L’inépuisable Nicolas Bacri

par
Bacri

Nicolas BACRI
(° 1961)
Les Quatre Saisons
François LELEUX (hautbois), Valeriy SOKOLOV (violon), Adrien LA MARCA (alto), Sébastien VAN KUIJK (violoncelle), Orchestre Victor Hugo Franche-Comté, dir. : Jean-François VERDIER
2016-DDD–46’ 50’’–Texte de présentation en français et en anglais–KLARTHE K017

La métaphore est banale et convenue, oui, mais elle s’applique ici sans la moindre hésitation : Nicolas Bacri compose comme il respire. Et dans tous les genres ou presque : des symphonies, des concertos, de la musique de chambre, des œuvres vocales… Impossible de l’arrêter, ni même de le freiner. C’est comme s’il débordait de musique et qu’il avait un besoin irrépressible de la faire entendre, de la faire partager, de la faire aimer. Car, au vrai, il est un grand sentimental et, quand on écoute les partitions qu’il a écrites ces dernières années, on n’éprouve aucune peine à s’en rendre compte : elles sont pour la plupart empreintes de lyrisme – d’un lyrisme classique souvent à fleurs de peau. Et pour s’en convaincre, il suffit de se procurer ses Quatre saisons, qui sont quatre brefs concertos pour hautbois, tous en un seul mouvement : L’Hiver (2009) pour hautbois, alto et orchestre à cordes ; Le Printemps (2005) pour hautbois, violon et orchestre à cordes ; L’Été (2011) pour hautbois, violon, alto, violoncelle et orchestre ; et L’Automne (2002) pour hautbois, violoncelle et orchestre. Et chacun a droit à une désignation précise. Dans l’ordre : concerto « tenebroso », concerto « amoroso », concerto « luminoso » et concerto « nostalgico ». Ce sont là, comme on le constate, des termes sentimentaux.
Malgré le fait que ces quatre concertos ont été composés à plusieurs années d’intervalle, ils semblent constituer une seule, unique et longue partition divisée en quatre temps distincts, les modulations et le jeu du hautbois étant en quelque sorte identiques d’un temps à l’autre. Interprétés par François Leleux, ils prouvent en tout cas que le classicisme n’est pas mort et que Nicolas Bacri en est aujourd’hui un des porte-parole les plus actifs. (À moins qu’il ne faille dire porte-notes…)
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 – Livret 7 – Répertoire 7 – Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>