Scènes et Studios

Que se passe-t-il sur les scènes d’Europe ? A l’opéra, au concert, les conférences, les initiatives nouvelles.

A la Scala, la découverte de la version originale de Madame Butterfly

par

Pour son ouverture de saison, la Scala de Milan décide de présenter la toute première mouture d’une Butterfly en deux actes qui connut un fiasco total lors de sa création sur cette même scène le 17 février 1904 sous la direction de Cleofonte Campanini avec Rosina Storchio dans le rôle-titre. La seconde version (en trois actes) donnée à Brescia trois mois plus tard, le 28 mai 1904, obtint un triomphe ; et dès ce moment-là, Giacomo Puccini reprit son ouvrage

Magdalena Kozena en concert d'Astrée

par

Comment refuser un moment de grâce annoncé ? Une des plus belles voix de notre époque accompagnée par un ensemble de toute première grandeur ! Et, en effet, la soirée fut grandiose. Mezzo d'une délicatesse soignée Magdalena Kozena peut tout chanter, de Monteverdi à la musique contemporaine, en passant par Gluck, Mahler ou Debussy.

L'invitation au Voyage

par

Là, tout n’est qu’ordre et beauté
Luxe, calme et volupté

Initié en 2008, le Festival LOOP -festival de musiques contemporaines acoustique, électroacoustique et mixte de Belgique et d'ailleurs- a lieu chaque année à la fin du mois de novembre. Dans le cadre de son dernier concert et de l’anniversaire des 150 ans de relations diplomatiques entre le Japon et la Belgique, L’Ensemble Mendelssohn met à l’honneur les compositeurs belges et leurs influences nippones.

La malédiction des Atrides frappe à Garnier

par

Véronique Gens dans le rôle-titre d'Iphigénie en Tauride et Thomas Johannes Mayer (Thoas) © Guergana Damianova / OnP

Depuis 2006 le metteur en scène polonais Warlikowski aurait revu sa mise en scène située dans un hospice de vieilles femmes... en supprimant les déambulateurs. Peut-être - mais le propos reste identique : utiliser l’œuvre pour assouvir ses névroses personnelles (certainement dignes d'intérêt, au demeurant).

Comme l’air que l’on respire

par

Pleyel 15 01 2011 © David Ignaszewski

Hommage à la Terre: Tempêtes, Orages et Fêtes Marines, 1674-1764
Concerto Copenhagen, Fredrik From (konzertmeister), Jordi Savall (direction)

Matthew Locke: Music for «The Tempest»
Antonio Vivaldi: Concerto pour violon opus 8 n° 5 La Tempesta di mare
Georg Philipp Telemann: Wasser-Ouvertüre, Hamburger Ebb und Fluth,TWV55, C3
Jean-Féry Rebel: Les Eléments
Jean-Philippe Rameau: “Orages, tonnerres et tremblements de terre”, extraits des Indes Galantes, Les Boréades, Hippolite et Aricie et Zoroastre

Foyer flambant neuf pour deFilharmonie 

par

Les mélomanes l’attendaient : après quatre longues années de rénovation, la salle Reine Elisabeth d’Anvers a rouvert ses portes. Inaugurée en 1897 et située en plein centre d’Anvers à côté du zoo et de la gare centrale, la Grote Feestzaal qui accueillit des épreuves des Jeux Olympiques d’Anvers en 1920 fut endommagée et fermée en février 1947.

Le tout dernier Don Juan, ce héros

par

Veronica Cangemi et Mario Cassi © Lorraine Wauters

Après le très inconnu Stradella de César Franck qui inaugurait le retour de l'Opéra Royal de Wallonie en ses murs après travaux, Jaco Van Dormael, cinéaste de son état, a mis en scène Don Giovanni, dont Wagner affirmait que c'était "l'opéra des opéras". Les décors de Vincent Lemaire sont criants de vérité et les lumières de Nicolas Olivier les mettent bien en valeur.

Le message de paix de Joyce DiDonato

par

20h10. Le silence et le noir se posent dans la salle Henry Le Bœuf archicomble à Bozar (Bruxelles) et Joyce DiDonato qui attend, immobile depuis l’ouverture de la salle, peut entamer son rêve. Celui de produire autre chose, quelque chose de différent, hors du commun et porteur d’un message fort, à l’image du titre de cette production : In war and peace : harmony trough music.