L’anniversaire de Bernstein

par

Leonard BERNSTEIN
(1918 – 1990)
Ouverture Candide ; Danses symphoniques de West Side Story ; Trois danses de Fancy Free ; Suite symphonique On The Waterfront ; Trois danses de On The Town
Orchestre Philharmonique Royal de Liverpool, dir. Christian Lindberg
2017 DDD 62’30 Livret allemand, anglais, français SACD BIS 2278
Ce portrait du génial musicien américain paraît l’année de son centenaire. Leonard Bernstein a toujours été admiré comme chef d’orchestre et comme pédagogue, mais comme compositeur, il n’a pas toujours été pris au sérieux par ses pairs ni par une certaine critique. Il est vrai que sa meilleure musique se trouve parmi les musiques de scène, plutôt que parmi ses musiques de concert, plus sérieuses. Il n’y a pourtant pas de honte à avoir composé des chefs d’œuvre comme West Side Story. Héritier de Gershwin et de son ami Copland, Bernstein est à son meilleur lorsqu’il communique sa passion. C’est pourquoi les musiques rassemblées sur cet album-hommage sont irremplaçables :  elles communiquent une Amérique exubérante, celle que l’on voit au cinéma ou dans les BD et les polars. Rien n’est cependant vulgaire, tout est stylisé. Le danger avec les musiciens classiques est une gaucherie rythmique qui les guette à tout instant, exactement comme lorsqu’une chorale chante des négro-spirituals en raidissant tous les rythmes « à la classique ». Mais heureusement, rien de tout cela ici. Le tromboniste Christian Lindberg dirige l’orchestre de Liverpool très souplement et avec un vrai sens du swing. Ses versions valent bien celles du compositeur chez CBS/Sony ou plus tard chez DG et sont parfois même meilleures (West Side Story). Si dans les trois danses extraites de Fancy Free, l’influence de Stravinsky et de Copland est évidente, dans la suite On The Waterfront, une adaptation de la musique du film d’Elia Kazan, le génial « Lenny » y est totalement lui-même, et cette suite est une de ses plus belles réussites. L’orchestre de Liverpool y est… royal ! On retrouve Stravinsky et Gershwin dans les Trois danses de On The Town, mais à la sauce Bernstein, l’un des plus grands musicien que l’Amérique ait produit. Sa musique est généreuse, exactement comme il l’était en dirigeant. Si vous ne voulez qu’un disque de sa musique, c’est celui-ci : c’est un joker !
Dominique Lawalrée

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 10 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>