Au Concert

Les concerts un peu partout en Europe. De grands solistes et d’autres moins connus, des découvertes.

Un après-midi sous le signe de Mozart et de Schumann

par

Et voilà : c'est parti pour le 2e tour du Concours Reine Elisabeth, session piano 2016. Ayant fait la démonstration de leurs capacités techniques et de leur façon de conduire la polyphonie, les demi-finalistes sont maintenant appelés à concrétiser ces qualités dans un récital d'oeuvres du répertoire. Ils proposent deux programmes d'environ 45 minutes au choix du jury, oeuvre imposée comprise. Une nouveauté : de part et d'autre de la scène, deux grands écrans reflètent le clavier et il est très intéressant de voir la gestique de chacun, d'apprécier comment, à partir des doigtés adoptés, ils conçoivent les phrasés, organisent l'oeuvre.

Rêver, Oser, Partager

par

Ronald Zollman

Les derniers mots du propos d’introduction du Directeur résonnent encore quand l’orchestre attaque les premières mesures de l’Ouverture La Consécration de la Maison de Beethoven, une œuvre trop peu jouée qui célèbre les miracles de l’art. "Pour rêver, il suffit d’un seul homme. Pour oser, il faut être plusieurs et enfin pour partager il faut être ensemble."

Un premier petit bilan

par

Il y a 24 élus sur les 76 candidats retenus des 318 vidéos envoyées par des candidats du monde entier. Les chiffres et les nationalités n'ont plus pour but de faire le relevé des "Grandes Ecoles de Piano" comme c'était le cas naguère, mettant "en compétition" la Juilliard School de New York et le Conservatoire de Moscou. Dans le jury d'alors, de hauts représentants de chacune des Ecoles, des délibérations à n'en plus finir, des joutes oratoires, des combats homériques. Qui des Russes ou des Américains, et surtout combien, occuperaient les trois premières places ?

Dutilleux fêté à Londres par le BBC Symphony Orchestra

par

Pascal Rophé © B.Ealovega

Le dernier des week-ends « Total Immersion » 2015-2016 du BBC Symphony Orchestra au Barbican Center de Londres était dédié à Henri Dutilleux à l’occasion des 100 ans de sa naissance. Comme traditionnellement lors de ces fins de semaines thématiques, le concert du soir était introduit par différents évènements : une projection du film L’Amour d’une femme de Jean Grémillon (1953) avec la musique d’Henri Dutilleux ; un concert de musique de chambre en collaboration avec les étudiants de la Guildhall School of Music&Drama et une conférence de la musicologue Caroline Potter, spécialiste britannique de l’œuvre de Henri Dutilleux.

Elisabeth Leonskaja, la grande dame du piano

par

© Marco Borggreve

Visiteuse régulière et toujours bienvenue à Bruxelles depuis qu’elle fut finaliste au Concours Reine Elisabeth en 1968, Elisabeth Leonskaja est une grande dame du piano et plus encore une musicienne exigeante qui met son considérable talent entièrement au service des compositeurs qu’elle sert de son mieux avec rigueur mais sans sécheresse, et sans se préoccuper le moins du monde de charmer son auditoire.

The Artist à Lille

par

Michel Hazanavicius, writer/director of "The Artist," poses at a screening of the film in Beverly Hills, Calif., Monday, Nov. 21, 2011. The silent, black-and-white film is set in Hollywood between 1927 and 1932. (AP Photo/Chris Pizzello)

C’est devant une salle comble que l’Orchestre National de Lille concluait sa série « Ciné-concert » vendredi soir avec la comédie dramatique en noir et blanc de Michel Hazanavicius, The Artist. Le muet, c’est l’occasion d’éveiller ses sens d’une autre façon, de découvrir un flux d’images d’une manière inhabituelle à notre époque, mais c’est aussi et surtout l’occasion de saisir l’importance d’une musique dans le 7ème art.

Grand succès pour le concert de gala des ICMA 2016 à San Sebastian

par

Les artistes "ICMA AWARDS 2016" Photo Juantxo Egana

Les ICMA (International Classical Music Awards) organisaient cette année leur cérémonie de remise de prix suivie du concert de gala avec les artistes primés, le 1er avril à San Sebastian, capitale européenne de la culture 2016, à l'invitation de la ville et de l'Orquesta Sinfonica de Euskadi (Euskadiko Orkestra Sinfonikoa... car nous sommes au Pays Basque). Succès de foule puisque la magnifique salle de 1500 places du Kursaal était comble.

L'Enfant et les sortilèges

par

A partir du moment où la réalisation des véritables chefs d’œuvre est sincère, le charme opère. C'est presque toujours le cas avec Mozart et Ravel. Au Théâtre des Champs-Elysées c'est « L'Enfant et les sortilèges » qui fait vibrer une salle archi comble pour douze représentations.