Mârouf, Savetier du Caire ressuscité par la baguette d’Alain Altinoglou

par
Comment expliquer la disparition du répertoire de Mârouf, savetier du Caire d’Henri Rabaud ? Elève de Massenet, Prix de Rome, chef d’orchestre de l’Opéra de Paris de 1914 à 1918, puis de l’Orchestre Symphonique de Boston entre 1918 et 1920, le musicien a subi autant l’influence d’un Debussy que d’un Wagner, d’un Rimsky-Korsakov que d’un Puccini.

Une rareté à Saint-Etienne

par
Qui connaît aujourd’hui La Princesse de Trébizonde composée par Jacques Offenbach en 1869, juste après la première version de La Périchole, après Vert-Vert et La Diva ? Jouée avec succès à Baden-Baden le 31 juillet 1869 puis aux Bouffes-Parisiens le 7 décembre 1869, l’œuvre disparaîtra du répertoire à l’orée du XXe siècle.

Gagnez le coffret des 75 ans du Concours de Piano !

par
Concours Coffret Le COFFRET 75 ANS de Concours Piano : 20 exemplaires à gagner ! Le label Muso a puisé dans les archives du Concours pour réaliser un remarquable coffret de 5 CD offrant 12 concertos de légende interprétés par autant de lauréats exceptionnels dont 9 Premiers Prix. Grands souvenirs musicaux pour les fidèles, riches découvertes pour les plus jeunes, c’est un document à ne pas manquer.

CMIREB : à la veille des finales

par

« Le mal radical est apparu en lien avec un système où tous les hommes sont, au même titre, devenus superflus » Hanna Arendt, La banalité du mal Cette idée m'est revenue à l'écoute du Concours Reine Elisabeth, son audience remplissant, dès les premières éliminatoires, les places du Studio 4 de Flagey.

Rencontre avec Frederic Rzewski

par

La musique de Chopin est facile techniquement mais il met toujours un passage très difficile pour éloigner les pianistes médiocres. F. Rzewski

Jeudi après-midi avait lieu au Conservatoire Royal de Bruxelles une masterclasse avec Frederic Rzewski, le compositeur de l'oeuvre imposée en demi-finale du Concours Reine Elisabeth.

CMIREB : quelques réflexions avant les finales

par
Sonate, que nous dis-tu ? Le Concours Reine Elisabeth est non seulement un événement musical dont notre époque médiatique a bien besoin, il donne par là même une image sociologique de la place de la musique classique dans le monde, en particulier dans les lieux de culture dont elle n’est pas issue. Son évolution au fil des années, notamment au niveau du répertoire, est également révélatrice. Nous lui avons consacré antérieurement deux articles à l’occasion des épreuves de violon de 2005 (Crescendo n°77) puis celles de piano en 2007 (n°87).