D’après l’œuvre de Rudolf Steiner

par

Elmar LAMPSON (*1952)
Mysterienszenen

Solistes de l’International Mahler Orchestra, dir. : Yoel GAMZOU
2012-DDD-60’ 20’’-Texte de présentation en allemand et en anglais-Col Legno 20407
Né à Coblence, Elmar Lampson, qui a étudié la composition et le violon à Hanovre et à Würzburg, est pour ainsi dire en Allemagne l’anti-Wolfgang Rihm, non pas parce qu’il lui est hostile, mais bien parce qu’il est, par comparaison, un créateur des plus économes et des moins prodigues.
Les discophiles l’ont découvert en 1998 par un enregistrement de sa Symphonie, ou plutôt de sa SymPHONIE, sous l’excellent label Col Legno, qui a donné par la suite deux autres enregistrements de ses rares opus et qui publie aujourd’hui Mysterienszenen pour un ensemble de huit instrumentistes. Divisée en dix-huit sections de durée inégale, la plus courte dépassant à peine la minute, la plus longue faisant dix fois plus, cette œuvre est basée sur les Mysteriendramen de Rudolf Steiner (1861-1925), le fondateur de l’anthroposophie dont la doctrine consiste à dire que derrière le monde visible existe un monde invisible, qui n’est pas le monde d’une quelconque divinité et auquel chaque individu devrait s’accéder pour son plein épanouissement. En réalité, ce sont dix-huit moments musicaux autonomes, tantôt des visions, tantôt des actions, mélange très subtil et très maîtrisé de sérénité et de fureur, de béatitude et d’exubérance, auquel il est bien difficile de rester indifférent. Il y a d’ailleurs chez Elmar Lampson un goût de la suavité, une approche charnelle de la matière sonore – preuves tangibles qu’il est un pur musicien et un artiste profondément inspiré. Une des voix les plus intéressantes de la musique allemande contemporaine.
Jean-Baptiste Baronian

Son 9 - Livret 7 - Répertoire 9 - Interprétation 9

Les commentaires sont clos.