Ginastera intime

par

Alberto GINASTERA
(1916 - 1983)
Canciones opus 3-Canciones populares argentinas opus 10-Las horas de una estancia opus 11-Pampeana n° 2 opus 21 pour violoncelle et piano-Sonate pour violoncelle et piano opus 49
Gabriel SIVAK
(° 1979)
Tres instantes oniricos
Maya VILLANUEVA (soprano), Patrick LANGOT (violoncelle), Romain DAVID (piano)
2016-DDD-75'-Textes de présentation en français et anglais-Klarthe K016

Le 20ème siècle en Amérique centrale et du sud aura vu l'émergence d'écoles musicales nationales: Chavez au Mexique, Villa-Lobos et Guarnieri au Brésil, Nin à Cuba en seront quelques-uns des hérauts les plus éloquents. Il est d'ailleurs remarquable que la découverte de leur oeuvre, importante tant en quantité qu'en qualité, ait poussé un Aaron Copland à chercher longtemps, lui aussi, un idiome national, purement nord-américain, sur le modèle de ce que proposait Carlos Chavez. En ce qui concerne les Etats-Unis, Leonard Bernstein atteindra le même but, avec des moyens fort différents. Si l'on excepte Astor Piazzola et Carlos Gardel dont les arts furent presque entièrement consacrés au tango, ainsi que Carlos Guastavino et Carlos Lopez Buchardo, le compositeur argentin par excellence fut Alberto Ginastera. Si ces dernières années ont vu d'assez nombreuses parutions consacrées tant à sa production orchestrale et chambriste qu'à ses oeuvres pour piano ou à son opéra Bomarzo, ses mélodies, en revanche, n'avaient été qu'assez rarement abordées jusqu'à présent, si l'on excepte un disque où brillait entre autres Placcido Domingo (Warner). Celles qui sont proposée ici, rassemblées en courts cycles, sont parmi les plus remarquables de leur auteur. On y retrouve ce style chaloupé caractéristique de la musique sud-américaine. Il s'agit essentiellement de pièces très délicates, finement ciselées, souvent teintées de mélancolie, interprétées ici avec beaucoup de retenue par la soprano Maya Villanueva. Certaines, telles que Gato extraite de l'opus 10, sont au contraire des danses pleines de vie. La seconde partie du cd est consacrée au violoncelle. La 2ème des Pampeanas, cycle inspiré par la pampa comme le suggère le titre, est dédiée au violoncelle et au piano, tandis que la première met le violon à l'honneur et la 3ème est destinée à tout l'orchestre. Ici, le violoncelle est traité avec rudesse et exprime un lyrisme intense, plein de pathos, dans des rythmes syncopés qui établissent un climat assez tendu dans sa première section. On trouve beaucoup de choses dans ces à peine neuf minutes de musique et même des réminiscences de la première suite pour violoncelle seul de Bach. La sonate, écrite en 1979 et distante de 30 ans de cette Pampeana la rejoint cependant sur beaucoup de points et est écrite dans un style proche, globalement très rugueux et basé sur un système de rythmes complexes. En complément nous est proposé Tres instantes oniricas du compositeur argentin Gabriel Sivak, né en 1979, une partition pour soprano, violoncelle et piano qui ne doit rien, ou presque, à Ginastera mais qui est une manifestation du goût affirmé de son auteur pour le post-modernisme.
Bernard Postiau

Son 9 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>