Mozart et Clementi à nouveau mis en concurrence !  

par
Vanessa Wagner

Wolfgang Amadeus MOZART
(1756 - 1791)
Fantaisie en ré mineur, KV. 397 - Sonate en si bémol majeur, KV. 570
Muzio CLEMENTI
(1752 - 1832)
Sonate en fa majeur op. 23 n°2 - Sonate en sol mineur op. 50 n°3 "Didone abbandonata"
Vanessa Wagner, piano et pianoforte
2017-DDD-56'30"-Textes de présentation en français, anglais, japonais et allemand - La Dolce Volta LDV 31

Mais, il ne s'agit plus de la célèbre confrontation celle organisée par l'empereur Joseph II en janvier 1781 où Mozart aurait joué ses variations sur Ah vous dirais-je Maman et Clementi aurait joué une de ses sonates en si bémol dont son rival a retenu le thème principal pour son ouverture de la Flûte enchantée. La pianiste française, Vanessa Wagner, ne met plus en compétition les deux compositeurs ; elle confronte Mozart, le génie qui aura poussé le classicisme à sa perfection, et Clementi, le compositeur et éditeur qui n'hésitait pas à truffer ses partitions de difficultés techniques invraisemblables pour son époque comme en témoigne son gigantesque Gradus ad Parnassum, à deux types de pianos radicalement différents : un piano Brodmann de 1814 et un Yamaha CFX.
La Fantaisie en ré mineur de 1782 (KV. 385g dans la nouvelle classification du catalogue Köchel) est contemporaine des deux rondos pour piano et orchestre, du 12ème Concerto pour piano, de la 35ème Symphonie dite Haffner ; comme la Sonate en fa majeur op. 23 n°2 de Clementi (éditée par Artaria sous l'opus XXIV, dédiée a Sua Altezza Serinissima Maria Amalia Duchessa regnante di due Ponti), elle convient bien à la fragilité sonore du pianoforte. Avec les deux œuvres choisies par Vanessa Wagner pour mettre en valeur le Yamaha CFX, on se retrouve dans un autre registre ; elles figurent, en effet, parmi les dernières sonates des deux maîtres. La Sonate en si bémol KV.570, l'avant dernière de Mozart a été composée à Vienne en 1789 ; trop peu jouée, parfois déformée par une partie de violon apocryphe, c'est pourtant un chef d'œuvre de grâce et de simplicité, parfait exemple de la fameuse "pudeur mozartienne". L'opus 50 est le dernier du catalogue de Muzio Clementi. C'est un recueil de trois sonates publié en 1821 et dédié à Cherubini. Opéra miniature, la troisième sonate est sous-titrée Scena tragica, Didone abbandonata. Elle révèle la profondeur et le talent de mélodiste d'un compositeur de 70 ans dans sa pleine maturité qui eut la malchance de vivre entre Mozart et Beethoven.
On a ainsi un programme original et intelligemment construit sur deux claviers qui, dans leurs deux époques différentes, mettent bien en valeur la précision et la belle sonorité de Vanessa Wagner. Le livret est une interview de l'interprète, avec en exergue la citation de Saint Augustin : Avance sur ta route car elle n'existe que par ta marche. C'est une superbe démarche que nous offre ici la pianiste française.
Jean-Marie André

Son 10 – Livret 8 –  Répertoire 9 – Interprétation 10

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>