Musiques en Pistes : le Sacre du Printemps d'Igor Stravinsky (1ère partie)

par

Composition de l'Orchestre

3 flûtes, flûte piccolo, flûte alto, 4 hautbois, 1 cor anglais, 1 clarinette piccolo en Ré, 1 clarinette piccolo en Mi bémol, 3 clarinettes en Si bémol et La, clarinette basse en Si bémol, 4 bassons, 1 contrebasson, 8 cors en Fa, 1 trompette piccolo en Ré, 4 trompettes en Do, 3 trombones, 3 tubas basse, timbales, batterie (grosse caisse, tam-tam, triangle, tambour de basque, güiro, petites cymbales), cordes. NB. Les mots en gras suivis d'une astérisque sont repris dans le lexique.

Introduction : L'Eveil progressif de la nature [+/- 3'30"]

L’introduction débute par un thème au basson dans l’aigu, emprunté à un chant populaire lithuanien, un thème modal* vite contrepointé par les cors et la clarinette basse en descente chromatique.   [0’43” - mes. 10 ] A ce thème succède l’entrée progressive des instruments, essentiellement les vents, aboutissant à un entrelac très serré de lignes et de motifs divers de soli d'instruments et des envolées vers l'aigu des flûtes et des clarinettes piccolo, avant le retour du thème initial au basson [3’02” - mes. 66] suivi de la transition vers le tableau suivant par les violons en pizzicato* [3’14” - mes. 69] qui laissent présager un épisode “motorique”. A.

Les Augures Printaniers – Danses des adolescentes [+/- 3'35'']

Elément motorique sur lequel se base le deuxième tableau. Aux accords polytonaux* pesants et répétitifs aux cordes B.     répondent des accords syncopés* aux cors. Stravinski les appelait “Accords toltchok, “accords moteurs” formant de véritables blocs de timbres [3'43'' - mes. 78]. Ces accords moteurs passent la main au cor anglais qui joue le thème annonciateur joué en pizzicati des cordes à la fin de l’introduction [A] tandis que continuent les accords pesants et répétitifs du début du tableau. Les trompettes, avec sourdine, lancent un nouveau motif [3'53'' - mes. 93]. C.   [4'07'' - mes. 105] Aux flûtes piccolo se détache un motif qui annonce le Thème de Choral qui arrivera plus tard aux trompettes C Bis     Se détache maintenant, sur les “accords toltchok”, aux bassons, un nouveau thème aux accents syncopés (accents déplacés) [4’21” - mes. 118] dont la 2e partie sera reprise au trombone. D.     La mélodie s’arrête par une descente brutale dans l’extrême grave avec un point d’orgue*, procédé typique dans Le Sacre [4’53” - mes. 145]. Le cor anglais reprend ensuite le motif [A] [5'16'' - mes. 148] et puis le cor solo entonne une mélodie simple et populaire [5’15” - mes. 164] E.     tandis que les cordes accompagnent sur le motif [A] en valeurs dédoublées* en nuance piano*. [5’26” - mes. 174] Les hautbois lancent un nouveau motif en dialogue avec les trompettes qui jouent dans l’aigu un élément chromatique descendant* (voir mouvement chromatique*) [5'35'' - mes. 182] La mélodie du cor [E] est reprise à la flûte alto et puis aux flûtes, accompagnée par le motif [A] aux cordes en valeurs dédoublées. Jeux sur ce Thème [E] qui va se répéter aux flûtes sur le motif [A] aux trombones, timbales et violons I* tandis que les violons II* en jouent le renversement*. [5’49” - mes. 194] Les trompettes entonnent un choral* en polytonalité* F.       toujours sur l’élément [A] et son renversement. La flûte piccolo reprend à nouveau dans l’extrême aigu la mélodie simple et populaire [E] [mes. 215), la passe ensuite à toutes les flûtes suivies des cordes qui reprennent en valeurs dédoublées le motif [E] parallèlement aux flûtes, motif qui domine maintenant le tableau. Coups secs des timbales [6’42” - mes. 239] et passage sans transition vers

Le Jeu du Rapt [+/- 1'20'']

Presto*. La folle poursuite.

[6’51” - mes. 250] Timbales, grosse caisse. Tableau dominé par les appels des clarinettes piccolos, des trompettes piccolos et des flûtes ff* et “marcatissimo”* G.   qui alternent avec les appels des cors [7’02” - mes. 258] H.     Folle poursuite, arpèges agitées. Les flûtes, hautbois, clarinettes, auxquels se joignent bientôt les cors jouent un motif en accords polytonaux et en mesures* alternées -dont certaines asymétriques*- dont nous reprenons ici la voix supérieure [7'23''- mes. 274] I.   Reprise du début du tableau avant le point d’orgue* prolongé assurant la transition vers le tableau suivant.

Rondes printanières [+/- 4']

[8'05'' - mes. 314] Débutant par un palliers de décompression sur des trilles* des flûtes à l’aigu. “Tranquillo”, nuance p* sur lequel se dégage aux clarinettes piccolo et clarinettes basses un thème d’allure populaire. [8’35” - mes. 320] Changement de tonalité, changement de mesure*, “sostenuto e pesante”*, une ronde lente et mystérieuse jouant sur les sonorités de quintes à vide* et en syncopes des premiers temps, joués, eux, par les instruments graves. Caractère mystérieux donné par les accents des cordes haletantes. [8’49” - mes. 323] Sur ces syncopes, un thème chantant aux hautbois et bassons. I Bis1         Sur les quintes à vide accentuées passant aux cordes graves (4 violoncelles solo), cors et grandes flûtes, va se détacher le thème choral entonné par les trompettes dans les “Augures printaniers” [F] [9'18'' - mes. 330] Revient ensuite le début du “Sostenuto e pesante”. [10’20” - mes. 345] Coups de timbales. ff et molto pesante* (sempre), le thème de choral [F] revient au tutti* qui prend ici toute son ampleur jouée par la masse orchestrale. Trois accords fff* et martelés descendants aux trompettes, trombones et tubas, ainsi qu’aux hautbois avant le Vivo* [11'09'' - 356] Un assez court moment de fusées de flûtes et de tremolo* des cordes indiquent que la poursuite n’est pas terminée. Et nous revenons au début, “Tranquillo” et son thème d’allure populaire.

Jeu des Cités rivales [+/- 1'18'']

Molto allegro

S’ouvre sur des martèlements de timbales. Le tableau s’articule sur deux motifs principaux (cités rivales). [11'55'' - mes. 377] Le premier est de type martelé (“temps strié”, articulé à la croche) entonné aux quatre cors auquel répondent les trois trombones en de grands intervalles ff. J.     Ils sont interrompus par 4 mesures de transition ff staccato* aux cors [12’10” - mes. 386] et puis le motif reprend, ponctué des timbales, avant l’arrivée du deuxième motif [12'27'' - mes. 396], mélodique, entonné à la clarinette piccolo et aux hautbois K.     sur un ambitus* restreint de quarte* lui donnant, avec sa répétition aux différents pupitres, un caractère incantatoire. Alternance des deux thèmes. Le caractère “motorique” va croissant, par la cellule rythmique des violoncelles et contrebasses incessante (24 mesures) et les petites fusées obsédantes [12'51'' - mes. 411] en crescendo* tandis que la clarinette basse et le contrebasson perpétuent dans le même temps un mouvement de secondes* en croches, accentuant par là ce côté insistant. [13'22'' - mes. 435] Tandis que les violons jouent le 1er motif, entrent les tubas ténor et basse, mf* molto pesante dans le grave L.     annonçant le caractère du tableau suivant, “Le Cortège des Sages” dans lequel nous passons sans transition aucune.

Cortège du Sage [+/-0’43'']

[13'37'' - mes. 449] Les tubas poursuivent leur chant processionnel tandis que se détachent aux cors des appels d’invocation, des ponctuations de grosse caisse et des cinglements de tam-tam accentuant le caractère rituel et primitif. [14'03'' - mes. 456] Les cors passent la main aux trompettes piccolo, toujours sur le même chant processionnel des tubas. Polyrythmie* des percussions. [14'22'' - mes. 464] Longue pause.

L’Adoration de la terre (0’21'') 

Lento*

L Bis [14'26'' - mes. 465] Ritualité. Accord du baiser à la terre, tenu aux bassons et un contrebasson sur trois mesures* tandis que le deuxième contrebasson, les timbales et les contrebasses ponctuent l’accord par des jeux de deux croches “non forte ma marcato” (pas fort mais marqué). Ce bref épisode se clôt sur l’immatérialité magique de l’accord sur les harmoniques* des cordes en ppp*. Point d’orgue*.

Danse de la Terre (1’18'')

Prestissimo*

Accords martelés, glissandi, martèlement imperturbable de doubles croches* aux timbales et de triolets* de croches à la grosse caisse tout au long du tableau. Les cordes assurent le fond sonore orchestral. Le tableau se déploie dans un grand crescendo*. Fusées de tam-tam et des bois aigus, glissandi des cordes sur ce fond orchestral et dans ce tableau va se déployer la danse âpre dans ses appels de cuivres qui lancent des entrées subites et stridentes de formules laconiques répétées. Les forces telluriques se déchaînent. Les cors, en staccato*, font entrer un motif pressé qui va progressivement prendre sa place dans le tableau sur des accords martelés des cordes [15'05'' - mes. 480 ”]. M.       Les trompettes accentuent le déchaînement par des entrées pressantes, les cordes se joignent à ce déferlement de doubles croches en crescendo. N.   Une gamme par tons aux tubas et aux trombones, fff*, clôture de façon abrupte la première partie du Sacre du Printemps : l’Adoration de la terre. Dans sa monographie dédiée à Stravinski aux Editions Fayard (1982), André Boucourechliev distingue trois catégories de styles structurant l’ensemble du Sacre du Printemps, outre les deux Introductions écrites sur un principe de contraste et de complémentarité. 1. Style des Khorovodes (Khor = chant en chœur – Vodit = conduire), d’essence mélodique essentiellement féminin, que l’on retrouve dans les Rondes et les Cercles mystérieux, de type généralement modal. Le fantasme stravinskien d’une Russie archaïque invente des mélopées évocatrices de ce monde imaginaire (la thématique du Sacre ne comporte que peu d’emprunts au folklore existant). 2. Style des Danses sauvages, masculines ou féminines: les Augures printaniers, la Glorification de l’Elue, la Danse de la Terre, la Danse sacrale, le Jeu du Rapt, le Jeu des Cités rivales, tous types de danses à la rythmique discontinue, asymétrique. 3. Style des Processions: cortège du Sage, Invocation des Ancêtres, à la rythmique régulière et au tempo lent où on retrouve des superpositions de strates rythmiques. La structure du Sacre du Printemps peut dès lors se dessiner comme suit: Ière Partie: Introduction – Danse – Danse – Khorovode – Danse – Procession – Procession – Danse IIe Partie:   Introduction        —          —       Khorovode – Danse – Procession – Procession – Danse

A l'écoute de la 2e partie

Un commentaire

  1. Ping : Musiques en Pistes : le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky | Crescendo

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>