Glow, un drame lumineux !

par
Jaakko KUUSISTO (°1974) Play III, Valo, Play II, Loisto, Jurmo/ Meta4 string quartet, Jaakko Kuusisto Violin, Riita-liisa ristiluoma viola, Jan-erik Gustafsson cello, Paavali Jumppanen & Heini Kärkkäinen piano 2016-SACD-Texte de présentation en français, anglais, allemand, finnois-BIS 2192 Dans cet album, Jaakko Kuusisto, violoniste, compositeur et chef d’orchestre finlandais, nous offre quelques compositions de musique de chambre. On ressent, chez Kuusisto, l’expérience du chef d’orchestre, toujours à la recherche de textures et de couleurs. Le violon raconte la mélancolie, la douleur voire la peur tout en se fondant dans les instruments. Le CD débute avec Play III, un morceau composé en 2008 dans le cadre d’un festival finlandais. Le chaos est la base de ce morceau. En effet, les premiers accords laissent apparaitre des sonorités joyeuses mais c’est dans le drame que nous plongeons quelques mesures plus tard, avec en n intermède le lyrisme ! Les couleurs sont toujours dramatiques mais la sonorité est lumineuse. L’intervention du deuxième violon pousse le premier à intervenir avec un thème qui évoluera pendant tout le morceau. On peut noter la beauté de l’interprétation du quatuor Meta4. Valo: littéralement « lumière » nous permet d’entendre au violon, Jaakko Kuusisto lui-même, accompagné au piano de Paavali Jumpanen. On reconnaît, dans ce morceau, l’influence de Debussy notamment avec les gammes lancinantes du début et de la fin. La lumière est là pour éloigner la noirceur de l’œuvre. Le piano et le violon tantôt s’accompagnent, se parlent et tantôt se battent. Play II est, quant à lui, un quatuor commandé par le festival Ravinia aux Etats-Unis. Ce morceau nous emmène dans une course poursuite mystérieuse et sombre, comme un bon roman policier ! L’enquête appelle la réflexion et, grâce aux indices, se relance toujours et l’inattendu se produit. Cette œuvre nous apporte différentes techniques du jeu des cordes. Celles-ci sortent parfois des traditions mais l’effet est époustouflant. Le quatuor est efficace et fait preuve d’un bel esprit d’unité. La fin du « roman » est assurément dramatique ! Nous retrouvons encore Jaakko Kuusisto au violon avec Loisto. C’est le morceau le plus ancien de l’album. Loisto signifie « brillance » et, en effet, le violon brille d’abord dans un thème tout en sérénité et puis dans l’agressivité. Nous finissons par Jurmo, une œuvre pour piano solo interprété par Paavali Jemppanen. Cette oeuvre dépeint l’univers de l’ile finlandaise de Jurmo, entourée par la mer Baltique. Le morceau commence simplement par des bruits de pédales du piano. Ces bruits forment un rythme qui va nous suivre tout au long de la partition. Contrairement aux autres morceaux, le calme et la sérénité règnent même si parfois la nature reprend ses droits et la tempête agite l’océan. Néanmoins, Jurmo nous fait redescendre sur terre. Le pianiste nous a fait voyager et Kuusisto nous prouve une fois de plus sa maitrise de l’harmonie et des couleurs musicales. Il y a chez Kuusisto une signature et un univers qui lui sont propres où les images nous apparaissent sans difficultés. Le compositeur créé une musique de film qui n’a pas besoin de l’image pour vivre. L’atmosphère est dramatique mais toujours remplie d’espoir. Il est sans doute un compositeur important du XXIème siècle et nous devrons compter avec lui. François Hanse, reporter de l’IMEP

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>