Deux disques d'un compositeur à découvrir

par

Krzysztof MEYER
(°1943)
Piano Quartet op. 112 (2009) ; 14è Quatuor à cordes (2014) ; Quintette pour 4 saxophones et piano op. 107 (2006/2014)
Olivier Triendl, piano ; Wieniawski Quartet ; Notabu Ensemble Neue Musik
2017 DDD 73’50 Livret polonais et anglais CD DUX 1414
Le label polonais DUX publie deux CD’s consacrés à la musique de Krysztof Meyer, un compositeur polonais qui fut élève de Penderecki et de Nadia Boulanger. Le premier CD rassemble des œuvres de chambre dont le point commun est le quatuor à cordes. Il y a tout d’abord le Piano Quartet en un mouvement de 2009 qui débute par une entrée fracassante qui servira de refrain séparant des épisodes différenciés et toujours très typés. On a d’emblée la conviction d’être en présence d’une forte personnalité, même si on détecte l’influence de son maître Penderecki, une influence normale et inévitable. Les interprètes, le quatuor Wieniawski et le pianiste Olivier Triendl, sont tout engagés dans sa musique et plus que convaincus. Composés de grands contrastes, le discours musical est très narratif, ce qui a pour résultat une musique très facile à suivre. Je ne connaissais ce compositeur que de nom, mais à l’audition de cette première œuvre, je suis sous le choc. Voici maintenant son quatorzième quatuor à cordes, une œuvre récente (2014) en trois mouvements, dont les intitulés disent quelque chose du contenu : Lento, Lento, Inquieto. On sent le compositeur habitué à cet effectif (les 13 premiers quatuors sont enregistrés chez Naxos). C’est à nouveau une musique narrative au discours très clair, équilibré, facile à suivre. Puis vient le Quintette pour quatre saxophones et piano en quatre mouvements, une œuvre qui nécessite un chef pour la diriger. Après un lento initial, il y a un inquieto, un gracile, et à nouveau un lento. Contrairement au quatuor avec piano, l’instrument à clavier est ici traité de façon quasi impressionniste plutôt qu’agressive. Les saxophones (deux alti, un ténor et un baryton) jouent des tons soutenus ou des contrepoints agiles pour une musique tout en douceur et délicatesse. 

Meyer2Hommage à Brahms
(°1982)
Concerto pour flûte et orchestre N°2 (1983) ; Farewell Music (1997) ; Messe pour chœur mixte et orchestre (1987 – 1996)
Andras Adorjan, flûte ; Andrzel Bialko, orgue ; Orchestre symphonique de la radio nationale polonaise ; Chœur de la radio polonaise, Antoni Wit, direction
2017 DDD 75’31 Livret polonais et anglais CD DUX 1408
Le second disque contient des œuvres pour orchestre, avec ou sans chœur. Son Hommage à Brahms (1982) contient une allusion à la première symphonie de ce dernier. Mais son Concerto pour flûte et orchestre N°2 (1983) est plus intéressant. Dans cette œuvre, le soliste change d’instrument dans chacun des quatre mouvements : respectivement flûte alto, , piccolo, flûte basse et flûte de concert. L’instrumentation change également, l’orchestre entier n’intervenant que dans le final. C’est un autre hommage qui vient ensuite, un adieu à Witold Lutoslawski : Farewell Music (1997). L’œuvre commence par des sons dispersés qui convergent peu à peu, exactement comme le début du célèbre quatuor à cordes de Lutoslawski. Mais c’est la seule allusion, car l’œuvre ne sonne pas du tout comme le compositeur de Paroles Tissées, mais bien comme du Meyer. Sa Messe fut composée en plusieurs étapes : d’abord pour chœur et orgue, puis avec l’ajout d’un petit orchestre, puis symphonique pour être destinée non plus aux églises, mais aux salles de concert. Elle comprend les cinq parties habituelles du Kyriale, et, comme le veut la tradition, on y trouve des symboles relevant de la peinture sonore, comme le climax du Gloria qui est chanté à cinq voix, le seul passage de toute la messe à l’être, des triolets dans le credo, allusion à la sainte trinité, lesquels débutent par trois accords revenant trois fois, dans trois sections, le second fragment ayant 33 temps.
Dominique Lawalrée

 Son 9 - Livret 8 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>