Comment ne pas rester émerveillé par ce superbe projet ?

par
0126_JOKERAntonio Vivaldi (1678-1741) Concertos pour basson, volume IV : RV 469 en do majeur, RV 491 en fa majeur, RV 498 en la mineur, RV 492 en sol majeur, RV 500 en la mineur, RV 473 en do majeur Sergio Azzolini, basson, L'Onde Armonica 2015-DDD-68'40''-Texte de présentation en français, anglais, italien, allemand - 1 CD Naïve OP 30551 Ce 59ème volume de l'immense édition Vivaldi des 450 œuvres le plus souvent inédites conservées à la bibliothèque nationale universitaire de Turin, 8ème volume des concertos pour instruments à vents et 4ème des concertos pour basson mérite sans conteste un Joker Crescendo comme la majorité des volumes parus. Ne ressassons pas ce vieux sarcasme de Stravinsky selon lequel le prêtre roux aurait écrit 500 fois le même concerto. Car cette édition Vivaldi n'est en rien comparable aux "Complete Works" Mozart, Bach, Haydn ou Beethoven qui ont vu le jour chez des éditeurs comme "Brilliant Classics". Cette édition Vivaldi, gérée par la musicologue américaine Susan Orlando et éditée par le label Naïve, ne concerne que les 450 œuvres, opéras, musique sacrée et musique instrumentale confondues, de la bibliothèque personnelle manuscrite de Vivaldi. Le basson et le violoncelle sont les instruments pour lesquels Il Pretre Rosso a écrit le plus de concertos après ceux pour violon, son propre instrument. On en connaît trente-neuf pour le basson. On y voit l'attrait de Vivaldi pour les instruments à tessiture basse si proches de la voix humaine. La vocalité italienne transparaît dans ces six concertos mais chacun possède ses caractéristiques. Le Concerto en do majeur RV 469 est, par la pureté de ses lignes, typique du compositeur. Le Concerto en fa majeur est plus vocal ; il évoque les œuvres religieuses comme le Magnificat ou le Kyrie. Celui en la mineur RV 498 est plus mélancolique alors que le Concerto en sol majeur RV 492 rappelle les arias de Vivaldi par les modulations rapides entre tonalités mineure et majeure. Le Concerto en la mineur RV 500 dont on dispose d'une version pour hautbois se termine par un fugato et celui en do majeur par un minuet, deux éléments assez rares chez Vivaldi. Un bassoniste passionné attentif à toutes les variations de dynamique et un orchestre assez fourni (huit violons, deux altos et deux violoncelles) fondé pour interpréter ce répertoire nous offrent 70 minutes d'un magnifique Vivaldi moins connu mais tellement réjouissant. Jean-Marie André Son 9 – Livret 9 –  Répertoire 10 – Interprétation 10

Les commentaires sont clos.