Détournement d'héritage

par
Rameau

L'HERITAGE DE RAMEAU
Ensemble Les Surprises, dir.: Louis-Noël BESTION de CAMBOULAS, Yves RECHSTEINER, orgue
2018-DDD- 54'54- Textes de présentation en français et anglais- Editions Ambronay AMY 050

Tambourins, rigaudons et autres musettes du maître de l'opéra français trouvent dans ce programme des couleurs concertantes « tout à fait inédites », annonce le livret de présentation. Or ce sont tous des arrangements de l'organiste Yves Rechsteiner pour le bel instrument François-Henri Cliquot (1782) de Souvigny... et l'Ensemble Les Surprises. Le tout entrelardé de diverses Suites de Rebel et Francoeur accommodées pareillement. Rameau ne se suffirait-il pas à lui-même ? Tout comme Rebel et Francoeur ? Alors pourquoi vouloir ajouter des « couleurs inédites » à des musiciens morts depuis trois siècles ? Ces manipulations s'opèrent d'autant plus impunément que la réaction des auteurs n'est plus à craindre ! Ce n'est pas là un héritage mais une captation, un détournement d'héritage. Ainsi par exemple de l'air « Tristes apprêts » (9) qui, travesti en oratorio pompeux, frôle l'imposture... Souhaitons qu'à l'instar de Dukas ou Ravel, les musiciens admiratifs prennent la plume et écrivent eux-mêmes « Tombeaux » et autres hommages qu'ils souhaitent offrir à tel ou tel compositeur. Ce comportement d'appropriation et d'orgueilleux ajout - surtout lorsqu'il fait l'objet d'un enregistrement - est d'autant plus regrettable que l'organiste se révèle ici plein de subtilité et d'ingéniosité, et que l'Ensemble Les Surprises présente d'indéniables qualités. Et s'ils se contentaient de jouer, et bien jouer ce qu'ont écrit les compositeurs ?
Bénédicte Palaux Simonnet

Son 8 - Livret 6 - Répertoire 5 - Interprétation 7

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>