Le Journal

Valery Gergiev dans le classement Forbes

par

Valery Gergiev a gravi un nouveau sommet, cette fois dans la liste des musiciens russes ayant perçu les revenus les plus élevés en 2012. Dans le classement établi par le magazine Forbes, il a devancé les chanteurs de pop. Pour la première fois, un musicien classique est en tête de la top-list avec un revenu de 16,5 millions de dollars.

L'adieu de Nagano à Munich

par

C'est hier soir, mercredi 31 juillet, que Kent Nagano a dirigé à l'Opéra d'Etat de Bavière, un Parsifal mémorable excellement accueilli par le public. C'était sa soirée d'adieu à Munich. Il sera suivi du chef russe Kyrill Petrenko, très apprécié à Bayreuth cette année, malgré des mises en scène très controversées.

Un Stradivarius retrouvé intact après deux ans

par

La police britannique a retrouvé un Stradivarius daté de 1636 d'une valeur de 1,4 millions d'euros et deux archets d'une valeur de 78.000 euros dans une propriété des Midlands en Angleterre. Il avait été dérobé à la gare de Euston à Londres pendant que sa propriétaire, la violoniste coréenne Min-Jin Kym (35 ans), était occupée à se restaurer d'un sandwich. Le violon, enfermé dans sa boîte ne semble avoir subi que des dégâts mineurs.

Edita Gruberova de s'insurger contre les metteurs en scène

par

edita gruberovaDans une déclaration exclusive pour le site "Art but Fair», la prima donna assoluta demande qu'on réduise la durée des répétitions et qu'on respecte le délicat instrument qu'est la voix. Ressources et dépenses artistiques pourraient s'en trouver mieux, ajoute-t-elle.
"La situation se répand dans la plupart des maisons d'opéra européennes: les répétitions s'étalent sur six semaines. Au début de ma carrière et après, les répétitions des nouvelles productions duraient trois à trois semaines et demi et donnaient d'excellents résultats. Les metteurs en scène avaient une idée claire de ce qu'ils voulaient et les chanteurs les suivaient. Les chefs étaient là pour la première répétition, exprimaient leurs idées et leurs demandes et on en tenait compte lors des répétitions scéniques ce qui facilitait les répétitions d'orchestre ultérieures.
Quand on prévoit six semaines de répétition, les idées du metteur en scène ne sortent qu'après deux semaines. Les répétitions suivantes sont très fatigantes pour tout le monde et ce n'est que bien plus tard, quand arrivent les chefs, qu'on s'aperçoit que la conception scénique ne correspond pas à la conception musicale. Pour la Première, tout le monde est épuisé et on ne retrouve la forme qu'après quelques représentations. Tous les chanteurs doivent être là dès le premier jour des répétitions: qu'il en aille de même du chef -qui est un membre du personnel artistique- et du directeur.
A propos des décors, des costumes et des perruques : je refuse de porter des costumes ou des perruques qui défigurent et ma demande a été entendue. Mais des collègues n'ont pas osé faire pareil, de peur d'être renvoyées de la production. C'est la responsabilité du créateur de costumes de s'adapter au physique d'un chanteur et d'adapter les perruques pour que le chanteur ne soit pas défiguré ou ridiculisé, avec la pression supplémentaire que cela représente.
Les chanteurs expérimentés peuvent réaliser une conception scénique et musicale en quatre semaines de répétitions. Les coûts supportés par les artistes et les maisons d'opéra s'en trouveraient considérablement allégés.
Ces dernières années, la mise en scène devient tellement spectaculaire qu'elle n'est plus en harmonie avec l'aspect musical des œuvres (quand elle ne va pas à son encontre).
Pour nous, les chanteurs, cette tendance est source de stress et de frustration".

Edita Gruberova

Boris Giltburg et Ilya Gringolts enregistrent pour Orchid Classics

par

Boris-Giltburg-e1370251520676-635x357Après le succès rencontré par les Sonates de Guerre de Prokofiev qu'il a enregistrées en 2012 chez Orchid Classics, Boris Giltburg, premier prix du Concours Reine Elisabeth 2013, prépare pour ce label un second enregistrement consacré aux sonates romantiques : Rachmaninov (2e Sonate), Grieg et Liszt. La sortie est prévue en octobre prochain.

Gingolts_IlyaPar ailleurs, le violoniste Ilya Gringolts anciennement artiste Deutsche Grammophon, rejoint Orchid Classics, label avec lequel il a conclu un contrat de trois enregistrements pour les deux années à venir. Le premier projet, les 24 Caprices de Paganini seront enregistrés cet hiver. Vainqueur du Concours International de Violon Paganini en 1998, il obtint également deux prix spéciaux : le premier en tant que le plus jeune finaliste de l'histoire du concours et le second en tant que meilleur interprète des Caprices. Les deux autres enregistrement prévoient des oeuvres pour quatuor (le Gringolts Quartet) et un disque de concerto avec le Copenhagen Philharmonic.

Un Bayreuth chahuté!

par

On s'y attendait un peu: le metteur en scène allemand Frank Castorf ne captive pas les aficionados de Bayreuth. Vendredi, après la première de L'Or du Rhin, il fut copieusement chahuté au point de refuser de monter sur scène. Il faut dire que sa conception d'un Ring dans une station service américaine où les dieux sont des gansgters et les filles du Rhin de plantureuses prostituées blondes ne relève pas du meilleur goût. Par contre, le chef Kyrill Petrenko qui signe ici ses débuts à Bayreuth a recueilli les ovations du public. Choisir Castorf pour célébrer le bicentenaire du compositeur: était-ce un choix judicieux?

Décès du musicologue Roger Tellart

par

La famille nous annonce le décès de Roger Tellart le 22 juillet dernier. Il était âgé de 82 ans. Fin connaisseur de l'art baroque, il avait à plusieurs reprises offert sa plume à Crescendo. Il était l'auteur de la substantielle monographie sur Monteverdi parue chez Fayard qui obtint le Grand Prix de la Critique en 1998. Chez Fayard encore, "Le madrigal en son jardin" (2004). Précédemment il avait publié chez Seghers une étude sur Monteverdi et une autre sur Schütz. Roger Tellart nous manquera.

 

A Lausanne, hommage à Jorge Donn

par

Donn7.900 spectateurs pour le programme Gustav Mahler donné à Lausanne en hommage à Jorge Donn, inoubliable interprète de Ce que la mort me dit, Le Chant du compagnon errant et Ce que l’amour me dit ! Une fois de plus, le public a répondu présent à l’invitation du Béjart Ballet Lausanne. Jorge Donn aurait été fier de la qualité de ce spectacle voulu et remonté par Gil Roman.
Les spectateurs du Théâtre de Beaulieu ne les auront pas manqués. Une vingtaine d’agrandissements photographiques de Jorge Donn dans les rôles emblématiques de sa carrière étaient exposés dans le grand foyer. Si l’on désire savoir ce qu’est le «photogénie», il n’est que de fixer ces images où transparaît l’immense personnalité de Donn, disparu il y a 20 ans, mais qui semble toujours aussi présent. Avis aux amateurs ! Ces photographies peuvent être acquises par l’intermédiaire du site www.bejart.ch

Un espace Maurice Béjart à Lausanne

par

Béjart La ville siège du Béjart Ballet Lausanne se devait d’offrir aux fans comme aux étudiants et aux chercheurs une information complète sur l’œuvre de Maurice Béjart. Sise au cœur de Lausanne, la Collection suisse de la danse dispose depuis des années d’une importante documentation sur le chorégraphe, dont sa bibliothèque, une très riche photothèque, ainsi que des objets qui ornaient naguère l’appartement de la place de la Riponne. Le 4 septembre prochain s’ouvrira (4, av. Villamont),  l’Espace Maurice Béjart où la vie et l’œuvre de Béjart seront évoquées par la photographie, la vidéo et des textes.

Kremer, Barenboïm, Argerich, Bruniatishvili et Altstaedt plaident la cause de l'opposition en Russie

par

Kremer_Argerich

Le violoniste letton Gidon Kremer plaidera la cause de l'opposition en Russie lors d'un concert le 7 octobre à Berlin, avec la participation du maestro israélo-argentin Daniel Barenboim, a-t-on appris mardi auprès des organisateurs. La Philharmonie de Berlin, contactée par l'AFP, a confirmé la tenue de ce concert dans sa salle de musique de chambre, à la suite de l'annonce de l'artiste au quotidien allemand Die Welt. Le musicien letton âgé de 66 ans s'est inquiété "qu'en Russie, de plus en plus de libertés évidentes, comme le droit à s'exprimer librement, se trouvent bridées".
Le concert, intitulé "Par amour avec la Russie", réunira également les pianistes argentine Martha Argerich et géorgienne Khatia Buniatishvili ainsi que le violoncelliste allemand Nicolas Altstaedt, a indiqué Gidon Kremer dans cette interview à Die Welt.
Kremer juge la situation actuelle des droits de l'homme en Russie proche de celle qu'il a connue dans l'Union Soviétique où il a grandi, même si le pouvoir use "d'autres moyens" et se montre "moins draconien qu'à l'époque stalinienne".
Le violoniste a jugé "injuste" la condamnation de deux membres du groupe de musique punk Pussy Riot à deux ans de camp, et a dénoncé la situation de l'ex-oligarque et contradicteur du Kremlin, Mikhaïl Khodorkovski qui purge une peine de 11 ans dans une colonie pénitentiaire.
"En tant qu'artiste je n'ai pas seulement le droit mais j'ai aussi le devoir de m'engager et d'attirer l'attention du public sur ce genre de problèmes", a-t-il expliqué.