Kapustin, le compositeur qui fait rimer sonate et jazz

par
KAPUSTIN

Nikolai KAPUSTIN
(°1937)
Sonate no. 1 op. 63, Sonate no. 2 op. 84, Elegy op. 96, Nearly Waltz op. 98, Burlesque op.97
Duo Perfetto – Clorinda Perfetto (piano), Robert Witt (violoncelle)
2017 – 52’07 – Livret de présentation en anglais – Brilliant Classics 95560

Être ou ne pas être (du jazz), il vaut mieux ne pas se poser la question quand on parle de la musique de Nikolai Kapustin. En effet, ce compositeur russe né en Ukraine en 1937 fusionne si bien le langage jazz avec les formes et la rigueur de la musique dite « classique » qu’il est difficile de distinguer les deux styles. Sachant qu’il retranscrit méticuleusement toute l’inexactitude et les superbes imprévus de l’improvisation, est-ce qu’on peut qualifier son œuvre de jazz ? De même, si elle est « classique », dans quel courant stylistique devrait-on la confiner ? Ce « no-man’s land » défie toute classification. Plusieurs grands pianistes comme Marc-André Hamelin et Stephen Hough ont enregistré ses œuvres majeures, dont notamment les brillantissimes 24 Préludes dans le style jazz. Le duo Perfetto (le nom provient de la pianiste Clorinda Perfetto) nous propose ici l’intégrale des œuvres pour violoncelle et piano de ce compositeur atypique.
Les clins d’œil pimentent ces musiques, l’énergie bouillonne et les rythmes sont endiablés sous l’influence enivrante du rock n’ roll. L’écriture pianistique rappelle le style d’Art Tatum, Keith Jarrett et Oscar Peterson, alors que le violoncelle alterne entre des mélopées lyriques et des pizzicatos « walking bass », notamment dans la charmante Élégie. L’interprétation du duo Perfetto n’est pas parfaite – la densité de l’écriture de Kapustin provoque quelques flottements rythmiques, et on se passerait de certains glissandos excessifs du violoncelliste Robert Witt. Toutefois, ayant déjà joué certaines œuvres de Kapustin pour violoncelle, je peux affirmer que cette musique ne tombe pas facilement sous les doigts et que la faire sonner aussi bien que le duo Perfetto n’est pas évident. Leur énergie contagieuse fait de ce CD une jolie trouvaille pour tout mélomane cherchant à épicer un peu sa collection discographique !
Pierre Fontenelle, Reporter de l’IME

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>