Michael Jarrell

Dans le cadre de sa série ‘Symphonie’, l’Orchestre de la Suisse Romande présente la première suisse d’Emergences-Résurgences de Michael Jarrell, concerto pour alto et orchestre écrit sur mesure et dédié à Tabea Zimmermann qui en assura la création en octobre 2016 au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg avec l’Orchestre des Pays de la Loire dirigé par Pascal Rophé.

 Quelle musicienne que Karita Mattila !

par

Karita Mattila est une chanteuse que l’on a rarement eu l’occasion d’applaudir au Grand-Théâtre de Genève, si ce n’est pour son incarnation d’Amelia Grimaldi dans un Simone Boccanegra affiché en septembre 1990 et un récital durant la saison 1986-87.
Après plus de seize ans d’absence, c’est donc par la formule d’une soirée consacrée au lied qu’elle nous revient.