Nikolaus Harnoncourt en son jardin beethovénien

par
Harnoncourt
Ludwig van BEETHOVEN (1770 - 1827)  Symphonie n°1 op.21, Symphonie n°7 op.92. Wiener Philharmoniker, Nikolaus Harnoncourt. DDD-2003-69’46. Texte de présentation en anglais et allemand. Orfeo C 924 161 B En 2003, Nikolaus Harnoncourt était au pupitre de la Philharmonie de Vienne pour l’un des concerts de l’orchestre au Festival de Salzbourg. Désormais disponible en disque grâce au truchement du label Orfeo et de sa collection Festspieldokumente, ce concert documente l’art du grand chef à la tête d’un orchestre avec lequel il a dirigé de nombreuses soirées et enregistré plusieurs disques majeurs (tant chez Teldec que chez Sony). Pourtant, Harnoncourt n’avait jamais laissé de témoignages audio ou vidéo officiels dans Beethoven avec la Philharmonie de Vienne, c’est donc tout l’intérêt de cet album. Bien moins radicales que ses gravures légendaires avec le Chamber Orchestra of Europe (Teldec), ces interprétations de deux symphonies brillent par le sens des détails, la clarté des équilibres et la gestion de l’élan. Harnoncourt sait qu’il dirige un orchestre de grande tradition mais qui, au début des années 2000, avait déjà acquis certains réflexes issus des relectures musicologiques (dont témoigne l’intégrale gravée par Simon Rattle pour Warner). La Symphonie n°1 est bondissante à souhait et endiablée de fraîcheur alors que la Symphonie n°7 explose dans un geste justement dansé, dramatique et même assez noir de ton. Agé de 17 ans, le jeune Harnoncourt avait décidé de devenir musicien professionnel après avoir entendu une retransmission de la Symphonie n°7 de Beethoven dirigée par Furtwängler ; on ne peut s’empêcher de penser à un clin d’œil de l’histoire : un maestro alors septuagénaire au pupitre d’un orchestre légendaire que Furtwängler avait beaucoup dirigé…. Bien capté par les micros de la radio autrichienne, ce concert met en avant les couleurs rondes et chaleureuses des pupitres de la Philharmonie de Vienne. Certes, l’histoire de l’interprétation restera focalisée sur l’intégrale mythique d’Harnoncourt avec le Chamber Orchestra of Europe, mais pour la beauté instrumentale des Viennois et l’adaptabilité anti-routinière de la battue du chef, cet album a un immense intérêt patrimonial et musical ! Pierre-Jean Tribot Son 10 – Livret 6 – Répertoire 10 – Interprétation 10

3 commentaires

  1. Jean-Baptiste Baronian

    Bel hommage à Harnoncourt. J'ai apprécié l'expression "gestion de l'élan", si juste lorsqu'il s'agit de diriger les symphonies de Beethoven.

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>