L’écho des cloches

par
Pärt

Arvo PÄRT
(1935)
Da Pacem Domine
Latvia Radio Choir, dir. : Sigvards KLAVA
DDD–2016–72’ 39’’–Texte de présentation en anglais–Ondine ODE 1286-2

Quoiqu’il soit aujourd’hui un des compositeurs contemporains les plus joués à travers le monde, l’Estonien Arvo Pärt continue d’entretenir la polémique dans le landerneau musical, ses détracteurs – nombreux – lui reprochant d’écrire depuis 1976 des œuvres par trop simplistes et de répéter inlassablement des motifs analogues avec une fausse naïveté, la naïveté hypocrite (et dangereuse) des faiseurs et des charlatans. Et de dénoncer en particulier son « style en tintinnabuli », selon l’expression d’Arvo Pärt lui-même. En d’autres termes : un style bâti sur la sonorité minimale des cloches. Le présent CD propose huit pièces de ce type composées entre 1988 et 2012. Sans qu’on sache trop pourquoi, seul le titre d’une seule d’entre elles, Da Pacem Domine, apparaît sur la couverture, alors qu’elle est la plus courte et peut-être la plus convenue de l’ensemble. Ce sont des œuvres pour chœur a cappella en latin, en italien, en anglais et en allemand, qui se ressemblent toutes plus ou moins, et on se dit qu’elles ne sont jamais que des séquences séparées d’une partition gigantesque en gestation perpétuelle. Une work in progress en quelque sorte, pour reprendre l’expression qu’utilisent les Anglo-Saxons, à la fois obsédante et presque innocente, dont on peut se demander si elle est l’expression d’une religiosité profonde et sincère ou si elles constitue la marque d’une certaine impuissance à se renouveler, à s’aventurer sur d’autres voies. Huit pièces en « tintinnabuli » que le chœur de la radio de Lettonie interprète, il serait stupide de le nier, sans le moindre… bémol.
Jean-Baptiste Baronian

Son 9 – Livret 6 – Répertoire 7 – Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>