Crescendo est en deuil

par

J’ai l’immense tristesse de devoir annoncer que Bernadette Beyne est décédée inopinément ce dimanche 29 juillet.

Ses funérailles seront célébrées ce samedi 4 août à 10:30 en l’église Sainte-Anne, place de la Sainte-Alliance à Uccle.

Michelle Debra

 

Festival Voce et Organo 2018

par

Trionfo del Barocco à l'église Notre-Dame de la Chapelle

Cinq concerts de musique ancienne pour partir à la découverte du Triomphe du Baroque, avec des ensembles réputés en musique ancienne, au cœur d’une des plus belles églises du vieux Bruxelles, à l’assaut d’un siècle et demi d’exploitation de toute forme imaginable de dualité, de 1600 à 1750, à travers toute l’Europe.
Le Baroque commence lorsque la peinture, de manière soudaine, va découvrir le pouvoir « dramatique » de l’ombre. Ou, plus exactement, le duo inséparable de la lumière et de l’ombre, conçu comme une sorte de tragédie. La musique se saisit alors avec délices de toutes les manières possibles de jouer sur les oppositions et les contrastes : contrastes de mouvements, de dynamique et de couleur instrumentale, oppositions instrumentales ou vocales, changements subits d’écriture (Philippe Beaussant, Vous avez dit baroque ? Actes Sud, 1988, p. 90).

Le clavecin rayonnant

par

Elisabeth JACQUETde la GUERRE
(1665 - 1729)
Pièces de clavecin des premier et deuxième livres
Marie VAN RHIJN (clavecin)
2018-DDD-65'49-Textes de présentation en anglais et français-Evidence EVCD 047

Pyrotechnies baroques pour Senesino et Farinelli

par

Nicola Antonio PORPORA
(1686 - 1768)
Extraits de Ezio, Meride e Selinunte, Ifigenia in Aulide, Filandro, Poro, Enea nel Lazio, Il trionfo di Camilla, Carlo il Calvo, Arianna in Nasso
Max Emmanuel CENCIC (contre-ténor), Armonia Atenea, dir.: George PETROU
2017-DDD-75'59-Textes de présentation en anglais, français et allemand-Decca 483 3235

Venise en majesté

par

SAN MARCI DI VENEZIA
Oeuvres Giovanni BASSANO, Giovanni et Andrea GABRIELI et Claudio MERULO
Les Traversées Baroques, dir.: Etienne MEYER
2017-DDD-71'41-Textes de présentation en anglais, français et allemand-Accent ACC 24345

L’Arena di Verona rend hommage à Franco Zeffirelli

par
Verone Aida

Aïda

Depuis août 1913, donc depuis cent-cinq ans, ce festival jouit d’une réputation et d’une popularité auprès des publics de partout ; à la suite des Pertile, Lauri Volpi, Gigli des années vingt, toutes les grandes voix du répertoire italien ont affronté les quelques cent-dix mètres d’ouverture de scène en remportant d’éclatants succès devant 20 à 25.000 spectateurs. Aujourd’hui, la jauge est réduite de moitié car une partie des gradins est tapissée de sièges métalliques qui jouxtent le parterre. Chaque saison, la programmation comporte quatre productions, dont une nouvelle qui, en cette année 2018, est une ‘Carmen’ mise en scène par Hugo De Ana et qui est controversée par une frange de la critique et des spectateurs.

A la Scala, un ‘Pirata’ bien décevant 

par
Pirata

Sonya Yoncheva © Ph. Marco Brescia & Rudy Amisano

« Perché turbar la calma di questo cor, perché ? » déclare le Tancredi de Rossini à la fin de l’acte II. Et il nous prend l’envie de faire chorus en demandant pourquoi troubler le souvenir d’un événement glorieux. En effet, le 19 mai 1958, après cent-dix-huit-ans, ‘Il Pirata’, le troisième ouvrage de Vincenzo Bellini créé sur cette même scène le 27 octobre 1827 par Henriette Méric-Lalande, Giovanni Battista Rubini et Antonio Tamburini ; et la prestigieuse exhumation incluait Maria Callas, Franco Corelli et Ettore Bastianini sous la direction d’Antonino Votto. Aujourd’hui, le théâtre milanais affiche Sonya Yoncheva, Piero Pretti et Nicola Alaimo sous la baguette de Riccardo Frizza.