Du beau Haydn dans une étrange compilation de "concertos" !

par
Joseph HAYDN (1732-1809) CD1 : Concerto pour violon en sol majeur, Hob.VII4a - Concerto pour cor en ré majeur, Hob.VIId:3 - Concerto pour clavier en sol majeur, Hob.XVIII:4 CD 2 : Symphonie en sol mineur, Hob.I:83 "la poule" - Fantaisie en do majeur pour clavier, Hob.XVII:4 - Concerto pour clavier en ré, Hob.XVIII:11 - Concerto pour violon et clavecin en fa, Hob.XVIII:6 Riccardo Minasi, violon, Maxim Emelyanychev, clavier, Johannes HinterHolzer, cor Il Pomo d'Oro. Riccardo Minasi, direction (CD1), Maxim Emelyanychev, direction (CD2) 2016-DDD-56'42'' et 68'55"-Texte de présentation en anglais, allemand et français - 2 CD ERATO 0825646052042 Etrange, en effet, de trouver la célèbre 83ème symphonie "la poule" et la rare fantaisie pour clavier en do aux côtés de quatre concertos moins connus et du fameux 11ème concerto en ré pour clavier, immortalisé par Alfred Brendel et Martha Argerich. Quatre concertos pour violon sont attribués avec certitude à Haydn avec une légère réserve sur l'authenticité du 4ème concerto en sol majeur dont on ne connaît qu'une première édition par Breitkopf & Härtel en 1909 suite à une annonce déjà faite dès 1769 par Breitkopf ! Il s'agit probablement du premier concerto écrit par Haydn avant 1761. L'orchestre est réduit aux seules cordes, la partie concertante en est relativement facile. Notre compatriote, Arthur Grumiaux, en avait déjà donné une belle version en 1967 avec Raymond Leppard. Beau concerto que le 3ème concerto pour cor en ré, écrit en 1762 pour un des cornistes de l'orchestre Esterhazy avec un superbe mouvement médian en la majeur. Si le 4ème concerto pour clavier en sol de 1770 présente encore des traits de la tradition baroque, le 11ème, de datation douteuse, probablement la fin des années 1770, se rapproche plus des concertos de Mozart. Ce dernier ne limite plus l'orchestre aux cordes et y ajoute deux hautbois et deux cors. L'intéressant 6ème concerto en fa fut probablement écrit avant 1761 pour orgue avec accompagnement de violon. Mais, cette partie n'est pas anecdotique ; le violon poursuit un réel dialogue avec le clavier. Le finale évoque le menuet de la 21ème symphonie du compositeur, lui-même prémonitoire du célèbre menuet de la petite musique de nuit de Mozart. Avec la symphonie "la poule" de 1785 et la fantaisie de 1789 pour clavier précitées, on a deux heures de plongée dans l'univers du Haydn pré-londonien (qui nous donnera alors ses 12 dernières symphonies et son dernier concerto, celui pour trompette de 1796). Malgré sa jeune existence - il a été fondé en 2012 - l'orchestre d'instruments anciens Il Pomo d'Oro s'est déjà taillé une sérieuse réputation qu'il confirme dans ces deux CDs. Les deux chefs qui dirigent également l'orchestre lorsqu'ils sont solistes favorisent une sonorité énergique et corsée qui met bien en valeur les cinq concertos. Comme Bernstein dans un autre registre, ils ont trouvé la vigueur et l'humour qui caractérisent si bien le mal nommé "Papa Haydn". Un beau coffret pour découvrir un Haydn moins joué. Jean-Marie André Son 8 – Livret 8 –  Répertoire 9 – Interprétation 9

Les commentaires sont clos.