Le Journal

John Storgards restera jusqu'en 2015 à Helsinki

par

StorgardsJohn Storgards a prolongé son contrat en tant que chef d'orchestre principal de l'Orchestre Philharmonique d'Helsinki (HPO) d'ici la fin décembre 2015, année coïncidant avec le 150e anniversaire de la naissance de Jean Sibelius né le 8 décembre 1865, pour lequel le chef a élaboré des programmes de concerts et des tournées avec l'orchestre. Egalement violoniste et cehf invité de l'Orchestre Philharmonique de la BBC, John Storgards a étudié avec Jorma Panula et Eri Klas à Helsinki.
L'Orchestre Philarmonique d'Helsinki a été fondé par Robert Kajanus, aidé par deux hommes d'affaire en 1882; la "Société Orchestrale d'Helsinki" était alors le premier orchestre permanent des pays nordiques, avant de fusionner, en 1914, avec un orchestre rival et prendre son nom actuel. Parmi les chefs qui l'ont dirigé, on retrouve les noms de Sergiu Commisiona et Leif Segerstam auquel succéda John Storgards en 2008.

Classique : marché en forte croissance

par

En Allemagne, en tous cas...
Les ventes de CD, DVD et téléchargements de musique classique remontent après des années de pertes. Dans la première moitié de l'année 2013, les ventes du classique ont augmenté de 10,5 pourcents par rapport à la même période l'an dernier a déclaré la Fédération de l'industrie phonographique (BVMI) à Berlin.
Le marché classique allemand a ainsi augmenté de 38 millions d'euros au premier semestre 2012, de 42 millions d'euros au premier semestre 2013. En plus de son importance culturelle, le classique représente un enjeu économique important dans l'industrie musicale, a déclaré le PDG de la BVMI PDG. La transformation numérique est une opportunité de gagner de nouveaux publics pour la musique classique.

Le Grand Mufti aux prises avec Zubin Mehta

par

Le 7 septembre, l'Orchestre d'Etat de Bavière sous la conduite de Zubin Mehta doit donner un concert en faveur de la paix à Srinagar, au Cachemire, dans la région frontalière contestée par le Pakistan. Au programme: Beethoven, Haydn et Tchaikovski. La région, à majorité musulmane, connaît des flambées de violence entre les indépendantistes musulmans et les défenseurs de l'annexion au Pakistan. Le concert, relayé par la Radio Bavaroise doit se donner au Shalimar Bayal, un jardin historique moghole. 1500 personnes y sont invitées représentant différentes couches de la population, hindous et musulmans. Mais voilà ! Le Grand Mufti a fait part à l'ambassadeur d'Allemagne en Inde de l'inanité de ce concert de prestige. Cet argent doit plutôt être consacré à l'éduction et aux soins de santé... Que se passera-t-il donc le 7 septembre ?

Quel avenir pour Bayreuth?

par

Contrairement à Wolfgang Wagner, le père d'Eva Wagner-Pasquier (68 ans) et de Katherina Wagner (35 ans) qui dirigent actuellement le festival plus que légendaire, leur contrat n'est pas "à vie" mais a été signé en 2008 pour une durée de 7 ans. Nike Wagner, la fille de Wieland susceptible de reprendre le flambeau à l'époque s'est tournée vers le Festival Beethoven de Bonn qu'elle dirige aujourd'hui. Comme relaté dans notre journal, le première du "Rheingold" dans la mise en scène de Frank Castorf  a suscité les huées du public et de la critique. Les choses ne se sont pas améliorées tout au long de la Tétralogie sauvée par le chef russe Kirill Petrenko. Les sponsors privés et publics ne sont bien sûr pas insensibles à la chose. Alors, qui succédera aux arrières-petites-filles de Richard ?

La musicothérapie bénéfique pour la démence avancée

par

Un gériâtre et un psychologue de Francfort ont testé l'effet de l'écoute de la musique sur des patients atteints de démense avancée. Leurs interventions ont été captées sur vidéo découpées en séquences de 30 secondes. L'étude de celles-ci ont montré chez les patient une amélioration de leur capacité de communication non verbale, d'expression émotionnelle et une sensation de bien-être.

De nouveaux lauréats de chant

par

On nous communique les résutats de deux importants concours de chant.
Le premier, "Art Opera" se tenait à Francfort et a été remporté par la soprano chinoise Yitian Luan et la mezzo-soprano allemande Judith Christ.
L'autre concours, "Operalia" de Placido Domingo distinguant les femmes et les hommes a été remporté par la soprano russe Aida Garifullina et le baryton-basse chinois Ao Li (30.000 dollars). Les second prix ont été attribués à la soprano française Julie Fox et au baryton italien Simone Piazzola.
On leur souhaite bon vent !

Une partition de Britten retrouvée dans un hangar

par

SylphidesEn 1941, Benjamin Britten avait réalisé un arrangement pour orchestre du ballet "Les Sylphides" de Chopin. La partition était perdue depuis longtemps. Elle a été retrouvée -les experts doivent encore se prononcer, mais tout porte à croire qu'il s'agit bien d'elle- par David Lamarche, chef d'orchestre et directeur de l'American Ballet Theater, et des collègues dans un entrepôt, à Secausus, dans le New Jersey, où le ballet rangeait décors et costumes entre des productions. C'est en dépliant un décor de "La Belle au bois dormant", un bateau à tête de griffon, qu'ils ont retrouvé une malle remplie de papiers dont des procès-verbaux de réunion. Poussant la curiosité plus avant, les chercheurs ont retrouvé des parties orchestrales dont une était annotée en tête : ARR. by Benjamin Britten. En cette année anniversaire, cela tombe magnifiquement bien!

Jos Van Immerseel, l'éternel découvreur

par

Van_ImmerseelAu Festival de Musique de Stuttgart, le 6 septembre, Anima Eterna Brugge et Jos van Immerseel donneront trois Cantates de Bach (BWV 4, 34 et 50) dans l'arrangement de Johannes Brahms, une première depuis sa création à Vienne entre 1872 et 1875 lorsque Brahms était directeur des concerts de la Société des Amis de la Musique à Vienne. A Stuttgart, elle seront données à partir de la partition encore inédite de l'édition complète de l'oeuvre de Brahms chez Henle. Le Choeur de Chambre de Dresde sera présent aux côtés d'Anima Eterna avec, en solistes, Sophie Harmsen (alto), Benjamin Glaubitz (ténor) et Tobias Berndt (basse). Les documents manuscrits ont été retrouvés dans les archives de la Société des Amis de la Musique de Vienne dirigée par Dr. Otto Biba.

Les metteurs en scène les plus "chauds" du moment...

par

« Boomberg news » a publié une liste des 14 metteurs en scène d'opéras les « plus chauds ». Nous vous la proposons ici :

- Dmitri Tcherniakov (Russie) qui a fait ses débuts au Met cette saison avec « Le Prince Igor ».
- Flona Shaw (Royaume-Uni), également actrice, qui a remplacé au Met Deborah Wagner pour « Eugen Onegin ».
- Richard Jones (Royaume-Uni) qui a mis en scène « Anna Nicole » à L'ENO et qui arrive au New York City Opera.
- Stefan Herheim (Norvège) qui a connu un grand succès dans les « Meistersinger » à Salzbourg. Cette saison, il sera au Covent Garden pour « Les Vêpres siciliennes ».
- David McVicar (Ecosse) qui mettra en scène « Rusalka » à l'Opéra de Chicago l'an prochain.
- Robert Carsen (Canada) qui mettra en scène « Falstaff » l'an prochain au Met.
- Katie Mitchell (Royaume-Uni) qui a mis en scène « de manière fascinante » la première mondiale de « Written on Skin » de George Benjamin .
- Katarina Thoma (Allemagne)  à découvrir après son « Ariane à Naxos » à Glyndebourne.
- Vera Nemirova (Allemagne) appelée à devenir une « maîtresse de choc », formée par Peter Konwitschny.
- La Fura dell Baus (Espagne) « le cirque catalan rejoignant le théâtre de rue »  à Amsterdam pour un « Faust » en mai 2014.
- Barrie Kosky (Australie), venu de l'opéra comique, « boostant les ventes de tickets avec des spectacles inventifs tels "Le grand macabre"  et "La flûte enchantée" .
- Andrea Breth (Allemagne), directeur de théâtre venu à l'opéra. «The Gambler» est attendu la saison prochaine au Nederlandse Opera.
- Christopher Alden (à ne pas confondre avec David) (USA) dont « Cosi fan tutte » complètera la trilogie mozartienne cette saison avec le Los Angeles Philharmonic.
- Laurent Pelly (France) que l'on retrouvera cette saison dans une nouvelle production des « Puritains » à l'Opéra de Paris.

Le Festival de Toscanini devenu Lucerne Festival : 75 ans

par

Lucerne, 25 août 1938. Dans le parc faisant face à la villa de Richard Wagner à Tribschen, le légendaire chef d’orchestre italien Arturo Toscanini s’empare de sa baguette et dirige un orchestre d’élite composé spécialement pour lui. Parmi les musiciens qu’il a réunis autour de lui figurent des solistes renommés et des chambristes virtuoses, et avant tout le Quatuor Busch aux premiers pupitres de cordes, tandis que le noyau de base est issu des rangs de l’Orchestre de la Suisse Romande. Pour beaucoup, pouvoir jouer ou entendre les chefs-d’œuvre de la musique dans le paysage idyllique du lac des Quatre-Cantons est une lueur d’espoir dans une époque bien sombre. L’Allemagne et l’Autriche sont aux prises avec la dictature nazie. Pour des artistes tels que Toscanini ou ses collègues Bruno Walter et Fritz Busch, se produire aux festivals de Bayreuth ou de Salzbourg n’est plus possible, ne serait-ce que pour des raisons morales. Mais la Suisse est indépendante et libre, Lucerne et sa vieille ville historique pittoresque semble un lieu prédestiné pour célébrer la musique. Ainsi, la naissance du Lucerne Festival actuel le 25 août ne doit rien au hasard. Eté après été, il réunit les meilleurs orchestres et chefs du monde entier, ensembles, solistes instrumentaux et vocaux.