Comment proposer, sur un plateau d'argent, une musique méconnue

par
Visions Gens

Visions  Scènes et airs d'opéras français de Bruneau, Franck, Niedermeyer, Godard, David, Février, Saint-Saëns, Massenet, Halévy et Bizet Véronique GENS (soprano), Münchner Rundfunkorchester, dir.: Hervé NIQUET 2017-55' 43''-Textes de présentation en français et en anglais-chanté en français-Alpha Classics 279

Un tel CD aurait été impensable il y a vingt ans, non, que dis-je, dix ans. L'une des vedettes de premier plan du chant français, accompagnée par un orchestre allemand connu, et un chef "historiquement informé" (comme on dit à présent) présentant un récital d'airs extraits d'opéras de Saint-Saëns, Massenet ou Bizet, passe encore, même si les oeuvres retenues sont peu connues. Mais inclure des airs de Bruneau, Niedermeyer, Godard, David ou Février, pensez-donc ! Le répertoire lyrique français revient en force chez nos chanteurs, de Bryan Hymel à Michael Spyres ou John Osborn et Jonas Kaufmann, de Patrizia Ciofi ou Joyce El-Khoury, et je ne cite que des interprètes non français. L'infatigable effort accompli depuis 2009 pour ce répertoire par le Palazzetto Bru Zane, associé au présent disque, en est certainement le moteur qui, lancé, continue à s'imposer, tant sur scène qu'au disque. Le dernier récital de Diana Damrau, intégralement consacré à Meyerbeer, CD de l'année pour la revue allemande Opernwelt, comme le prochain CD de Michael Spyres "Espoir", très attendu, en sont la preuve éclatante. Dans les années 1960-70, nous avons assisté à une "Rossini renaissance" et à une "Donizetti renaissance", voici venu le temps de la "French Opera renaissance". Véronique Gens et Hervé Niquet, figures emblématiques du Palazzetto Bru Zane, font paraître cet album-concept :  les airs présentés sont reliés par la thématique unique  des "Visions", d'où le sous-titre de l'album. Visions surnaturelles ou mystiques, fort prisées cette époque raffinée. Douze airs, dont pas un n'est connu, c'est fantastique ! Tous ne sont pas extraits d'opéras : deux proviennent d'une cantate pour le Prix de Rome (Bruneau et Bizet), et trois d'oratorios (Massenet, et Franck par deux fois). Deux airs sembleront familiers aux spécialistes, celui de Lalla-Roukh, de Félicien David, et l'extase de La Vierge : il existe un enregistrement pour chacun. Il en va de même pour l'air de Mater Dolorosa dans les Béatitudes de César Franck.  Par contre, l'air de l'archange de l'oratorio Rédemption, du même maître liégeois, dont on ne connaissait qu'un interlude, est une première. Autres premières absolues, les extraits de Geneviève de Bruneau, de Stradella de Niedermeyer, des Guelfes de Godard, ou de la Gismonda de Février. Etienne Marcel, de Saint-Saëns et La Magicienne ,d'Halévy ont été représentés récemment, sans traces discographiques hélas. La puissante Falcon qu'est Véronique Gens transcende ces pages, dont toutes ne sont pas immortelles, bien entendu, mais nous font vibrer grâce à son talent exceptionnel.. Quelques coups de coeur ? Bruneau et la si belle ligne mélodique sur "Je ne suis qu'un pauvre enfant", la scène très dramatioque de Stradella, de Niedermeyer, qui donne envie de redécouvrir ce compositeur, le joli prélude orchestral des Guelfes, de Godard, suivi de la phrase exquise "Que les parfums sont doux qui montent des jardins". Retenons enfin l'air si sensible de Béatrix d'Etienne Marcel, de Saint-Saëns, l'extase de La Vierge, de Massenet, la poésie heureuse du solo de Lalla-Roukh, et la touchante prière de la cantate Clovis et Clotilde du jeune Bizet. Voilà une parution impeccable, dont le but est de faire découvrir des pages méconnues, oubliées, par le biais d'interprètes hors pair. C'est réussi à 100 %. Bruno Peeters

Son 10 - Livret 9 - Répertoire 9 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>