French touch chorégraphique avec John Axelrod

par
Axelrod

Maurice Ravel (1875-1937) : Ma Mère l’oye (intégrale du ballet) – L’Eventail de Jeanne – Fanfare
Pierre Octave Ferroud (1900-1936) : Marche
Jacques Ibert (1890-1962) : Valse
Alexis Roland-Manuel (1891-1966) : Canarie
Maurice Delannoy (1898-1962) : Bourrée
Albert Roussel (1869-1937) : Sarabande
Darius Milhaud (1892-1974) : Polka
Francis Poulenc (1899-1963) : Pastourelle
Georges Auric (1899-1983) : Rondeau
Florent Schmitt (1870-1958) : Kermesse Valse
Orchestre National des Pays de La Loire, John Axelrod
DDD-2012/2016-61’48-Notice de présentation en : anglais et français-Naxos 8.573354

L’Orchestre National des Pays de la Loire possède dans son ADN naturel  le gène de l’exploration du patrimoine musical français : depuis ses débuts sous la baguette de son fondateur Pierre Dervaux (Pierné, D’Indy et Rabaud enregistrés pour EMI) jusqu’au récent album d’inédits d’Henri Dutilleux (sous la baguette de Pascal Rophé chez Bis). Quant à John Axelrod, directeur musical de l’orchestre entre 2010 et 2013, il avait enregistré cette double affiche chorégraphique de ballets français que le label Naxos édite enfin !
Si l’on ne présente plus Ma Mère l’Oye de Maurice Ravel enregistrée dans sa version intégrale, le ballet collectif l’Eventail de Jeanne est une rareté au disque, en dehors de la courte fanfare introductrice composée par Maurice Ravel. L’Eventail de Jeanne est un ballet pour enfant commandé par la mécène parisienne Jeanne Dubost, qui dirigeait une école de danse pour bambins. Au printemps 1917, elle offrit à dix de ses amis compositeurs, une feuille de son éventail et les pria de composer une brève danse pour ses élèves. Il en résulte un ballet en 10 pièces, œuvre collective d’un brillant aéropage de compositeurs français. Le style, très différent selon les compositions, conduit à un manque d’unité certain, mais le charme très « années 20 » de ces saynètes reste tout de même des plus séduisants.
John Axelrod dirige avec sens du style, des couleurs et de la narration ce programme à la tête d’un Orchestre National des Pays de la Loire concentré et appliqué, même si parfois un peu rigide comme dans Ma Mère l’Oye de Maurice Ravel. On thésaurisera cet album pour son Eventail de Jeanne car la discographie est bien faible car seul l’enregistrement de Geoffrey Simon et du Philharmonia (Chandos) subsiste encore au catalogue.
Pierre-Jean Tribot

Son 9 – Livret 8 – Répertoire 10 – Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>