Elliot Carter, œuvres testamentaires

par
Carter
Elliot CARTER (1908 - 2012) Late works. Interventions, Dialogues, Dialogues II, Soundings, Two Controversies and a Conversation, Instances, Epigrams Pierre-Laurent Aimard, piano ; Colin Currie, percussion ; Isabelle Faust, violon ; Jean-Guihen Queyras, violoncelle. Birmingham Contemporary Music Group, BBC Symphony Orchestra, Oliver Knussen 2017-DDD-74’02. Livret en anglais. Ondine. ODE-1296-2 Cette parution documente les dernières œuvres du compositeur américain Elliot Carter, décédé en 2012 à l’âge de 104 ans ! Carter est toujours resté fidèle à une ligne ultra-moderniste, rare écho nord-américain aux expérimentations radicales des Boulez, Stockhausen, Berio et autres radicaux. La plus jeune de ces pièces tardives, Dialogues pour piano et orchestre de chambre fut composée alors qu’Elliot Carter avait 95 ans ! On ne sera pas surpris de la communauté d’esprit artistique entre toutes ces différentes œuvres, toutes liées par un modernisme savant et élaboré, basé sur une technique instrumentale très assurée et qui fait mouche autant dans les œuvres avec orchestre que dans le trio avec piano Epigrams. On est ici dans l’art d’un maître artisan qui cisèle avec perfection une matière comme il l’a toujours fait avec une musique très pure dans sa beauté mais quelque peu froide et distancée comme un mobile de Calder ou un tableau de Barnett Newman. Le tout flatte l’intellect plus qu’il sollicite les sens.  On peut ainsi admirer les subtils dosages de Two Controversies and a Conversation pour piano, percussion et orchestre de chambre avec son beau discours articulé entre les instruments solistes et l’orchestre. L’équipe artistique regroupe les cadors de la contemporaine : Pierre-Laurent Aimard au piano, Colin Currie aux percussions ou le chef d’orchestre compositeur Oliver Knussen auxquels s’ajoutent la violoniste Isabelle Faust et le violoncelliste Jean-Guihen Queyras. De tout temps, Elliot Carter a toujours su attirer les meilleurs interprètes pour défendre sa musique et cet album posthume n’y fait pas exception. Ce beau disque n’en reste pas moins exigeant mais il documente une œuvre dont il faut respecter la cohérence et la fidélité. Pierre-Jean Tribot Son 10 - Livret 10 - Répertoire 7 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>