Lully revisité : et ça donne très bien !

par
Persée Lully

Jean-Baptiste LULLY Persée 1770 Mathias VIDAL (Persée), Hélène GUILMETTE (Andromède), Katherine WATSON (Mérope), Tassis CHRISTOYANNIS (Phinée), Marie LENORMAND (Cassiope), Marie KALININE (Méduse), Jean TEITGEN, Chantal SANTON-JEFFERY, Cyrille DUBOIS, Thomas DOLIE, Zachary WILDER (rôles divers), Le Concert Spirituel, choeur et orchestre dir.: Hervé NIQUET 2017- 2 CD 54' 20'' et 53' 57''-Textes de présentation et livret en français et en anglais-chanté en français-Alpha Classics 967

Nous sommes en 2017. Choisissons un opéra créé il y a un siècle, par exemple, Ariane à Naxos, Le Château de Barbe-Bleue ou Le Triptyque de Puccini, et essayons de le présenter à notre goût actuel, le goût de ce début du XXIème siècle, en modifiant le livret et la musique. Crime abominable, rage de l'authenticité sourcilleuse  ! Mendelssohn a fait la même chose avec Bach et Haendel, et Saint-Saëns, avec Rameau et Gluck. Voilà exactement ce qui s'est passé avec ce Persée de Lully, en 1770 (d'où le titre du livre-disque).  Créé en 1682, Persée fut repris en 1770, à l'occasion du mariage du dauphin, futur Louis XVI, et de Marie-Antoinette d'Autriche. Spectacle grandiose, 95 choristes, 80 musiciens, 15 chanteurs, figurants, danseurs, l'événement triompha. Quant à la partition du vieux maître, on en conserva (tout de même) la moitié. Pour le reste, on y ajouta des airs, des ballets, des choeurs, et on réorchestra joyeusement, tout en ajoutant clarinettes et cors. Cette musique nouvelle fut demandée à Antoine Dauvergne (ouverture, actes I et IV), à François Rebel (acte II) et à Bernard de Bury (acte III). A l'écoute, cela surprend, évidemment, mais on s'y fait, et l'oeuvre nouvelle s'écoute avec plaisir. Les modifications se remarquent surtout dans les passages orchestraux, (marche du I, mort de Méduse au III, tempête du IV), et dans les choeurs (finale du I, scène du sommeil), qui procèdent en direct de l'ère gluckiste. Cette scène du sommeil, première scène de l'acte III (plages 3 à 14 du second CD) est à écouter en priorité : elle constitue la perle de l'opéra : Mercure et les ministres endorment les Gorgones, ce qui permettra à Persée de tuer Méduse. Air, trios et choeurs se succèdent dans un véritable feu d'artifice : Lully et ses trois "arrangeurs" se sont surpassés. Manifestement enthousiasmés par la partition, les chanteurs rivalisent d'excellence. Persée n'est pas un rôle très lourd mais on admirera ses duos avec Andromède et sa scène finale, aux jolies vocalises. Tassis Christoyannis, en Phinée, se montre aussi à l'aise dans Lully que dans Félicien David ou dans Gounod, la basse caverneuse de Jean Teitgen illustre autant le personnage de Céphée qu'une divinité infernale, Cyrille Dubois est un Mercure idéal, doux et précieux, et la voix de Thomas Dolié, dans quatre petits rôles, se signale par son ampleur ("O ciel inexorable", un Ethiopien, au IV). Côté dames, l'interprétation est tout aussi soignée, avec, au premier plan, l'Andromède d'Hélène Guilmette, qui exprime tant les aspects lyriques que tragiques de son personnage central, et déclame admirablement les récitatifs. Katherine Watson est une délicate Mérope, Chantal Santon-Jeffery, une trop brève mais super vocalisante Vénus, et Marie Lenormand une discrète Cassiope. Marie Kalinine n'intervient qu'à l'acte III, mais donne un formidable impact à Méduse, dès son air d'entrée "Je porte l'épouvante et la mort en tous lieux", domine la scène du sommeil (trio violemment coupé par le choeur "Il faut céder, il faut vous rendre") et frappe la mémoire de l'auditeur. Comme le dit un personnage un peu après : "Méduse après sa mort trouble encore l'univers". Chef emblématique de ces  productions du Palazzetto Bru Zane, Hervé Niquet entraîne choeur et orchestre de son Concert Spirituel dans cette belle aventure, qu'il mène à son terme avec une folle allégresse. Bruno Peeters

Son 10 - Livret 10 - Répertoire 8 - Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>