Meyerbeer par Diana Damrau : une évidence !

par
Damrau

Giacomo MEYERBEER
(1791 - 1864)
Extraits de Robert le diable, Le Prophète, Alimelek, L’Etoile du nord, L’Africaine, Il Crociato in Egitto, Le Pardon de Ploërmel, Ein Feldlager in Schlesien, Emma di Resburgo, Les Huguenots
Diana Damrau, soprano – Orchestre et chœur de l’Opéra National de Lyon, dir.: Emmanuel Villaume
2017-DDD-81’27-textes de présentation en français, allemand et anglais-Erato-0190295848996

Pouvions-nous réellement et ce en toute franchise douter de la qualité artistique de cette parution consacrée à Giacomo Meyerbeer par Diana Damrau ? Tout est ici le fruit de rencontres : opéra seria, singspiel, opéra-comique, grand opéra français… le tout offert et magnifié par l’expertise, le timbre idéal et le style toujours juste de la soprano, accompagnée avec une attention palpable des forces lyonnaises : orchestre et chœur de l’Opéra National de Lyon sous la baguette d’Emmanuel Villaume. De L’Africaine à la beauté intrinsèque de Robert le diable dont on soulignera l’incroyable force dramatique que fait véhiculer Diana Damrau dans chacune des notes, quelques bijoux négligés voire oubliés trouvent naturellement leur place ici. On pense notamment à « Nun in der Dämm’rung Stille » tiré d’Alimelek, oder Die beiden Kalifen, écrit par un Meyerbeer âgé seulement de 22 ans qui démontre déjà une palette créative époustouflante. Diana Damrau peut aussi compter sur la beauté des timbres de certains de ses collègues : les sopranos Pei Min Yu et Pascale Obrecht, la mezzo Kate Aldrich, le ténor Charles Worman ou encore la basse Laurent Naouri. Plus qu’une simple compilation, le présent enregistrement est aussi un souhait qui accompagne l’artiste depuis son époque estudiantine. Un album qui se concrétise enfin avec un projet bien défini : « […] C’est ainsi qu’a germé l’idée de confronter pour la première fois dans un même album ces différents styles et de montrer toutes les facettes de cet artistes « européen » tout simplement unique, par-delà ses indispensables ouvrages français, dont la légèreté, la sensualité, la beauté et l’élégance ne sont pas près prêts d’être égalées ». Couleurs, dynamiques, confrontation de styles, virtuosité, lyrisme, expressivité, texte limpide, orchestre attentif, vif et dynamique, tout est réuni pour rendre justice à l’une des plus grandes plumes pour la voix. Précisons enfin, comme l’ont souligné nos collègues de Forum Opéra, que ce disque Meyerbeer s’est vu décerner le prix du meilleur disque de l’année par le magazine allemand Opernwelt.
Ayrton Desimpelaere

Son 10 – Livret 10 – Répertoire 10 – Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>