Le Journal

Nézet-Seguin au repos

par

Le chef canadien Yannick Nézet-Séguin doit annuler toutes ses activités prévues au cours des deux prochaines semaines du fait d'une résurgence de la blessure au poignet qui l'a affecté cet été. 
C'est le chef Estonien Olari Elts qui le remplacera pour la Turangalila (Messiaen) avec l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam.

Les jazzmen plus réactifs

par
Un chercheur de l'Université Wesleyan de Middletown (Connecticut) a découvert que les stimuli musicaux inattendus provoquent des réactions différentes chez les jazzmen et les musiciens classiques. Les résultats ont été publiés dans la revue Brain and Cognition. L'étude s'est intéressée à l'activité cérébrale de 12 musiciens de jazz, 12 "classiques" et 12 personnes n'ayant bénéficié que d'une initiation dans le contexte scolaire. Pour tester les réponses, on a utilisé les séquences d'accords les plus courantes dans la musique tonale de l'ouest et des séquences inhabituelles. L'activité cérébrale des jazzmen (mesurée à l'EEG) s'est révélée plus intense que dans les deux autres groupes. L'équipe de recherche postule que le résultat est lié à la capacité d'improvisation qui est au cœur du jazz. Les musiciens de jazz réagissent quantitativement plus aux stimuli inattendus. Ils les intègrent rapidement dans leur expérience et leur action et ils peuvent les traiter aussitôt de manière créative. C'est la base du processus d'improvisation qui n'a pas fait l'objet d'un apprentissage chez les musiciens classiques qui réagissent donc autrement.  

L'Opéra de Paris en demi-teintes

par
Le rapport de la saison 2016-2017 de l'Opéra de Paris permet, pour Stéphane Lissner, de mesurer les résultats, d’apprécier les succès, et aussi tout ce que l’on aurait aimé réussir mieux encore. Avec 21 nouvelles productions dont une création mondiale, l’année 2017 a aussi été marquée par la nomination de trois nouvelles étoiles : Hugo Marchand, Germain Louvet et Léonore Baulac. L’Opéra National de Paris, l’Ecole de Danse et l’Académie ont accueilli 859 434 spectateurs (+7 % par rapport à la saison précédente) et les représentations de ballets et d’opéras affichent un taux moyen de remplissage de 91%, mais de 100% pour les grands classiques : La Flûte Enchantée, Carmen, Le Lac des Cygnes et Le Songe d’une Nuit d’été. Côté public, l’âge moyen des spectateurs est passé de 46 à 45 ans, 48 ans pour le lyrique et 43 ans pour les ballets. Les jeunes de moins de 28 ans ont acheté 94 164 places, soit 16,2% du public. Succès donc pour les avant-premières jeunes et les places à 10 euros qui ont séduit 27 385 jeunes (+19% par rapport de la saison précédente). Un déficit de 9,4 millions  Les ressources propres, billetteries et mécénat, ont augmenté (53% des ressources totales). Mais le coût des spectacles a crû pour s'élever à 40,8 millions d’euros, et les subventions de l’état ont continué de baisser (moins 1 millions par rapport à 2015). L’institution met en avant les mouvements sociaux nationaux qui ont entraîné l’annulation de douze spectacles et d’une avant-première "jeunes", les pertes liées aux moindres recettes commerciales (bar, ventes de programmes), et la baisse du nombre de visites du Palais Garnier depuis les attentats de 2015.

Fin de carrière inattendue

par
C'est l'Opéra de Paris qui a annoncé que la mezzo-soprano italienne Luciana d'Intino a décidé de mettre fin à sa carrière. Distribuée dans le rôle d'Ulrica du prochain Ballo in Maschera à l'Opéra Bastille (16 janvier-10 février), elle sera remplacée par Varduhi Abrahamyan. Cette saison, Luciana d'Intino a chanté Azucena (Le Trouvère) à Vienne et Oviedo avant d'annuler le reste de sa saison et d'annoncer la fin de sa carrière. Luciana d’Intino est née à San Vito al Tagliamento le 22 août 1959. Après la chorale paroissiale de son village, elle part étudier l’art lyrique au Conservatoire Benedetto Marcello de Venise, se fait remarquer dans des concours (dont Spoleto) et fait ses débuts en 1984 dans le rôle d’Azucena du Trouvère au Festival de Macerata, puis elle chante Rosine dans Le Barbier de Séville. Progressivement, elle s'impose comme l’une des meilleures interprètes des grands rôles de mezzo-soprano verdiens. Elle débute à la Scala en 1986 dans le rôle de Fenena de Nabucco et fait ses débuts américains trois ans plus tard, à Carnegie Hall. En 1993, elle chante la Princesse Eboli dans Don Carlos à la Scala, un de ses rôles les plus marquants. Hors Verdi, elle s’illustre aussi dans le bel canto avec, entre autres, Roméo dans Les Capulet et les Montaigu (Bellini) à Gênes en 1996.  Elle fait ses débuts au Met dans Don Carlos en 2005 (Princesse Eboli) et y retourne deux ans plus tard pour Amnéris dans Aïda. En France, elle débute à l’Opéra de Paris en 2010 avec la Princesse Eboli, et y retourne la même année pour la Tante dans Suor Angelica (Puccini). Eboli toujours, à l'Opéra de Vienne en 2012, puis elle retourne à Paris pour rejoindre Angela Gheorghiu dans Adriana Lecouvreur.

Olivier Leymarie à l'Ensemble Intercontemporain

par
Françoise Nyssen, Ministre française de la Culture, a annoncé la nomination d’Olivier Leymarie à la direction générale de l’Ensemble Intercontemporain sur proposition de son conseil d’administration et de son président Henri Loyrette. Il prendra ses fonctions dès ce 18 décembre prochain et succédera donc à Hervé Boutry à qui Pierre Boulez avait confié le poste  en 1995. Impliqué depuis plus de 20 ans dans le secteur de la musique vivante, Olivier Leymarie est actuellement administrateur général de erda, structure regroupant les ensembles accentus et Insula orchestra qui sont tous deux placés sous la direction artistique et musicale de Laurence Equilbey. Précédemment, il a été directeur de production et directeur artistique délégué de l’Opéra de Dijon (2008-13) et directeur adjoint à la production de la Cité de la musique-Philharmonie de Paris (2003-08). Le communiqué précise qu'Olivier Leymarie consolidera et multipliera les partenariats, avec la Cité de la Musique-Philharmonie de Paris, avec ses ensembles résidents ou avec l’Institut de Recherche et coordination Acoustique/Musique (IRCAM). En symbiose avec l’esprit d’ouverture imprimé par Matthias Pintscher qui dirige l’ensemble (ndlr: depuis 2013), il suscitera des rencontres entre musiques et entre disciplines. Le même communiqué ajoute encore que dans le cadre d’un équilibre repensé entre production et diffusion, Olivier Leymarie portera une attention particulière au rayonnement de l’EIC, tant à Paris et en Île-de-France que sur l’ensemble du territoire national et à l’étranger et enfin qu'il veillera au public de l’Ensemble Intercontemporain, celui qu'il a déjà et celui qu'il aura demain, plus nombreux, plus divers, en l'accompagnant et lui proposant, une action de médiation renouvelée, appuyée notamment sur le numérique.    

Pour l'honneur de la Hongrie

par
On sait que le Premier Ministre hongrois Viktor Orban n'est pas tendre avec les migrants. Dimanche dernier, Ivan Fischer et les membres de son Budapest Festival Orchestra ont donné un concert familial pour les familles de réfugiés, en réaction à ce qui s'est passé dans le village d'Őcsény où l'aubergiste a refusé d'accueillir des familles de sans-abris. Ces événements  m'ont vraiment rendu triste. Que les gens aient tellement peur et réagissent avec tant de  haine envers les familles de malheureux réfugiés... S'ils écoutent le concert ensemble, un miracle peut arriver. Je travaille depuis des années pour améliorer la bonne réputation de la Hongrie dans le monde, et je ne voudrais pas abandonner cet objectif, a déclaré Ivan Fischer.  

Retour aux sources

par
Costa Pilavachi, dont l'essentiel de la carrière s'est déroulée à la tête du groupe Universal Music et dont il est toujours un consultant très actif, vient d'accepter un nouveau job ! Et, pour la première fois, il va travailler dans son pays d'origine . Il l'a annoncé lui-même sur les réseaux sociaux : Mes amis, je voulais que vous sachiez qu'en plus de mon activité avec Universal Music, j'ai également été invité à donner des conseils pour les événements musicaux du Festival d'Athènes et d'Epidaurus. Les deux sites sont emblématiques, tant l'Odéon d'Hérode Atticus de 5000 places au pied de l'Acropole que le célèbre Théâtre Epidaurus de 12 000 places. Le festival a eu tendance à se concentrer davantage sur le théâtre et la danse ces dernières années et ma mission est d'améliorer l'offre musicale. Je suis vraiment honoré et excité à la perspective de faire ma première contribution à la vie musicale de la Grèce et j'ai hâte de vous accueillir tous dans ces magnifiques théâtres. Les gradins n'ont qu'à bien se tenir... !  

L'Elbphilharmonie, un grand succès

par
A Hamburg, l'Elbphilharmonie a été inaugurée le 4 novembre 2016. Un an plus tard, les chiffres sont éloquents : elle a draîné 4 millions de visiteurs. Cela signifie que 11.000 personnes s'y rendent chaque jour.

Jeune Soliste des Médias Francophones Publics

par
Le Prix rassemblait Espace 2 (Suisse), France Musique, Ici Musique (Canada) et Musiq'3. C'est la mezzo-soprano Lea Desandre, candidate de France Musique qui remporte le Prix Jeune Soliste 2018, tandis que la soprano Julie Gebhart, candidate de Musiq'3, remporte le Prix « Coup de cœur » du public. Lea Desandre succède Nathalia Milstein (2017), Elsa Dreisig (2016), Jean Rondeau (2015), ou Edgar Moreau (2013). Assorti d'une récompense de 4 000 euros, le Prix Jeune Soliste des MFP promet aussi à son lauréat le soutien dans sa carrière des médias francophones publics. Pour la première fois, un Prix « Coup de coeur » du public a été décerné, suite au vote en ligne du public entre le 10 et le 20 octobre. Il est revenu à la soprano belge Julie Gebhart.

Création d'un Opéra Studio à Amsterdam

par
Le Dutch National Opera Studio est un nouveau programme pour les jeunes artistes qui sera lancé à Amsterdam en septembre 2018 avec la soprano Rosemary Joshua pour leur offrir une formation de "qualité supérieure" et un large éventail d'expériences professionnelles. Le programme sera conçu pour six chanteurs et un répétiteur, tous membres salariés de l'Opéra pour une durée maximale de deux ans. Les jeunes artistes seront donc immergés dans la vie professionnelle et encadrés dans tous les aspects du développement de leur carrière dans un programme "sur mesure". Ils bénéficieront d'un accompagnement musical, linguistique et vocal avec des professeurs de niveau international et des chefs parmi les meilleurs. Ils participeront à deux productions majeures de la saison, des productions en studio, des récitals et des concerts / activités éducatives. Le répétiteur pourra s'appuyer sur la collaboration des musiciens, du chef de l'orchestre- maison et des chefs invités. Le Dutch National Opera Studio travaillera en collaboration avec Nederlandse Reisopera et Opera Zuid, qui offriront aux jeunes artistes l'opportunité de rejoindre leurs projets. Les auditions internationales du Dutch National Opera Studio auront lieu en décembre 2017 et en janvier 2018 avec une limite d'âge de 30 ans pour les voix féminines et de 32 ans pour les voix masculines.