Musiques en Pistes : le Concerto pour violoncelle n°1 op. 107 de Dmitri Chostakovitch

par
C'est assez tard que Dmitri Chostakovitch (1906-1975) s'adonna au concerto pour violoncelle. Ce 1er concerto fut composé en 1959, le 2e le sera sept ans plus tard. Chostakovitch aura alors 60 ans. Des concertos, il en avait déjà composés : deux pour piano en 1933 et 1957, et un pour violon en 1947/48; le second le sera en 1967. (cet article est également visible sur www.musiquesenpistes.eu)Sans doute la personnalité de Mstislav Rostropovitch -dont il avait été le professeur d'orchestration et de composition au Conservatoire de Moscou- et l'amitié qui s'ensuivit fut-il un élément déclencheur. Par ailleurs, le compositeur déclarait humblement qu'il avait été impressionné par la Symphonie concertante de Prokofiev créée par Rostropovitch en 1952. Les deux concertos pour violoncelle lui sont dédiés et c'est bien sûr Rostropovitch qui les créa. Oserons-nous dire aux violoncellistes que c'est en 4 jours que "Slava" étudia de mémoire ce concerto? En 1959, année de la composition de ce 1er concerto pour violoncelle, le compositeur sort d'années de crise créatrice. Depuis sa 11e Symphonie "L'Année 1905" de 1957, son inspiration tournait à vide. A propos de celle-ci, il écrit dans ses mémoires : "Elle se rapporte à un phénomène actuel : il y est question du peuple qui a perdu la foi".  Et cependant, l'avenir semblait s'ouvrir sur le monde : Staline et Jdanov, le persécuteur des musiciens, étaient morts et Khrouchtchev s'était attaqué au culte de la personnalité. Mais on connaît la suite... En 1959, Chostakovitch sort de sa torpeur créatrice et, en un an, il compose trois oeuvres d'envergure : le 1er concerto pour violoncelle et les 7e  et 8e Quatuors où il imposera fortement sa marque DSCH (voir notre lexique). Le concerto fut donc créé par Rostropovitch à Leningrad avec l'Orchestre Philharmonique de Leningrad sous la direction d'Evgeni Mravinsky ; il le fut en Occident quelques mois plus tard par le même Rostropovitch avec l'Orchestre de Philadelphie sous la direction de Eugene Ormandy (version que nous avons reprise ici). Le 1er Concerto pour violoncelle op. 107 de Chostakovitch est un des chevaux de bataille des violoncellistes qui peuvent déployer ici la haute maîtrise de leur technique et révéler les mille couleurs dont l'instrument est le passeur. Outre la beauté du Concerto, bien sûr ! Une des difficultés de son 1er mouvement est le perpétuel changement de mesures. Une petite anecdote nous le confirme. Chostakovitch n'était pas attiré par la direction d'orchestre. Toutefois, lors d'un festival consacré à ses oeuvres, en 1964 à Gorki, il fut amené à dirigé son Ouverture de fête et son 1er concerto pour violoncelle. A son ami Krzystof Meyer -qui lui a consacré une remarquable monographie aux Editions Fayard-, il confie : "C'était peu de choses de diriger l'Ouverture; en revanche, le Concerto était bien plus difficile. La partition contient tant de changements de mesure [...] qu'en définitive, et à mon grand effroi, je perdis complètement le fil. Il fallut que Slava Rostropovitch se lève un instant et redonne la direction avec son archet pour que les musiciens s'y retrouvent". Effectif orchestral : Flûte piccolo (= Flûte II), Flûte, 2 Hautbois, 2 Clarinettes, Basson, Contrebasson (= Basson II), Cor, Timbales, Célesta, Violons I, Viiolons II, Altos, Violoncelles, Contrebasses. Durée : Env. 29 minutes. Version choisie : Mstislav Rostropovitch avec le Philadelphia Orchestra sous la direction de Eugene Ormandy en 1959. Praga Digitals, PRD/DSD 350 059. I ALLEGRETTO - Mi bémol Majeur - C barré Le premier mouvement, de forme sonate très libre, est basé sur un leitmotiv (motif conducteur) de 4 notes dérivé du motif "monogramme de Chostakovitch", DSCH. Ce motif, le soliste le déclinera sous toutes ses formes, déformé, reformé, et sous différents éclairages à l'orchestre. Ce motif se retrouve aussi dans la musique de film The Young Gard (1948) qui illustre un groupe de soldats soviétiques qui marchaient vers la mort aux mains des nazis. Chostakovitch parle d'un "Allegretto dans le style d'une marche joyeuse"... le "double langage" de Chostakovitch... A la mesure 86 (1,32''), le violoncelle entame un Thème annexe, plus lyrique, comportant une note répétée avec beaucoup d'insistance dans un registre plus aigu qui annonce le 2e Thème (Mes. 96 - 1'41'') une berceuse populaire que l'on retrouve aussi dans les Chansons et Danses de la Mort de Moussorgski (1875-77) Mes. 133 - 2'35''. Une partie centrale en ut majeur fait entrer le Thème principal au cor qui devient dans ce mouvement un instrument soliste aux côtés du violoncelle, un procédé que Chostakovitch avait déjà utilisé dans son Concerto n° 1 pour piano et trompette (1933) Mes. 244 - 4'32''. Reprise du Thème principal dans sa forme originelle et dialogue entre le cor et le violoncelle sur le Thème annexe, le cor jouant le Thème, le violoncelle des sauts et des doubles cordes virtuoses. Remarquons combien la partie de cor requiert un instrumentiste habile ! A la mesure 296 - 5'37'', c'est le hautbois qui entame un passage dialogué avec le soliste sur le Thème principal Et puis, pour nous surprendre aux dernières mesures, le violoncelle joue dans nuance piano pour terminer sur un accord ff secco.  Pas de cadence. II. MODERATO - Modal - 3/4 Les 2e, 3e et 4e mouvements seront joués sans discontinuer et ce 2e mouvement est le seul où n'apparaîtra pas le monogramme de Chostakovitch. Ce sont les cordes qui ouvrent ce 2e mouvement par un thème qui ne sera jamais repris par le violoncelle. Thème d'introduction aux cordes Le cor, à nouveau sollicité ici, donne une réponse espressivo à la fin de laquelle entre le soliste avec le 1er Thème (Mes. 350 - 0'40''), un thème d'inspiration populaire russe, le "folklore imaginaire" de Chostakovitch Le thème est dit une deuxième fois par le soliste et développé; à la Mes. 369 - 1'51'', il est repris par la clarinette solo soutenue en contrepoint par le violoncelle. Mes. 388 - 3'02''. Reprise de l'introduction orchestrale encore plus piano, avec la sourdine qui nous conduit au 2e Thème (Mes. 404 - 3'47'')  A partir de la Mes. 447 - 5'45'', l'ensemble commence à s'agiter pour mener à un climax expressif et d'intensité qui aboutira à un rappel de l'introduction par tout l'orchestre dans la nuance ff et sa réponse au cor dans la nuance ff espressivo cette fois. Surprise lors de la Coda de ce mouvement : le 1er Thème se partage entre les harmoniques du violoncelle (effleurement des cordes) et un célesta donnant à ce passage une couleur toute particulière, un temps immobile, et le mouvement s'achève morendo. III. CADENZA Le périlleux 3e mouvement s'enchaîne au 2e, comme une cadence réunissant les deux premiers mouvements dont Chostakovitch reprend les thèmes en les triturant. C'est le 2e Thème du 2e mouvement qui commence à entrer dans la danse, interrompu par de larges accords en pizzicato suivis de la reprise de ce même thème varié et dans la nuance forte qui sera, lui aussi interrompu par de larges accords en pizzicato. A la Mes. 579 - 2'29'' nous retrouvons, varié en contrepoint, le 1er Thème du 2e mouvement  A partir de la Mes. 599 - 3'34'', le tempo va aller toujours en s'accélérant : accelerando poco a poco, allegretto, accelerando poco a poco, allegro, Ici, Mes. 627 - 4'35'', revient, en furie, le motif dérivé du DSCH, moteur du 1er mouvement et, piu mossoff, de larges accords suivis de traits rapides montants et descendants. IV. ALLEGRO CON MOTO - 2/4 Ce 4e mouvement est de forme RONDO (A B A C A Finale) Il s'ouvre sur un ré bémol aigu au soliste suivi de noires accentuées et ponctuées d'accords ff aux cordes. Le 1er Thème (A ou refrain) est joué par les hautbois et les clarinettes, ff, qui jouent un motif en descente chromatique (par demi-tons). Mes. 716 - 0'26''. Le Thème est repris par le violoncelle dans la nuance sur des notes tenues de l'orchestre. Mes. 738 - 0'42''. Un trait rapide des bois ff conduit au 2e Thème (B, 1er couplet), un thème enjoué, au violoncelle  qui sera interrompu par une descente rapide des bois; le soliste le rejouera encore à deux reprises, soutenu cette fois par les ponctuations des cordes en contretemps. Chaque fois, il est interrompu par la descente rapide des bois. Mes. 771 - 1'03''. Ce 2e Thème (1er couplet) est joué cette fois par les cordes basses tandis que le soliste multiplie les traits rapides en doubles croches. Mes. 789 - 1'15''. Le Thème 1 (A, Refrain) est joué par les flûtes et les clarinettes dans l'aigu, bientôt rejointes par les flûtes piccolos dans la nuance f. Mes. 806 - 1'29''. Un 3e Thème (C, 2e Couplet) est présenté par les violons Il sera repris un peu plus loin par le violoncelle soliste et puis par les bois dans l'aigu (Mes. 342 - 1'52''). Ce 3e Thème (2e Couplet) sera développé ensuite, modifié en une phrase assertive et sans charme. Elle sera initiée par les violoncelles et contrebasses et bientôt reprise en canon par les bassons tandis que le cor fait son apparition en notes longues expressives sur un motif rythmique et virtuose du violoncelle. Un fameux contrepoint ! Mes. 854 - 2'00 Le petit motif de la fin du trait de violoncelle sera repris par les clarinettes dans l'aigu alors que le violoncelle reprendra ce 3e Thème modifié qu'avaient initié les bassons, intensifiant ainsi le côté burlesque de cette fin de mouvement. Mes. 910 - 2'35''. Retour du Thème 1 (A, Refrain) ff feroce en octaves aux violons I, ponctué par des accords ff des autres cordes alternées et suivi d'un nouvel épisode burlesque par les bois à l'extrême aigu jouant ff. La boucle du Rondo est bouclée (A, B, A, C, A) Mes. 944 - 2'52''. 3 coups de timbale ff et nous entendons, ff  à l'orchestre le motif initial, moteur du 1er mouvement et du concerto tout entier. qui reviendra pas moins de 20 fois aux divers pupitres de l'orchestre et au violoncelle solo, en valeurs longues au cor (mes. 962), avec la suite du motif. A la mes. 990 - 3'27'' s'intercale brièvement le 1er Thème du 4e mouvement. Le motif obsédant de 4 notes ne nous quittera plus jusqu'à la fin où sept coups de timbales nous annonceront que comedia finita est (Beethoven).

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>