L’âme de l’Arménie

par
Komitas
KOMITAS (1869 - 1935) Musique pour piano et musique de chambre Mikael AYRAPETIAN (piano), Vladimir SERGEEV (violon) DDD–2017–70’ 47’’–Textes de présentation en anglais et en allemand–Grand Piano GP720 Komitas est le nom de prêtrise de Soghomon Soghomonian, dont la vie mouvementée et exemplaire est indissociable de l’histoire moderne de l’Arménie. S’il a survécu au génocide perpétré par les Jeunes Turcs en 1915, il n’en a pas moins subi les terribles effets : atteint de graves traumatismes et interné à plusieurs reprises, il a dû contre son gré renoncer à la composition et abandonner ses travaux d’ethnomusicologie, lui qui, avant les massacres, avait collecté plus de trois mille chants populaires à travers tout le Caucase. Icône arménienne absolue, Komitas, ou Komitas Vardapet (c’est-à-dire père Komitas), est un authentique découvreur et un des pionniers de la musique polymodale. La sienne, reconnaissable immédiatement, traduit de manière saisissante l’âme arménienne – une notion, qui a peut-être quelque chose de galvaudé, à l’instar de la notion d’âme russe, mais qui dit bien que chacune de ses partitions, y compris celles qu’on qualifierait d’anodines, exprime la réalité la plus profonde d’une culture sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. Ce disque en apporte la preuve, car les cinq œuvres pour piano et pour violon et piano qu’il contient, et qui ont été écrites entre 1899 et 1916, donnent l’impression de n’en former qu’une seule, un peu comme si elles appartenaient toutes à un gigantesque opus, dont les racines seraient le folklore de l’Arménie, ses chants séculaires, parfois mâtinés d’orientalisme, et ses airs traditionnels ainsi que les modes si singuliers de la liturgie arménienne. D’aucuns estiment que le style de Komitas est par trop répétitif et qu’il frôle la monotonie. C’est comme s’ils déploraient que la tour de Pise ne soit pas toute droite. Jean-Baptiste Baronian

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>