L'art français de l'opéra au XVIIIe siècle en formation de chambre

par http://www.file7.com/

Rebel de père en fils
Jean-fery Rebel (1666-1747), François Rebel (1701-1775)
Ensemble Les Surprises
DDA- 72' 32'' – 2013 – Ambronay -AMY 303 – Livret de présentation en français, anglais, allemand.
L'ensemble Les Surprises a été fondé en 2010 par Juliette Guignard et Louis-Noël Bestion de Camboulas, tous deux formés aux CNSM de Paris et de Lyon. Le nom de l'ensemble fait référence à l'opéra-ballet de Rameau Les surprises de l'amour et veut défendre les musiques des XVIIe et XVIIIe siècle mais pas seulement ! Il souhaite aussi promouvoir la musique contemporaine écrite pour les instruments baroques. En 2012, Les Surprises est en résidence au Centre Culturel de rencontre d'Ambronay dans le cadre de son dispositif Résidences Jeunes Ensembles. Ces résidences ont pour objectif de jeter un pont entre la fin des études de jeunes artistes prometteurs et la vie professionnel. Le Centre Culturel d'Ambronay travaille en collaboration avec l'Académie baroque européenne qui invite chaque année après auditions des instrumentistes, danseurs ou chanteurs de nationalités différentes. De cette manière, certains se découvrent des projets d'ensemble. Les Résidences d'Ambronay leur offre un cadre de travail de qualité mais aussi une aide pour enregistrer et promouvoir leurs productions. La Collection Jeunes Ensembles à laquelle appartient ce disque leur est destinée.
Ce premier disque de l'ensemble Les Surprises réunit les deux centres d'intérêt de ses membres fondateurs : l'opéra et la dynastie Rebel. L'opéra tout d'abord. Les XVIIe et XVIIIe siècle ont vu naître bon nombre de créations lyriques d'une grande diversité : tragédies lyriques, opéras-ballets, pastorales héroïques, comédies lyriques, intermèdes, etc... on imagine aisément le budget de telles productions aussi aimait-on les transposer dans des cadres plus intimes où les airs à la mode étaient détachés de leur dramaturgie d'origine. Ainsi, les opéras étaient remaniés pour des effectifs réduits pour des concerts dans les salons bourgeois de Paris ou au Théâtre des Petits-Appartements de la marquise de Pompadour. De ce fait, ces « petits opéras » pour formation de chambre permettaient à tout bon amateur d'interpréter lui-même ce qu'il avait entendu à l'Académie Royale. Le travail de Louis-Noël de Camboulas s'inscrit dans cette tradition historique : « C'est en me référant à ces pratiques historiques que j'ai voulu créer un Concert, en présentant sur ce disque des oeuvres provenant de diverses origines, rassemblées ici pour constituer un nouveau livret, une nouvelle dramaturgie. » On y retrouve l'évocation des suites de danse spécifiques aux opéras français avec Les Caractères de la Danse. Les Regrets évoque les scènes de sommeil et le caractère impétueux de Lully, maître de Jean-Féry Rebel se retrouve dans des orchestrations en batterie et triples croches typiques des scènes d'orage.
Partons à la découverte de la dynastie Rebel. Jean, premier musicien de la famille, fut chanteur à la Chapelle Royale à partir de 1670. Cet honorable compositeur a eu cinq enfants dont Jean-Féry. Ce dernier étudia avec Lully. Il fut engagé dans les deux meilleurs orchestres en tant que premier violon : les Vingt-quatre Violons du Roi et l'orchestre de l'Académie Royale de Musique ou il deviendra successivement claveciniste puis « batteur de mesure ». Comme compositeur, il devint maître de musique de la Chambre du Roi. Son fils François occupera lui aussi des postes en vue dans la hiérarchie musicale française (directeur et administrateur de l'Académie Royale). Ce dernier a laissé une oeuvre abondante co-écrite avec François Francoeur. Ces deux hommes étaient d'ailleurs surnommés les « petits violons » car dès l'âge de 13 et 15 ans, ils jouaient ensemble dans l'orchestre de l'Académie Royale de Musique. Les compositions de cet enregistrement proviennent de trois opéras : Le ballet de la paix créé en 1738, Scanderberg, deuxième collaboration de Rebel et Francoeur en 1735 et Le Prince de Noisy, opéra-ballet de 1749. Les Surprises entendent donc démontrer l'art de la tragédie de François Rebel et François Francoeur sous le regard paternel de Jean-Féry. De ce dernier on peut découvrir Les Caractères de la danse pièce chorégraphique originale où des danses aux couleurs et ambiances s'enchainent en un seul mouvement et un hommage magnifique à son illustre contemporain avec Tombeau de Monsieur Lully.
La soprano Juliette Perret et la basse Etienne Bazola défendent remarquablement cette musique où on apprécie le savoir-faire et le métier des compositeurs mais aussi la qualité de la transcription. Les sonorités exploitées par Bestion de Camboulas et ses collègues aussi inspirées par l'écriture de Lully et Rameau offrent une deuxième jeunesse à la musique de la famille Rebel. Les Tambourins extrait du Ballet de la Paix illustre à merveille le propos !
Michel Lambert

Son 9 – Livret 8,5 – Répertoire 9 – Interprétation 9

 

Les commentaires sont clos.