Severin von Eckardstein et ses amis

par

Franziska Hölscher (violon), Nils Mönkemeyer (alto), Danjulo Ishizaka (violoncelle), Severin von Eckardstein (piano)
Wolfgang Amadeus Mozart : Quatuor avec piano KV 478 - Antonin Dvorak : Quatuor avec piano op. 87 - Johannes Brahms : Quatuor pour piano et cordes n° 3 op. 60

Quoi de mieux que de s'entourer d'amis pour faire de la musique de chambre ? Et quoi de mieux que quatre musiciens exceptionnels réunis autour de trois chefs-d'oeuvres ?

Une mise en scène fascinante pour Siegfried à Genève

par

Depuis mars 2013, le Grand-Théâtre de Genève voit une ‘Tétralogie’, mise en scène par Dieter Dorn, prendre forme peu à peu. Dans des décors simplistes et des costumes prosaïques imaginés par Jürgen Rose, les deux premiers volets prenaient le parti du dépouillement total, d’où émergeait un monde étrange où le divin pactisait avec les créatures de la forêt sauvage.

Menahem Pressler, bouleversant à Liège

par

Schubert : Sonate pour piano n° 18 en sol majeur D. 894
Kurtag : Impromptu all'ongherese
Schubert : Sonate pour piano n° 21 en si bémol majeur D. 960
C'est un voyage dans le temps que nous a offert Menahem Pressler durant plus d'une heure et demie dans cette belle salle du Philharmonique de Liège. Ceux qui y étaient se souviendront longtemps du moment musical qu'ils ont passé en compagnie du doyen des pianistes internationaux.

Gatto et Giordano, peu inspirés cette fois

par

© J.N. Doumont

giordanoWolfgang Amadeus Mozart : Sonate pour violon et piano, KV 379
Ludwig van Beethoven : Sonate pour violon et piano n° 9, op. 47, "Kreutzer"
Richard Strauss : Sonate pour violon et piano, op. 18

Les Sonates pour violon et piano de Mozart sont parmi les plus belles du répertoire. Et celle choisie pour ce concert est peut-être la plus belle de toutes.

Egarr ressuscite le jeune Haendel

par

Georg-Friderich HAENDEL (1685-1759)
Huit "Grandes Suites" pour clavecin HWV 426-433
Suites n°1 en La Majeur HWV 426 - n°2 en Fa Majeur HWV 427 - n°3 en ré mineur HWV 428 - n°4 en mi mineur HWV 429 - n°5 en Mi Majeur HWV 430 - n° 6 en fa dièse mineur HWV 431 - n°7 en sol mineur HWV 432 - n°8 en fa mineur HWV 433
Richard Egarr (clavecin)
2013 - 60'17'' + 57'55'' - Textes de présentation en anglais, français, allemand - Harmonia Mundi HMU 907581.82

L'Opéra-Comique au défi de la modernité 1850-1914

par

Colloque
Dans le cadre de la production de Lakmé, l'Opéra-Comique organisait un de ses colloques passionnants dont il a le secret. Cela faisait mon quatrième colloque salle Favart, et j'en suis ressorti toujours aussi ébloui par la qualité des intervenants, leur passion, et la pertinence de leurs exposés, certes souvent pointus, mais toujours instructifs. Le colloque était patronné par le Palazzetto Bru Zane, et dirigé de main de maître par Alexandre Dratwicki et Agnès Terrier.

Être moderne, en 1904 et en 2014

par

Andrea Dankova (Jenufa) et Niucky Spence (Steva) © Karl und Monika Forster

Jenufa à La Monnaie
Troisième tentative lyrique de Janacek, après Sarka et Le Début d'une romance, Jenufa lança définitivement le compositeur sur le devant de la scène de son temps. Après une longue trajectoire, dont une écriture en deux temps, l'opéra fut créé en 1904 à Brno, puis en 1916 à Prague. Ce fut le début, bien tardif (Janacek avait plus de soixante ans), d'une carrière fulgurante, et le premier d'une série d'oeuvres magistrales, de Katia Kabanova jusqu'à De la Maison des morts, qui établit la réputation de Maître morave.