Le Festival Rossini de Pesaro 2013

par

© Studio Amati Bacciardi

Pour sa 34e édition, le Rossini Festival de Pesaro affichait de nouvelles réalisations de « L’Italiana in Algeri » et « Guillaume Tell », une reprise de la production de « L’occasione fa il ladro » signée Jean-Pierre Ponnelle, une version de concert de « La donna del lago » et les représentations déjà traditionnelles de « Il viaggio a Reims » par les jeunes artistes de l’Accademia Rossiniana ». Comme d’habitude il y avait aussi quelques concerts de belcanto, pas seulement réservés à la musique de Rossini par les ténors Michael Spyres, Celso Albelo en Yijie Shi, un « Omaggio a Verdi » par la soprano Marina Rebeka et des soirées dédiées aux « Péchés de vieillesse » de Rossini par le pianiste Bruno Canino.

Nabucco à l'amphithéâtre d'Avenches

par
La petite cité d’Avenches à proximité du lac de Morat au nord-ouest de la Suisse Romande possède un amphithéâtre romain où, depuis une trentaine d’années, a lieu un festival d’opéra dont Eric Vigié, directeur de l’Opéra de Lausanne, a repris les rênes depuis trois ans. En 2013, année Verdi oblige, le choix s’est porté sur ‘Nabucco’.

Les Troyens en avalanches de coupures

par
Pour deux soirs, l’Opéra de Marseille a présenté en concert une pseudo-intégrale des ‘Troyens’. Sur une durée cinq heures, dans une salle surchauffée, pourquoi faut-il glisser une pause de vingt minutes entre chacun des cinq actes ? Ceci expliquerait l’avalanche de coupures pratiquées dans les deux parties par un chef, Lawrence Foster, qui morcèle le discours sans en percevoir la dimension épico-narrative.

La Roque d'Anthéron 2013 : le piano en majesté

par
Passer quelques jours au Festival international de la Roque d'Anthéron c'est la certitude de découvrir les plus grands pianistes du moment mais aussi de découvrir de jeunes pianistes dont on ne risque pas d'oublier le nom. Ce festival a maintenant trente-trois ans et ne cesse d'être une des plus grandes manifestations consacrées au piano.

Haute voltige aux Midis-Minimes

par
Bruxelles, Concerts des 8 et 16 août Concert I : Sonate pour flûte et piano « Ondine », op. 167, Carl Reinecke – Sérénade pour flûte et piano (arr. T. Boehm), Franz Schubert – Fantaisie pastorale hongroise, op. 26 Noemi Györi (flûte), Katalin Csillagh (piano) Concert II : le Sacre du printemps, version deux pianos et percussions Eugène Galand et Alexander Gurning (pianos), Gabriel Laufer et Pierre Quiriny (percussions)

Florilège de nouveautés chez Bärenreiter

par
Satie, Schubert, Brahms, Dvorak, des Concertos faciles, du Tango et des Adagios,... il y en a pour tous les ensembles et toutes les passions !  satieLes 7 "Gnossiennes" de Satie Entre 1889 et 1897, Satie compose une série de pièces pour piano auxquelles il donne le titre excentrique de "Gnossiennes" pour lesquelles il fournit des instructions de réalisation volontairement ironiques, satire des gestes excessifs du jeu de piano romantique.

Un joyau préromantique ?

par
Luigi CHERUBINI (1760-1842) Lodoïska, comédie héroïque en trois actes Nathalie MANFRINO (Lodoïska), Hjördis THEBAULT (Lysinka), Sébastien GUEZE (Floreski), Philippe DO (Titzikan), Armando NOGUERA (Varbel), Pierre-Yves PRUVOT (Dourlinski), Alain BUET (Altamoras), solistes, choeur de chambre Les Eléments, Le Cercle de l’Harmonie, dir.: Jérémie ROHRER 2013-DDD-49’ 37’’ et 61’-Texte de présentation en français et en anglais-chanté en français-Ambroisie Naïve AM 209

Envoûtement et folie

par
Alban BERG (1885-1935) Trois pièces pour orchestre op. 6 Arnold Schönberg (1874-1951) Pelléas et Mélisande op. 5 Dortmund Philharmonic Orchestra, dir. : Jac VAN STEEN 2013-DDD-61’ 18’’-Textes de présentation en anglais, français et allemand-Musikproduktion Dabringhaus und Grimm MDG 901 1807-6