Chopin avec orchestre mais sans concerto

par
Chopin Lisiecki
Frédéric CHOPIN (1810 - 1849) Andante spianato & Grande Polonaise brillante ; Rondo à la Krakowiak ; Variations on « Là ci darem la mano » ; Fantaisie sur des airs polonais ; Nocturne en ut dièse mineur Jan Lisiecki, NDR Elbphilharmonie, dir.: Krzysztof  Urbański 2017-DDD-64'43-Texte de présentation en : anglais, allemand et français-DG 479 6824 Dans un océan de nouveautés Universal Classics souvent ultra-conventionnelles en matière de  choix de répertoire des jeunes solistes, ce disque nous séduit positivement tant la volonté de redonner une chance aux petites œuvres concertantes de Frédéric Chopin est une belle initiative. Ainsi on peut entendre successivement : l’Andante spianato et Grande Polonaise brillante, le rondo à la Krakowiak, les Variations sur  « Là ci darem la mano »  du Don Giovanni de Mozart et la  Fantaisie sur des airs polonais. En guise de touche personnelle : le jeune Jan Lisiecki a ajouté un petit Nocturne pour piano seul. Au final, même si ces œuvres sont tout de même bien inférieures aux deux concertos, il est plaisant de pouvoir les entendre par deux jeunes et brillants artistes, plutôt que les sempiternels concertos que le jeune Jan Lisiecki, âgé de seulement 22 ans a pourtant déjà gravé  pour le label de l’Institut Chopin ! Il est bien sûr le plus jeune pianiste de l’Histoire à graver toutes les partitions concertantes de Chopin ! Digitalement et stylistiquement  Jan Lisiecki est impérial et on rend les armes devant tant de maîtrise et d’intelligence chez un si jeune artiste. Certes, on peut pointer parfois un petit manque de créativité pour tirer encore plus vers le haut ces partitions ! Mais c’est en tout point admirable d’intelligence ! Du côté orchestral, le jeune et brillant  Krzysztof Urbański est un accompagnateur zélé et attentif avec une direction ultra-contrôlée qui colle à la vision du soliste. L’Orchestre NDR Elbphilharmonie n’a pas à forcer son talent dans ces œuvres qui le sollicitent assez peu dans ses réserves techniques. La qualité de la prise de son est atout majeur au plaisir sonore qui découle de cette lecture racée et élégante. Pour en rester à une alternative contemporaine, on favorisera tout de même la lecture magistrale de Nelson Goerner et Frans Bruggen (Institut Chopin) alors que les archivistes  sauront retrouver les enregistrements de Claudio Arrau et Eliahu Inbal (pour Krakowiak et l’Andante Spianato et Grande polonaise brillante) ou Alexis Weissenberg et Stanislas Skrowaczewski (Warner), les deux malheureusement assez mal captés. Pierre-Jean Tribot Son 10 – Livret 7 – Répertoire 7 – Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>