Au Concert

Les concerts un peu partout en Europe. De grands solistes et d’autres moins connus, des découvertes.

Tristan Murail ou le voyage au centre du son

par

Tristan Murail © Elisabeth Schneider

Ce samedi 18 janvier 2014, l'espace Senghor à Etterbeek a accueilli l'ensemble OI\I pour un programme consacré à Tristan Murail, figure de proue de la musique spectrale. Ce concert s'inscrit dans une collaboration avec l'académie d'Etterbeek. Le concert a donc été introduit par Thierry Levaux, professeur d'histoire de la musique lors d'un cours-conférence ce jeudi 16 janvier ouvert à tous.

Anniversaire Strauss à l’Orchestre National de Lille, suite !

par

Nicolas Alstaedt © Ugo Ponte

Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Suite en do majeur pour alto seul, BWV1009
Béla Bartók (1881-1945) : Concerto pour alto et orchestre
Richard Strauss (1864-1949) : Don Quichotte, variations fantastiques sur un thème de caractère chevaleresque, op. 35

Orchestre National de Lille, Jean-Claude Casadesus, direction – Antoine Tamestit, alto – Nicolas Alstaedt, violoncelle – Fernand Iacu, violon solo

The New Baroque Times Voices

par

de Victoria : O vos omnes, de Morales : Circumdederunt me, Comes : Exsurge Joseph, Monteverdi : Il lamento d' Arianna, Kodaly : Szekely keserves, Akik mindig elkesnek, Elso aldozas, Turot eszik a cigany
Mariana Castello-Branco (soprano), Estelle Lefort (soprano), Alain Gahima (contreténor), Stéphane Robert (ténor), Jean-Guy Devienne (basse), Flora Gaudin et Ivan Schauvliege (danse), The new baroque times voices dirigé par Diego Borello

Messiaen pour Europalia India

par

La "Turangalîlâ-Symphonie" pour piano solo, ondes Martenot et grand orchestre (1946-1948)
Soirée haute en couleurs organisée par le Brussels Philharmonic dans le cadre du Festival international des arts Europalia qui a pour thème cette année l’Inde. Si les invités du Festival qui assistaient à la soirée ne connaissaient ni l’œuvre, ni le compositeur, certains ont dû rester surpris et chercher bien loin le rapport avec la culture indienne.

Les 80 ans de Krzysztof Penderecki : la soirée de gala finale

par

Krzysztof Penderecki fait la connaissance de son buste.
Au-dessus de son épaule, le visage d'Elzbieta Penderecka.
A droite, Valery Gergiev © Bruno Fidrych

La musique, langage de paix universelle, adoucit les moeurs. La semaine Penderecki à Varsovie ne contredira pas ce vieil adage au regard du sommet sur le climat qui se tenait parallèlement dans la capitale polonaise et qui, au bout d'interminables discussions, se clôtura par un "accord a minima".

Les 80 ans de Krzysztof Penderecki -1

par

Krzysztof Penderecki remercie les solistes de "Kaddish":
Olga Pasiecznik, à sa gauche le Cantor Alberto Mizrahi.
Derrière Penderecki, le récitant, Daniel Olbrychski

Vendredi soir, avant-dernière soirée avant le concert de gala qui clôturera la "semaine Penderecki", à l'opéra cette fois. Revenons donc à la Philharmonie où était proposé un concert réunissant les "deux manières" de Penderecki et les genres instrumentaux et religieux.

Les 80 ans de Krzystof  Penderecki – 2

par

Marek Mos et le AUKSO Orkiestra Kameralna Miasta Tychy © Bruno Fidrych

A nouveau, nous rejoignions la grande salle de la Philharmonie de Varsovie pour la cinquième soirée de la semaine anniversaire. Une soirée placée sous le signe de l’inspiration religieuse du compositeur d’une part, sur la cassure par rapport à la radicalité de son écriture d’autre part.

Les 80 ans de Krzysztof Penderecki –3

par

Le jubilaire à son poste d'observation © Bruno Fidrych

Mercredi soir, grande salle de la Philharmonie. La soirée débutait par le  Concerto pour flûte et orchestre (2012) avec le flûtiste Lukasz Dlugosz et Jesus Lopez-Cobos qui dirigeait l’excellent orchestre polonais Sinfonia Iuventus formé des meilleurs éléments des académies de musique de Pologne, tous âgés de moins de 30 ans.