Dutilleux intime

par
Dutilleux
Henri DUTILLEUX (1916 - 2013) Musique de chambre Nora CISMONDI (hautbois), Emmanuel CURT (percussion), Alexis DESCHARMES (violoncelle), Mathieu DUPOUY (clavecin), Fany MASELLI (basson), Magali MOSNIER (flûte), Jonathan REITH (trombone), Axel SALLES (contrebasse), Sébastien VICHARD (piano) DDD–2017–54’ 09’’–Textes de présentation en français et en anglais–Label Hérisson 15 En 1962, dans un passionnant ouvrage intitulé Présences contemporaines et consacré à la musique française du XXe siècle (d’Erik Satie à Jacques Bondon), le musicologue et critique français Jean Roy a fort bien exprimé la démarche d’Henri Dutilleux : « Après la guerre, dès 1945, Dutilleux prend nettement conscience des problèmes esthétiques et stylistiques qui se posent au musicien contemporain. Néo-impressionnisme, néo-romantisme, néo-classicisme ne peuvent conduire qu’à une impasse. Il n’est pas possible de revenir en arrière. Mais l’important n’est pas d’être moderne ou anti-moderne. Une seule chose compte, découvrir son propre langage. Or, c’est à l’intérieur du langage qui lui a été légué par ses devanciers que Dutilleux accomplira la révolution nécessaire. Ou plutôt, c’est en lui-même que s’opérera la transformation, par une ascèse assez subtile qui purifiera la pensée, le sentiment. » Ni moderne, ni anti-moderne, en effet, Henri Dutilleux est au premier chef un voyant de la musique contemporaine, un créateur qui est parvenu, un peu comme Claude Debussy et Gabriel Fauré, à rendre sensible, perceptible et audible les mille et un mystères de l’âme humaine, dans un style d’une clarté époustouflante. Les œuvres de musique de chambre regroupées sur ce disque en sont la preuve par six – six petits bijoux de pureté et de magie, mélange suffisamment rare pour qu’on y insiste. Il est vrai que leurs divers interprètes en respectent la lettre et l’esprit avec le plus grand soin, et en particulier le violoncelliste Alexis Descharmes confronté aux superbes Trois Strophes sur le nom de Sacher, dont la première a été écrite en 1976, à la demande de Mstislav Rostropovitch, et qui sont très rapidement entrées dans le répertoire. Une incontestable réussite. Jean-Baptiste Baronian

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>