Varsovie à la gloire de Beethoven

par

Revenir au Festival Beethoven de Varsovie est à chaque fois un plaisir : plaisir musical d'une programmation habilement pensée par sa directrice générale, Elzbieta Penderecka, également présidente de la "Ludwig van Beethoven Association", découverte d'artistes peu connus chez nous associées aux grands noms de notre vie musicale, dialogue avec les artistes lors des après-concerts, générosité de l'accueil et ambiance conviviale. Oui, il fait bon être à Varsovie aux environs de Pâques.

Semyon Bychkov éblouissant dans Richard Strauss

par

Emily Magee en impératrice © ROH

Pour célébrer le 150e anniversaire de Richard Strauss, le Royal Opera de Londres a mis cette saison « Elektra », « Die Frau ohne Schatten » et « Ariadne auf Naxos » à l’affiche. Pour « Die Frau ohne Schatten » (La femme sans ombre) qui n’avait plus été représenté depuis 2001, le Royal Opera a opté pour une coproduction avec la Scala de Milan dans une mise en scène de l’Allemand Claus Guth. La direction musicale a été confiée au chef Russe Semyon Bychkov qui fut le grand triomphateur de la soirée.

Et Satan conduit le bal...

par

Bryn Terfel en Mephistohélès © ROH Bill Cooper

Faust de Gounod à Londres
Cela fait déjà dix ans que le Royal Opera présentait pour la première fois le Faust de Gounod mis en scène par David McVicar dans les décors de Charles Edwards et costumes de Brigitte Reiffenstuel. En 2004, c’était Antonio Pappano (devenu Sir Antonio Pappano !) qui dirigeait une distribution réunissant Angela Gheorghiu (Marguerite), Roberto Alagna (Faust), Bryn Terfel (Méphistophélès), Simon Keenlyside (Valentin) et Sophie Koch (Siébel). Pour la reprise de cette saison, Anna Netrebko était annoncée mais la diva russe a finalement décidé de ne pas ajouter le rôle de Marguerite (qu’elle devait aussi chanter à Vienne et Baden-Baden) à son répertoire puisque entretemps sa voix a considérablement évolué. Le spectacle, lui, reste une vraie fête vocale et la production de McVicar tient toujours le coup.

Diable et cornemuse

par

Jaromir WEINBERGER (1896-1967)
Schwanda der Dudelsackpfeifer

Christoph POHL (baryton), Marjorie OWENS (soprano), Ladislav ELGR (ténor), Sächsischer Staatsopernchor, Staatskapelle Dresden, dir. : Constantin TRINKS
DDD-2013-66’ 25’’ et 74’ 02’’-Textes de présentation en allemand et en anglais-Profil Hänssler PH13039

Claudio Abbado nous offre un de ses derniers chefs-d'oeuvre

par

0126_JOKERWolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Messe en do mineur K. 139 (Waisenhausmesse)
Franz Schubert (1797-1828)
Messe en mib majeur D 950

Rachel Harnisch (soprano), Roberta Invernizzi (soprano), Sara Mingardo (alto), Javier Camarena (ténor),
Paolo Fanale (ténor), Alex Esposito (basse), Arnold Schönberg Choir, dir : Erwin Ortner, Orchestra Mozart : Claudio Abbado
DVD-16:9 – 104'27'' – Livret de présentation en anglais, allemand et français – sous-titres en latin, français, anglais, allemand et chinois – accentus music – ACC20261

Plutôt Lully que Rameau

par

Pancrace ROYER (1703-1755)
Pyrrhus

A. Buet (Pyrrhus), J. Thomson (Acamas), E. de Negri (Polyxène), G. Laurens (Eriphile), solistes, Les Enfants d'Apollon, dir.: Michael GREENBERG
Live-2013-DDD-78'04'' et 64'02''-chanté en français-notice en français et en anglais-Outhere Music Alpha 953

Kavakos/Wang, une très heureuse surprise !

par

A priori, un duo entre Leonidas Kavakos et Yuja Wang semblait tenir du mariage entre la carpe et le lapin, tellement il était permis de se demander comment l’austère et rigoureux violoniste grec allait pouvoir s’assortir au jeu extraverti, voire carrément sportif, de la pétulante pianiste chinoise.
Le Grand Auditorium de la Philharmonie de Luxembourg était donc bien rempli pour entendre les deux musiciens se confronter aux sonates pour violon et piano de Brahms, répertoire exigeant s’il en est.

Tradition, tradition toujours...

par

Ensemble avec Amonasro (Mark-RUCKER) et Aïda-(Kristin-LEWIS)

Aïda à Liège
Après la squelettique Aïda ratée du Vlaamse opera en juillet 2011, il était temps de se replonger dans une véritable ambiance verdienne, Egypte fantasmée ou non, mais Egypte quand même. La récente production de l'Opéra Royal de Wallonie a partiellement comblé nos souhaits. Loin des sirènes du "Regietheater" cher au Nord de la Belgique, Liège n'en a pas pour autant réussi un chef-d'oeuvre.

"Au Monde" de Philippe Boesmans, création mondiale

par

Charlotte Hellekant (La fille aînée), Werner van Mechelen (Le fils aîné) ,Patricia Petibon (La seconde fille), Frode Olsen (Le père), Stéphane Degout (Ori), © Bernd Uhlig

Une chose est sûre: en choisissant de collaborer avec le dramaturge Joël Pommerat pour son sixième opéra (le septième si l’on compte son orchestration du Couronnement de Poppée), Philippe Boesmans n’aura pas opté par la facilité. Le livret -adapté par l’auteur au départ de sa pièce de théâtre éponyme- décrit un oppressant huis clos familial mettant aux prises les membres d’une famille fortunée, dans un cadre où l’amour est affreusement absent et les rapports entre personnages semblent régis plus que tout par la force (dont celle de l’argent), le pouvoir, l’ambition, les haines rentrées et de lourds non-dits.